La Grande Arnaque du COVID 19:Des sportifs français contaminés par le Covid-19 dès octobre aux Jeux militaires de Wuhan

 

Plusieurs athlètes français ont révélé ces derniers jours avoir souffert des symptômes du Covid-19 suite aux Jeux militaires qui ont eu lieu en octobre dernier. Cette compétition, à laquelle ont pris part plus de 400 sportifs tricolores, s’était déroulée à Wuhan, l’épicentre chinois de la pandémie. La médaillée olympique Elodie Clouvel pense sans équivoque avoir « déjà eu le coronavirus », ainsi que son partenaire, le pentathlète Valentin Belaud. La polémique ne cesse de prendre de l’ampleur.

Elodie Clouvel and Valentin Belaud (R), respectively world vice-champion and world champion in modern pentathlon, pose during a training session of the French team in Font-Romeu, on June 14, 2016 ahead of the Rio Olympics. (Photo by RAYMOND ROIG / AFP)

 

Le coronavirus pourrait avoir frappé sans prévenir plus tôt que prévu. De nombreux témoignages et indices incriminent la tenue des Jeux militaires en Chine, à Wuhan -premier foyer mondial du Covid-19- comme possible vecteur de contamination. Plusieurs athlètes français ont ainsi exprimé avoir souffert des mêmes symptômes que ceux du Covid-19 après leur participation à la compétition organisée en octobre dernier. Près de 400 Tricolores ont pris part à ces Jeux, parmi les 10.000 sportifs présents dans ce qui s’est avéré être le point de départ de la pandémie qui touche le monde entier depuis plusieurs mois.

D’hypothèses en bruits de couloir, l’affaire est devenue une onde de choc, qui pourrait sérieusement remettre en question la date de la première contamination au virus jusque-là estimée au 17 novembre 2019 en Chine, et au 27 décembre en France. La championne du monde et vice-championne olympique de pentathlon Elodie Clouvel est ainsi persuadée d’avoir contracté le Covid-19 aux Jeux mondiaux militaires. Interrogée par la chaîne locale Télévision Loire 7 le 25 mars dernier, celle qui a décroché l’or durant ces Jeux assurait ne pas craindre de devoir se rendre à nouveau en Asie pour les Jeux Olympiques de Tokyo, puisqu’elle et son compagnon (le pentathlète Valentin Belaud) avaient déjà été contaminés. « On était à Wuhan et après, on est tous tombés malades. Valentin a loupé trois jours d’entraînement. C’était très bizarre, moi aussi, j’ai eu des trucs que je n’avais pas eus avant. On ne s’est pas plus inquiété que ça parce qu’on n’en parlait pas encore.« 

Un autre athlète militaire français sous couvert d’anonymat a confirmé à BFM TV être également tombé malade (fièvre, courbatures importantes) et avoir dû être alité pendant trois jours à son retour de Chine. « On a eu un contact avec le médecin militaire qui nous a dit, ‘Je pense que vous l’avez eu parce qu’il y a beaucoup de gens de cette délégation qui ont été malades »‘ relate Elodie Clouvel. Selon BFM TV, aucun sportif français n’a été testé après Wuhan, et il n’est pas prévu qu’ils le soient à l’avenir. « On nous dit : ‘il n’y a pas de risque, vous êtes repartis le 28 octobre et le virus est arrivé le 1er novembre’« , précise un autre athlète anonyme au Parisien.
Au ministère des Armées, on a été demandé aux athlètes de ne pas répondre aux questions sur ce sujet avant de transmettre un communiqué sur la santé des membres de l’équipe de France militaire. « Il n’y a pas eu, au sein de la délégation française des Jeux militaires mondiaux, de cas déclarés auprès du Service de santé des armées de grippes ou d’hospitalisation pendant et au retour des JMME, pouvant s’apparenter, à postériori, à des cas de Covid-19« , a réagi le ministère des Armées, qui ne précise pas si Elodie Clouvel a été ou non en contact avec des médecins militaires pour être testée ou comparer ses symptômes de l’époque avec ceux du nouveau coronavirus. « La délégation française a bénéficié d’un suivi médical, avant et pendant les jeux, avec une équipe médicale dédiée composée de près d’une vingtaine de personnels« , souligne encore le ministère, en rappelant que « lorsque les Jeux mondiaux militaires d’été (JMME) se sont déroulés du 18 au 27 octobre 2019, à Wuhan en Chine, l’épidémie liée au Covid-19 n’était alors pas connue » et que « le premier cas de Covid-19 n’a été rapporté par la Chine à l’OMS, que le 31 décembre 2019« .
Inquiétudes également à l’étranger
L’affaire ne pose pas question seulement dans l’Hexagone. Aux États-Unis, la thèse d’une arrivée du virus sur le territoire par sa délégation militaire au retour des Jeux a déjà fait surface [1]. Cette thèse avait été étayée notamment par les propos du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, qui avait expliqué entre les lignes d’un Tweet que le Covid-19 avait pu avoir être amené sur le sol américain par l’équipe militaire ayant pris part au rassemblement de Wuhan. Au Luxembourg ou en Suède, d’autres exemples de sportifs malades ont fait surface ces derniers jours. « Mais aucune des personnes testées n’a donné de résultat positif » au Covid-19 martèle le service de communication des forces armées suédoises.

Par Loris Belin 

[1] Contrairement à ce que dit l’article ci-dessus, ce sont les faux athlètes américains qui ont introduit le Covid en Chine.

Preuve. Voici l’un des « athlètes américains » et officier du renseignement qui a introduit le COVID-19 en Chine  (13 mars 2020) :

Le journal chinois Global Times a rendu public aujourd’hui le nom du sergent d’état-major Maatje Benassi, une cycliste professionnelle (femme d’origine néerlandaise) qui a participé aux jeux de Wuhan et qui, selon le Global Times, s’est révélé positif pour COVID-19.

Voici donc l’Américaine qui a participé à la diffusion délibérée du COVID à Wuhan. Elle est également  «chauffeur diplomatique armé» ayant des antécédents de liens avec des opérations de renseignement impliquant des personnalités clés du canular RussiaGate.

L’attaque biologique au coronavirus contre la Chine a été révélée par un officier dénonciateur britannique en 2010 (14/03/2020) :

« ….  Par la suite, ou simultanément, des armes biologiques seraient utilisées contre la population chinoise. Cela déclencherait alors une autre chaîne d’événements qui ferait s’effondrer toute l’infrastructure politique et sociale chinoise. Cela a été mentionné comme suit: Maladie, suivie de pénuries alimentaires généralisées, suivie d’une famine de masse. […] Les agents biologiques étaient décrits comme ressemblant à la grippe et se propageaient comme un feu de forêt. Cela me choque et me rend malade de décrire ces événements. Cela me choque encore plus de savoir que des événements plausibles sont manipulés pour provoquer l’extinction de toute une partie de la race humaine. »

Coronavirus. Après la Chine, les soldats américains infestent l’Europe, le Japon, la Corée du Sud, etc. (16/03/2020) :

Nous avons vu que les Chinois ont accusé les Américains d’avoir introduit l’arme biologique Covid-19 lors des jeux militaires de Wuhan. On constate aujourd’hui que les principaux foyers de contamination en Europe, au Japon, en Corée du Sud, et ailleurs se situent à proximité immédiate des grandes bases militaires américaines. Cela confirmerait que l’Otan n’est rien d’autre que l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord. 

CONFIRME. Les USA ont introduit le COVID-19 en Chine à l’occasion des « Jeux Militaires » de Wuhan (26/03/2020) :

En octobre 2019, les États-Unis ont amené 172 (en réalité 369) « athlètes » militaires à Wuhan pour les Jeux militaires mondiaux. Bien qu’ils aient la « plus grande armée au monde », les États-Unis se sont classés 35e derrière des pays comme l’Iran, la Tunisie, la Finlande ou la Slovénie. Il n’y a pas de vidéo ou de photos de l’équipe américaine, aucun dossier n’a été conservé.


 

Voici l’un des « athlètes américains » et officier du renseignement qui a introduit le COVID-19 en Chine

Le journal chinois Global Times a rendu public aujourd’hui le nom du sergent d’état-major Maatje Benassi, une cycliste professionnelle (femme d’origine néerlandaise) qui a participé aux jeux de Wuhan et qui, selon le Global Times, s’est révélé positif pour COVID-19.

Voici donc l’Américaine qui a participé à la diffusion délibérée du COVID à Wuhan. Elle est également  «chauffeur diplomatique armé» ayant des antécédents de liens avec des opérations de renseignement impliquant des personnalités clés du canular RussiaGate.

Benassi était chauffeur pour le général James Jones, de ShadowNet, (George Webb) et a travaillé pour le renseignement de l’armée américaine. ShadowNet et Psy-Group ainsi que Cambridge Analytica faisaient partie de l’enquête Mueller, cherchant des informations sur leurs relations avec Paul Manafort (emprisonné) et Donald Trump Jr. (pas encore emprisonné).

D’autres allégations disent que 67 militaires américains sont morts il y a une semaine, mais cela provient d’une source médicale / diplomatique à Moscou et n’est pas confirmé.

La Chine demande aux États-Unis de divulguer des informations sur le nombre de militaires américains qui ont quitté Wuhan (369 étaient là) et qui ont été testés positifs. Notez que beaucoup auraient pu être infectés dans l’avion de retour de Chine… Jim W. Dean
———————————- 

Première publication… 25 mars 2020 –

Les internautes et experts chinois exhortent les autorités américaines à divulguer les informations sur la santé et les infections de la délégation militaire américaine qui est venue à Wuhan pour les Jeux mondiaux militaires en octobre pour mettre fin à la conjecture selon laquelle le personnel militaire américain aurait introduit la COVID-19 en Chine .

Un journaliste américain a affirmé qu’un athlète militaire américain dans la délégation pourrait être le « patient zéro » de la nouvelle maladie mortelle.

George Webb, un journaliste d’investigation à Washington, DC, a affirmé dans des vidéos et des tweets récents qu’il pensait que Maatje Benassi, un chauffeur diplomatique armé et cycliste qui était à Wuhan en octobre pour la compétition de cyclisme aux Jeux mondiaux militaires, pourrait être « patient zéro » de COVID-19 à Wuhan.

[Selon] un rapport du site officiel du département américain de la Défense du 25 octobre, Maatje Benassi a participé à une course cycliste sur route de 50 milles à Wuhan.

Webb a également cité un laboratoire militaire, le laboratoire de Fort Detrick , qui traite des organismes pathogènes de haut niveau tels qu’Ebola , à Fredrick, Maryland, qui a été fermé et déplacé en juillet en raison d’installations et d’un système de gestion non qualifiés.

Benny Benassi is stuck at home this season.

dancingastronaut.com

Les politiciens américains soutiennent que le nouveau coronavirus est «fabriqué en Chine», tandis que les scientifiques mondiaux, y compris ceux des États-Unis, n’ont trouvé aucune preuve solide pour prouver l’origine du virus. Compte tenu de cette situation, il est important de détecter tout point suspect dans la délégation américaine aux jeux de Wuhan dans ce scénario, et de savoir ce qui s’est réellement passé, a déclaré Li.

COVID-19, une maladie mortelle causée par le nouveau coronavirus, a infecté plus de 330.000 personnes dans le monde et en a tué plus de 14.000.

L’identification de l’origine aidera à développer une thérapie efficace contre la maladie. Les États-Unis devraient fournir des informations sur les membres de la délégation pour soutenir les recherches connexes, a déclaré Li.

Plus tôt en mars, Zhao Lijian, un diplomate chinois franc, soupçonne, sur son compte Twitter personnel, que ce pouvaient être les représentants de l’armée américaine aux Jeux mondiaux militaires qui avaient amené le nouveau coronavirus à Wuhan en octobre 2019, après qu’un haut responsable américain de la santé a admis avoir détecté des infections à coronavirus sur certains patients décédés de la grippe.

Zhao a exhorté les États-Unis à divulguer de plus amples informations, à faire preuve de transparence sur les cas de coronavirus et à fournir une explication au public.
—————————————–

Une femme américaine termine 8e malgré un accident dans une course sur route de 50 miles à vélo

Par Gary Sheftick, Army News Service, 24 octobre 2019

 

 

 

 

 

 

WUHAN, Chine – Un coup par derrière dans le dernier tour a peut-être anéanti les espoirs des forces armées américaines pour l’or dans le cyclisme féminin, mais des côtes meurtries et un casque fissuré n’ont pas empêché le Sgt. 1re classe Maatje Benassi de franchir la ligne d’arrivée.

Benassi a mené le peloton pendant une grande partie du troisième et du quatrième tours des 50 milles et cinq tours sur route dimanche lors de la deuxième journée de compétition cycliste des Jeux mondiaux militaires du CISM. Elle était retombée au repêchage depuis un moment et commençait à peine sa dernière poussée lorsque le crash s’est produit.

« Mon plan était de monter sur la gauche« , a expliqué Benassi. Deux virages à droite plus larges approchaient avant l’arrivée « et donc si vous vous déplacez sur la gauche, vous n’avez pas besoin de freiner; vous pouvez porter tout cet élan – cette vitesse – dans le virage. « 

Le CISM, ou International Military Sports Council, organise les Jeux tous les quatre ans, avec plus de 100 nations participant à 32 sports. Le conseil est désigné par son acronyme français, CISM, parce que le français est sa langue fondatrice.

Alors que le peloton approchait de la marque des 2 kilomètres depuis l’arrivée, «il y avait beaucoup de mouvement en cours», a-t-elle déclaré. « C’est devenu très flou. »

Quand elle est allée à pleine vitesse dans le virage à droite, elle a repéré un maillot blanc remonté par derrière. Le pneu avant de cette concurrente a heurté sa roue arrière, la faisant tomber.

Sa tête a touché le sol et elle a entendu un déclic « et je savais que j’avais cassé le casque à ce moment-là« , a-t-elle déclaré. «Ma première réaction a été:« Je ne pouvais pas respirer ».» L’impact lui a littéralement coupé le souffle. « Je devais juste reprendre mon souffle, mais ça ne vienait pas. »

https://www.army.mil/article/228879/us_women_finish_8th_despite_crash_in_50_mile_cycling_road_race

 

Source : Breaking: US Athlete/Intelligence Officer in China Games named as Patient Zero for COVID, debunking Trump Rhetoric (updating)

Veterans Today

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.