Des scientifiques israéliens affirment que c’est par «pure chance» qu’ils travaillaient déjà sur un vaccin COVID-19 avant l’épidémie

Selon l’Institut Pasteur,de renommée mondiale:aucun vaccin n’a encore été développé pour lutter contre le nouveau coronavirus.

 

Malgré le fait que les vaccins mettent souvent 10 à 12 ans à se développer, les chercheurs israéliens voudraient nous faire croire qu’en raison de la «pure chance», ils pourraient avoir un nouveau vaccin contre le coronavirus prêt à être commercialisé dans les 90 prochains jours:

Photo du groupe MIGAL en Israel.

 

Les scientifiques israéliens sont sur le point de développer le premier vaccin contre le nouveau coronavirus, selon le ministre des Sciences et de la Technologie, Ofir Akunis. Si tout se passe comme prévu, le vaccin pourrait être prêt en quelques semaines et disponible en 90 jours, selon le communiqué.
Si l’annonce israélienne est sérieuse, cela veut dire que les Israéliens (et/ou les Américains, puisqu’ils sont kif-kif bourricots) ont fabriqué le Coronavirus depuis 10 à 12 ans et qu’ils maîtrisent son développement, son essaimage et ses anticorps.

 

« Félicitations à MIGAL [The Galilee Research Institute] pour cette percée passionnante« , a déclaré Akunis. « Je suis convaincu qu’il y aura de nouveaux progrès rapides, nous permettant de fournir une réponse nécessaire à la grave menace mondiale COVID-19« , a déclaré Akunis, se référant à la maladie causée par le nouveau coronavirus.

Au cours des quatre dernières années, une équipe de scientifiques du MIGAL a mis au point un vaccin contre le virus de la bronchite infectieuse (infectious bronchitis virus IBV), qui provoque une maladie bronchique affectant la volaille. L’efficacité du vaccin a été prouvée lors d’essais précliniques menés à l’Institut vétérinaire.

«Notre concept de base était de développer la technologie et non spécifiquement un vaccin pour ce type ou ce type de virus», a déclaré le Dr Chen Katz, chef du groupe biotechnologie du MIGAL. «Le cadre scientifique du vaccin est basé sur un nouveau vecteur d’expression protéique, qui forme et sécrète une protéine soluble chimérique qui libère l’antigène viral dans les tissus muqueux par endocytose auto-activée, provoquant la formation d’anticorps par le corps contre le virus

L’endocytose est un processus cellulaire dans lequel des substances sont introduites dans une cellule en entourant le matériau de membrane cellulaire, formant une vésicule contenant le matériau ingéré.

Dans des essais précliniques, l’équipe a démontré que la vaccination orale induit des niveaux élevés d’anticorps anti-IBV spécifiques, a déclaré Katz.

« Appelons ça de la chance« , a-t-il dit. «Nous avons décidé de choisir le coronavirus comme modèle pour notre système tout comme une preuve de concept pour notre technologie

Mais après que les scientifiques ont séquencé l’ADN du nouveau coronavirus à l’origine de l’épidémie mondiale actuelle, les chercheurs du MIGAL l’ont examiné et ont constaté que le coronavirus de la volaille a une forte similitude génétique avec l’humain, et qu’il utilise le même mécanisme d’infection, ce qui augmente la probabilité de parvenir à un vaccin humain efficace en très peu de temps, a déclaré Katz.

« Tout ce que nous devons faire, c’est ajuster le système à la nouvelle séquence« , a-t-il déclaré. «Nous sommes au milieu de ce processus, et nous espérons que dans quelques semaines, nous aurons le vaccin entre les mains. Oui, dans quelques semaines, si tout fonctionne, nous aurions un vaccin pour prévenir le coronavirus. »

Le MIGAL serait responsable du développement du nouveau vaccin, mais il devrait ensuite passer par un processus réglementaire, comprenant des essais cliniques et une production à grande échelle, a déclaré Katz.

Akunis a déclaré qu’il avait chargé le directeur général de son ministère d’accélérer tous les processus d’approbation dans le but de mettre le vaccin humain sur le marché le plus rapidement possible.

«Compte tenu du besoin mondial urgent d’un vaccin contre le coronavirus humain, nous faisons tout notre possible pour accélérer le développement», a déclaré le PDG de MIGAL, David Zigdon. Le vaccin pourrait « obtenir l’approbation de sécurité en 90 jours« , a-t-il déclaré.

Ce sera un vaccin oral, le rendant particulièrement accessible au grand public, a déclaré Zigdon.

Quoi que vous pensiez des vaccins en général, leur développement est un processus long et compliqué, et la plupart des sources traditionnelles déclarent qu’il faut entre 10 et 12 ans pour qu’un vaccin soit approuvé pour une utilisation publique.

Curieusement, ces Israéliens affirment qu’ils travaillaient justement sur cette souche de coronavirus avant le déclenchement de l’épidémie, ce qui leur a donné une «longueur d’avance» sur la concurrence. Quelle coïncidence!

Ils aimeraient que vous pensiez que la volaille et les coronavirus humains sont si «similaires» que les travaux sur les premiers peuvent être appliqués aux seconds, ce qui n’est pas nécessairement le cas en raison de la spécificité des vaccins.

«Assez près» : ça ne marche pas dans les vaccins ni , plus généralement, en médecine.

Et ils donnent l’impression qu’ils travaillaient sur un modèle «générique» pour les vaccins pulmonaires qui pourrait «facilement» être modifié en d’autres virus «similaires». Mais la raison pour laquelle les vaccins contre la grippe ne fonctionneraient pas de saison en saison est que chaque année a un nouveau virus et qu’ils doivent recommencer à zéro, et que le coronavirus ferait le même. Il peut muter d’une année sur l’autre.

Fait intéressant, un article similaire sur ce vaccin est paru dans le Times Of Israel, mais cet article n’a pas mentionné le rôle que la «chance» a joué dans le développement rapide du vaccin, mais il a mentionné qu’ils avaient travaillé sur ce modèle générique depuis 4 ans déjà.

Étrangement, ce deuxième article fait une affirmation plutôt contradictoire: ils ont trouvé la séquence génétique de celui-ci en ligne et l’ont appliquée à leur «modèle». Lequel est-ce? Travaillaient-ils déjà sur COVID-19 ou non?

Quoi qu’il en soit, ce deuxième article fait également la déclaration étonnante selon laquelle ils pourraient avoir le vaccin prêt dans seulement 90 jours à partir de maintenant.

Afin de précipiter ce vaccin sur le marché, il ne peut certainement pas être testé correctement en si peu de temps, et quiconque le prend menacerait littéralement sa vie.

Rappelez-vous la dévastation causée par le vaccin contre la grippe porcine? Les gens ont été tellement pris dans l’hystérie créée par les médias qu’ils étaient prêts à prendre un vaccin mal fabriqué et testé.

Rappelez-vous qu’en raison de l’hystérie générée par les médias entourant la polio, le premier vaccin contre la polio de Jonas Salk a été expédié sur le marché sans tests appropriés, et il a en fait provoqué la polio chez les enfants et a dû être tranquillement retiré tout en prétendant faussement « victoire » sur la polio.

Et la même chose peut très bien se produire cette fois: la «bureaucratie» normale pour faire approuver ce vaccin sera levée en raison de la forte demande et de la peur panique du public, et ce nouveau vaccin pourrait finir par tuer bien plus de personnes que ne le fera jamais le coronavirus.

Source : Israeli Scientists Claim It’s ‘Pure Luck’ They Were Already Working On A COVID-19 Vaccine Prior To The Outbreak

March 14, 2020 Par christiansfortruth.com

Publicités

3 commentaires sur “Des scientifiques israéliens affirment que c’est par «pure chance» qu’ils travaillaient déjà sur un vaccin COVID-19 avant l’épidémie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.