Nouvel Ordre Mondial:Que signifie l’agonie de l’Empire pour «l’État sioniste d’Israël»?

Commençons par quelques nouvelles récentes (apparemment sans rapport):

 

Ces informations apparemment sans rapport ont toutes une chose en commun: elles illustrent la faiblesse et l’inefficacité des forces armées américaines au cours des deux dernières décennies. Et bien que, pour être bref, je n’ai choisi que trois exemples, la vérité est qu’il y a des centaines d’histoires similaires partout sur Internet, toutes pointant vers la même réalité: la plupart des militaires américains sont dans un état de délabrement terminal.

Voyons les différents services un par un:

  • La totalité de la flotte de surface del’US Navy(USN) est désormais compromise en raison de sa structure centrée sur les porte-avions. L’USN manque également de missiles de croisière modernes. Des classes entières de navires de surface sont désormais obsolètes (frégates) ou présentent des défaillances de conception majeures (LCS).
  • L’USAFfait voler principalement des avions de la guerre froide, souvent modernisés, mais dans l’ensemble, il s’agit d’une flotte dépassée, en particulier par rapport aux avions russes ou chinois de 4e ++ et 5e génération. En fait,le désastre absolu du programme des F-35 signifie que pour la première fois de son histoire, l’aviation américaine sera surpassée qualitativement par ses adversaires probables. Même les AWACS américains et d’autres avions de reconnaissance sont désormais menacés par des missiles antiaériens à très longue portée russes et chinois (lancés du sol et par air).
  • Quant àl’arméeet au corps des marines américains, les désastres embarrassants en Irak, en Afghanistan et ailleurs prouvent que les forces terrestres américaines sont seulement capables de se protéger, et même pas très bien.
  • Ensuite, il y ales forces spatialesrécemment créées qui n’existent que sur le papier et la garde côtière américaine qui est hors de propos dans une guerre majeure.

Enfin, il y a le Commandement des opérations spéciales des États-Unis, qui n’est pas l’une des branches de service, mais seulement un commandement «fonctionnel» et «combattant unifié», mais qui est souvent considéré comme une branche distincte des forces armées. Ces forces ont toujours fière allure sur les listes de propagande, mais la vérité est que ces forces supposément «les meilleures du monde» (quoi d’autre?!) n’ont pas encore atteint leur premier succès opérationnel réel et significatif n’importe où (au moins pour équilibrer leur longue histoire d’échecs abjects, de Desert One, à la Grenade, en Afghanistan, en Libye, etc.). Et les échanges de tirs mineurs contre un adversaire bien inférieur ne sont pas admissibles pour évaluer leurs capacités.

 

L’ancien ministre israélien de la défense, Avigdor Liberman, et le F-35

Permettez-moi maintenant de poser la question cruciale: qu’est-ce que cela signifie pour Israël?

Eh bien, tout d’abord, cela signifie que les «pauvres» Israéliens doivent désormais voler avec le F-35 comme leur vaisseau amiral. Dans la plupart des cas, je ferais confiance aux Israéliens pour modifier / mettre à niveau leurs F-35 afin de se débarrasser au moins des pires «fonctionnalités», mais dans le cas du F-35, cela n’est même pas théoriquement possible en raison de défauts de conception profonds ( pour ceux qui ont besoin d’un rappel «officiel» sur la réalité catastrophique du programme F-35, veuillez lire ce rapport officiel du gouvernement américain qui comprend 276 lacunes «critiques»). Tôt ou tard, les F-35 israéliens rencontreront la version d’exportation du Su-35, le Mig-29M / MiG-35 beaucoup moins cher mais très performant ou même un Su-57 russe, puis ils seront désespérément battus ( même si le résultat d’un combat air-air ne peut être réduit à la comparaison d’avions, vous avez besoin d’une image complète et beaucoup plus complexe pour modéliser les résultats possibles). Actuellement, le Su-35 n’a été exporté qu’en Chine, mais les futurs opérateurs potentiels pourraient inclure l’Égypte, l’Algérie et la Turquie. Quant au MiG-29M / MiG-35, des pays comme l’Égypte et la Syrie ont manifesté leur intérêt.

En parlant de Syrie, jusqu’à présent, nous avons vu plusieurs cas d’avions israéliens interceptés par des Su-35S russes et contraints de se retirer , et pas un seul cas du contraire. Il semble y avoir au moins un cas, bien que non confirmé officiellement (encore?), d’un Su-35S russe chassant au loin un F-22 de l’USAF (une fois que le Su-35 et le F-22 sont suffisamment proches, ce dernier a très peu d’espoirs de survie).

Pouvez-vous deviner quoi d’autre les Israéliens vont éventuellement rencontrer dans le ciel du Moyen-Orient? Peut-être une variante d’exportation du MiG-31 ou même des MiG-31BM russes (avec leurs missiles air-air R-37 de 400 km de portée). En fait, la portée, la vitesse, le radar et les armes de cet avion permettraient à la Russie de maintenir des patrouilles aériennes de combat au-dessus, par exemple, de la Syrie tout en opérant depuis le sud de la Russie.

Je m’attarde sur ces avions parce que dans le passé, et tout comme les États-Unis, les Israéliens ont toujours compté sur la combinaison de facteurs suivants pour prévaloir:

  • Une attaque surprise (plus ou moins justifiée par un faux drapeau ou par préemption)
  • La destruction d’avions ennemis lorsqu’ils sont encore au sol
  • La supériorité aérienne pour protéger leurs avions à voilure variable et leur blindage avancé.

Certes, les Israéliens ont encore une grande force de F-16/15/18 modifiés (14 escadrons, plus de 300 avions), mais tout comme leurs homologues américains, ils deviennent rapidement anciens. Contrairement à l’armée de l’air israélienne qui date, les voisins des Israéliens acquièrent tous des systèmes de défense aérienne de plus en plus avancés, ainsi que des systèmes de guerre électronique et de gestion de bataille. En d’autres termes, c’est un très mauvais pari pour Israël de compter sur les F-35 dans un avenir prévisible.

En ce moment, les Israéliens bombardent régulièrement la Syrie, mais avec très peu de résultats autres que les proclamations mantriques, et sans doute thérapeutiques, de supériorité juive sur les Arabes. Et, comme on pouvait s’y attendre, cela impressionne les médias sionistes d’Israël et d’Occident , mais pas tellement les Syriens, les Iraniens ou le Hezbollah …

Tout comme l’US MIC (Mission Intelligence Coordinator (US Air Force)  a mis tous ses œufs dans le seul panier des F-35, les Israéliens ont mis tous leurs œufs de sécurité nationale dans la volonté et la capacité éternelles de l’oncle Shmuel pour venir les secourir avec de l’argent, des armes ou même des soldats.[1]

Si la volonté est toujours là, la capacité disparaît rapidement !

En outre, deux autres pays entrent dans une période de grave instabilité qui affectera également la sécurité d’Israël: la Turquie et l’Arabie saoudite.

Dans le cas de la Turquie, la relation entre les États-Unis et la Turquie est à peu près aussi faible qu’elle ne l’a jamais été, et il y a une possibilité très réelle qu’avec les sanctions et les menaces américaines, les Turcs puissent décider d’abandonner le F-35 et se tourner vers un avion russe, très probablement une version d’exportation du Su-35. Bien que ce soit (politiquement) une mauvaise nouvelle pour le MIC américain, ce serait une terrible nouvelle pour les Israéliens dont les relations avec la Turquie sont généralement plutôt mauvaises. Jusqu’à présent, la Turquie est toujours un membre obéissant de l’OTAN, avec tout ce que cela implique, mais plus l’Empire anglo-sioniste s’affaiblit, plus les chances d’une sorte d’affrontement politique entre les États-Unis et l’OTAN d’une part, et la Turquie de l’autre augmentent.

Quant aux Saoudiens, ils ont déjà activement courtisé Moscou parce qu’ils se sont rendu compte que la Russie avait essentiellement remplacé les États-Unis en tant que première puissance régionale. L’incapacité totale des États-Unis à fournir une assistance significative aux Saoudiens au Yémen et l’incapacité des défenses aériennes américaines à protéger le champ de pétrole saoudien contre les frappes de missiles houthis a convaincu les Saoudiens qu’ils doivent désormais parler directement aux Russes et assez souvent.

Certes, les États-Unis ont toujours l’apparence d’une véritable puissance au Moyen-Orient. Jetez un œil à cette page du dernier Balance Militaire IISS. Il y a encore beaucoup d’équipement et de personnel CENTCOM dans la région. Mais essayez de regarder au-delà de ces graphiques fantaisistes et demandez-vous: que font ces forces? que font-ils réellement?

 

Je dirais que la plupart de ce qu’ils font est d’essayer d’impressionner les habitants, de gagner de l’argent (par toutes sortes de contrats militaires) et, enfin et surtout, ils essaient de se protéger. Et oui, «l’empreinte» des États-Unis au Moyen-Orient est encore grande, mais c’est aussi ce qui rend les forces américaines si vulnérables aux attaques. Les Iraniens, par exemple, ont clairement indiqué qu’ils considèrent toutes ces installations et forces comme des «cibles» qui, à la suite des attaques de missiles iraniens de haute précision qui ont suivi le meurtre du général Suleimani, signifient que l’Iran a désormais les moyens d’infliger des dégâts majeurs sur toute force régionale assez folle pour jouer avec l’Iran.

Bien sûr, chaque fois que quelqu’un écrit que les États-Unis ou Israël ne sont pas invincibles, il y a toujours au moins une personne qui dit quelque chose comme «oui, peut-être, mais ils ont des armes nucléaires et ils les utiliseront s’ils sont menacés». Ma réponse est différente pour le cas des États-Unis et pour le cas d’Israël.

Dans le cas des États-Unis, alors que toute première utilisation d’armes nucléaires entraînera un suicide politique pour l’Empire, aucun adversaire américain au Moyen-Orient n’a la capacité de riposter en nature contre les États-Unis.

Dans le cas d’Israël, cependant, les choses sont encore plus graves.

Premièrement, nous devons nous rappeler que pour des raisons géographiques évidentes, les Israéliens ne peuvent pas utiliser d’armes nucléaires sur les forces attaquantes, du moins pas sur les forces près de la frontière israélienne. Pourtant, s’ils sont sérieusement menacés, les Israéliens pourraient prétendre qu’un autre «Holocauste» est sur le point de se produire et que la «défense du sang juif» ne leur laisse d’autre choix que d’utiliser des armes nucléaires sur, disons, des cibles iraniennes ou syriennes. Je soutiens que plus les dégâts infligés par de telles frappes nucléaires israéliennes seront pires, plus la détermination des Arabes et / ou des Iraniens sera forte. C’est le problème de la dissuasion: une fois qu’elle a échoué, elle a totalement échoué et il n’y a généralement pas de «plan B».

Est-ce à dire qu’une attaque majeure contre Israël est inévitable?

Non pas du tout. D’une part, les États-Unis et Israël peuvent toujours infliger d’immenses dégâts à n’importe quel pays ou coalition de pays, qui les menacerait (et ils n’ont pas besoin de recourir à l’arme nucléaire pour y parvenir). Le fait que ni les États-Unis ni Israël ne peuvent obtenir quoi que ce soit qui ressemble à une «victoire» n’implique nullement que l’attaque des États-Unis ou d’Israël est facile ou sûre. Les deux pays ont encore beaucoup de puissance militaire conventionnelle pour infliger un prix énorme à tout attaquant.

Deuxièmement, c’est précisément parce que les États-Unis et Israël ont encore beaucoup de pouvoir militaire que leurs adversaires favoriseront un affaiblissement progressif et lent des anglo-sionistes plutôt qu’une confrontation ouverte. Par exemple, s’il est vrai que les États-Unis n’ont pas eu l’estomac pour attaquer l’Iran à la suite de la frappe de missiles de représailles iraniens, il est également vrai que les Iraniens ont soigneusement «réglé» leur réponse afin de ne pas forcer les États-Unis à riposter. La vérité est qu’à l’heure actuelle, aucun des deux pays ne veut une guerre ouverte.

La même chose peut être dite de la Syrie et du Hezbollah qui ont fait très attention de ne rien faire qui forcerait les Israéliens (ou les États-Unis) à passer des attaques symboliques / piqûres actuelles à des frappes aériennes et missiles réelles et significatives.

À l’heure actuelle, les États-Unis peuvent encore imprimer suffisamment de dollars pour maintenir Israël à flot, mais nous savons déjà que s’il est souvent très tentant de jeter de l’argent bon marché sur un problème, cela ne constitue pas une stratégie durable, en particulier lorsque les capacités militaires réelles des États-Unis et des Israéliens se dégradent rapidement. À l’heure actuelle, personne ne sait combien de temps durera le dernier régime ouvertement raciste de la planète, mais il est extrêmement improbable que l’entité sioniste puisse survivre sans que l’Empire ne le soutienne. En d’autres termes, tôt ou tard, «l’État juif d’Israël» n’aura pas de meilleures chances de survie que, disons, «l’État indépendant du Kosovo» ou, d’ailleurs, «l’Ukraine indépendante»: ils sont tous de vilaines métastases de l’Empire qui ne sont tout simplement pas viables, par elles-mêmes.

Source : What Does the Empire’s Agony Mean for the « Jewish State of Israel »?

Par The Saker • May 13, 2020

Note

-1-Samuel ( Shmuel) Wilson est le nom du boucher juif qui a donné son nom à « Oncle Sam » aka les USA. 

C’est très frappant que les États-Unis soient identifiés à un boucher juif 

 

 


EN COMPLÉMENTAIRE

 

Au Venezuela, une « baie des Cochons » à la sauce Trump

Comparés à d’autres attaques mercenaires,ces deux dernières ressemblent à du travail d’amateur bâclé!Celui-ci s’est fait cueillir comme un pigeon sur la plage!
Ces derniers temps, une certaine actualité sud-américaine en rappelle furieusement une autre, il y a près de soixante ans.
C’était le 17 avril 1961, dans la baie des Cochons à Cuba : la tentative ratée de débarquement d’exilés cubains soutenus et armés par les Etats-Unis. Un fiasco qui devait rester dans l’histoire comme un camouflet pour l’Amérique et ses barbouzeries latino-américaines, mais qui avait à l’époque considérablement renforcé le régime de Fidel Castro…  

Eh bien, cette référence historique, elle surgit, forcément, quand on regarde ce qui s’est passé ces derniers jours au Venezuela.  

Deux débarquements armés, qui ont avorté, de mercenaires dirigés par les États-Unis sur les côtes du Venezuela ont montré clairement que la pandémie mondiale de coronavirus – malgré la mort et la dévastation qu’elle cause à la population américaine – n’a rien fait pour freiner la poursuite prédatrice et criminelle des intérêts géostratégiques de l’impérialisme américain. Cela, non seulement en Amérique du Sud, mais dans le monde entier.

 

Le porte-parole du gouvernement vénézuélien Jorge Rodriguez à Caracas le 05/05/2020

 

Le premier des deux débarquements a eu lieu tôt dimanche matin à Maputo, dans l’État de La Guaira, à peine à une demi-heure de route de la capitale vénézuélienne de Caracas. Huit des hommes armés qui ont débarqué se sont fait tuer, dont le chef du groupe, un ancien capitaine de l’armée vénézuélienne connu sous le nom de «Pantera» (la panthère). Les autres se sont fait capturer.
Capture d’écran d’une vidéo du gouvernement vénézuélien montrant des soldats entourant un suspect d’une « incursion de mercenaires », le 4 mai.
Un second débarquement a eu lieu lundi sur la péninsule de Chuao dans l’État d’Aragua, également sur la côte caribéenne du Venezuela, à l’ouest de Caracas. Ici, des pêcheurs locaux ont détecté les envahisseurs armés et les ont livrés aux forces de sécurité vénézuéliennes.
Parmi ceux capturés se trouvait Josnars Adolfo Baduel, le fils d’un ancien ministre de la défense vénézuélien envoyé en prison pour corruption. Ce personnage s’est trouvé au centre d’une série de complots de coup d’État. Deux citoyens américains, Luke Denman, 34 ans, et Airan Berry, 41 ans, tous les deux identifiés comme anciens membres des troupes d’opérations spéciales américaines, ont également été faits prisonniers. Baduel a déclaré aux autorités vénézuéliennes que les deux Américains lui avaient dit qu’ils travaillaient pour la force de sécurité du président américain Donald Trump.

Financial Times  @FT
Venezuela says two US citizens detained in failed plot https://on.ft.com/2SE7Scx 

Venezuela says two US citizens detained in failed plot

Donald Trump denies Washington played role in alleged attempt to assassinate Maduro

ft.com

Les autorités vénézuéliennes ont montré aux médias les passeports et les cartes d’identité militaires des deux Américains capturés, ainsi que les photographies des armes saisies avec les mercenaires. Ils ont également diffusé une vidéo d’un interrogatoire de Denman dans lequel il déclarait que sa mission avait été de prendre le contrôle d’un aéroport de Caracas afin de recevoir des avions qui effectueraient la livraison du président vénézuélien Maduro aux États-Unis. À la question de savoir qui dirigeait l’opération, il a répondu: «le président Donald Trump».

Intelligencer  @intelligencer
Two Americans who were part of an apparent coup attempt in Venezuela may have brought an Airsoft gun to overthrow Maduro https://nym.ag/35Ch86d 

The Dumbest Aspects of the Apparent Coup Plot in Venezuela

American mercenaries posted online about their alleged coup, and may have brought Airsoft guns in their apparent effort to topple Nicolás Maduro.

nymag.com

Au centre de l’opération se trouvait un certain Jordan Goudreau, un ancien Béret vert (des forces spéciales américaines), vétéran de l’Iran et de l’Afghanistan, qui dirige une société privée de sécurité basée en Floride, SilverCorp USA. De son propre aveu, c’est Keith Schiller, un garde du corps de longue date de Trump et ancien directeur des opérations du Bureau ovale, qui a mis Goudreau en contact avec la droite vénézuélienne et ses plans de coups d’État soutenus par les États-Unis. Depuis, des vidéos ont fait surface montrant Goudreau qui faisait la sécurité lors des rassemblements de Trump.
Les liens de l’entrepreneur militaire avec les services de renseignement américains et la droite vénézuélienne sont devenus évidents lorsqu’il s’est fait engager en février 2019 pour assurer la sécurité d’un concert payé par le milliardaire britannique Richard Branson à la frontière entre le Venezuela et la Colombie. En réalité cela faisait partie d’une opération ratée de la CIA visant à justifier l’envoi de faux convois d’aide au Venezuela.

Goudreau a publiquement pris la responsabilité de cette dernière opération, affirmant qu’elle est toujours en cours et que son objectif est de «renverser le gouvernement de Maduro». Il a déclaré que malgré l’échec abject de l’invasion maritime, d’autres éléments restent actifs à l’intérieur du Venezuela et vont «commencer à attaquer des cibles tactiques», en d’autres termes, lancer une vague de terrorisme.

En outre, Goudreau a confirmé la validité d’un contrat mis en ligne et signé par lui-même et Juan Guaidó, la non-entité politique de droite qui s’est proclamée «président intérimaire» du Venezuela en janvier de l’année dernière et qui a été automatiquement sacré par Washington et ses toutous vassaux en tant que «gouvernement légitime» du Venezuela.

Également, une conversation enregistrée en anglais entre Guaidó et Goudreau a été diffusée sur les réseaux sociaux, dans laquelle la marionnette des États-Unis a accepté de payer $213 millions à l’entreprise de sécurité américaine pour mener l’intervention armée, dont la redevance allait être payée avec les ressources pétrolières volées au Venezuela par le gouvernement américain.

Goudreau a affirmé que Guaidó n’avait pas effectué les paiements promis. Cependant, quel que soit l’arrangement exact, il est évident que quelqu’un a payé pour l’organisation d’une armée de mercenaires et son déploiement sur les côtes du Venezuela. Que ce soit la marionnette ou le marionnettiste ne fait guère de différence.

Guaidó, qui a tenté de déclencher un coup d’État militaire il y a un peu plus d’un an, n’est toujours pas derrière les barreaux. La raison est que le gouvernement «socialiste bolivarien» de Maduro le considère toujours comme un interlocuteur possible avec l’impérialisme américain et l’oligarchie vénézuélienne traditionnelle dans la recherche d’un accord pour sauver le capitalisme vénézuélien et empêcher une explosion révolutionnaire par le bas.

Interrogé sur la tentative d’invasion maritime du Venezuela, Trump a affirmé qu’il n’en savait rien et que cela n’avait «rien à voir avec notre gouvernement».

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a donné une réponse un peu plus conditionnelle lors d’une conférence de presse du département d’État mercredi, déclarant «aucune implication directe du gouvernement américain n’existe dans cette opération». Il a déclaré qu’il n’était «pas prêt à partager davantage d’informations sur ce que nous savons avoir eu lieu».

Quant aux deux mercenaires américains capturés, Pompeo a déclaré que Washington «utiliserait tous les outils dont nous disposons pour tenter de les faire libérer».

Le secrétaire d’État n’a pas précisé quels motifs les États-Unis pourraient invoquer pour exiger leur rapatriement. Y a-t-il le moindre doute qu’une paire de ressortissants étrangers pris en train d’envahir les États-Unis dans le but d’enlever ou de tuer Donald Trump serait condamnée pour terrorisme à la prison à vie ou pire ?

Les incursions armées se sont déroulées dans le cadre d’une campagne de «pression maximale» de sanctions paralysantes contre le Venezuela qui équivaut à un état de guerre. Le pays, se voyant imposer ce qui est essentiellement un embargo, se fait interdire ses exportations de pétrole et ses importations des médicaments et des fournitures médicales dont il a un besoin vital. L’embargo a entraîné des dizaines de milliers de morts, avant même le début de la pandémie de coronavirus. Depuis son apparition, l’impérialisme américain n’a fait que durcir les sanctions, cherchant à utiliser la maladie et la mort comme arme pour contraindre la population vénézuélienne à se soumettre et achever sa campagne de regime change.

Alors même que le nombre de morts augmentait aux États-Unis et que l’économie s’effondrait, Trump a ordonné le déploiement d’une force navale au large des côtes caribéennes du Venezuela sous prétexte de lutter contre le trafic de stupéfiants. Cela, même si la grande majorité des drogues qui arrivent aux États-Unis proviennent de la Colombie et passent par l’océan Pacifique et l’Amérique centrale, protégée par les alliés droitiers de Washington à Bogota, Tegucigalpa et Guatemala City. Les frégates et les navires de combat côtiers envoyés dans le cadre de cette opération ne sont évidemment pas conçus pour combattre les trafiquants de drogue.

Les événements sordides qui se sont déroulés sur les côtes du Venezuela rappellent les chapitres les plus sombres de la longue histoire d’agression militaire, d’exploitation semi-coloniale et de répression dictatoriale en Amérique latine par l’impérialisme américain. Lors de précédentes interventions impérialistes américaines qui ont mal tourné, notamment l’invasion de la Baie des Cochons à Cuba en 1961, les responsables de Washington niaient de la même manière toute implication des États-Unis. De même, quand il a été question de l’opération illégale qui visait à financer la guerre terroriste «contra» contre le Nicaragua dans les années 1980, Washington a maintenu son déni jusqu’à ce que le contractant de la CIA, Eugene Hasenfus, soit abattu aux commandes d’un avion transportant des armes pour les Contras.

La baie des Cochons et l’affaire «Iran contra» ont toutes deux déclenché des crises politiques majeures à Washington et provoqué des enquêtes minutieuses de la part des médias américains. Les reportages sur l’invasion avortée au Venezuela orchestrée par les États-Unis, cependant, ont rencontré le silence des médias menteurs et n’ont pas suscité la moindre critique de la part de l’opposition politique officielle de Trump au sein du Parti démocrate. De Biden à Sanders, ils se sont tous alignés derrière l’opération de changement de régime au Venezuela.

Cette opération sert les intérêts de l’oligarchie américaine au pouvoir. Elle vise à établir un contrôle sans entrave des conglomérats énergétiques américains sur les réserves vénézuéliennes de pétrole, les plus importantes de la planète, et à faire reculer l’influence croissante de la Chine et de la Russie au Venezuela et en Amérique latine dans son ensemble, que l’impérialisme américain a longtemps considérée comme sa «propre arrière-cour».

En pleine pandémie mondiale de coronavirus qui menace la vie de millions de personnes, l’impérialisme américain poursuit ses intérêts de prédateur par le biais d’une agression militaire, risquant de déclencher une autre guerre mondiale qui tuerait des milliards de personnes.

Seule la classe ouvrière, unie au-delà des frontières nationales dans une lutte commune pour mettre fin au capitalisme et à l’impérialisme, peut offrir une solution à ces menaces qui pèsent sur la survie de l’humanité.

Bill Van Auken

 

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Nouvel Ordre Mondial:Que signifie l’agonie de l’Empire pour «l’État sioniste d’Israël»?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.