La photo du Jour /Picture of the day: Hiver 1941la Légion des Volontaires Français arrive près de Moscou /Winter 1941 The Legion of French Volunteers arrives near Moscow

Une unité des soldats francais de la legion allemande des volontaires tenant un drapeau francais en  Russie,hiver 1941.

 


UN PEU D’HISTOIRE

 

La Légion des volontaires français contre le bolchévisme —  dite Légion des volontaires français ou LVF et pour sa partie combattante au sein de la Wehrmacht, et plus particulièrement de la Heer, Infanterie Regiment 638—, est créée le , 15 jours après le déclenchement de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne. Cette naissance est portée par une galaxie de partis collaborationnistes français, notamment le Rassemblement national populaire de Marcel Déat, le Parti populaire français de Jacques Doriot, et le Mouvement social révolutionnaire d’Eugène Deloncle. En juin 1942, le gouvernement de Vichy tente de la récupérer en la transformant en Légion tricolore sous son contrôle, mais abandonne en décembre 1942 face à l’opposition catégorique des Allemands. En septembre 1944, sa partie combattante, l’Infanterie Regiment 638, est dissoute sur décision des Allemands et ses effectifs sont principalement intégrés à la Division SS Charlemagne. La LVF utilisait comme étendard le drapeau tricolore français.


Philatélie et histoire-les timbres de la Légion des Volontaires Français

 

Cet ensemble de cinq timbres est émis par le régime de Vichy en octobre 1942. Ils sont connus comme la série « Borodino », le nom russe de la bataille de Moscou. La première bataille de Borodino a eu lieu en 1812… et la seconde en 1941.

1) Timbre gris. Sous le titre et l’écusson de la LVF, le détachement est appuyé par des chars lourds. Au fond dans la neige, des villages sont en flammes.
2) Timbre violet. Un légionnaire observe dans ses jumelles les effets d’un tir d’artillerie sur de superbes tours (le Kremlin ?).
3) Timbre vert. Toujours dans un paysage enneigé, un obusier (vraisemblablement un obus de 105 de la Heer) et les artilleurs de la LVF.

 

4) Timbre carmin. La LVF se retire lentement sur des pistes enneigées et impraticables. On peut deviner une pièce d’artillerie tirée par chevaux. La majeure partie de l’unité n’est pas motorisée.
5) Timbre azur. Les légionnaires poursuivent leur bataille politique. La Vieille Garde de Napoléon les accompagne dans cette direction.

 

Il s’agit de timbres de bienfaisance :
1.000.000 de séries « Borodino » ont été éditées… Malgré une côte pas très élevée cette série n’est pas des plus faciles à trouver… Ces timbres existent aussi avec vignette :

 

Il existe également deux autres timbres (un avion et territoire de l’URSS) ainsi que la même série surchargée. De plus, pour le bloc de l’ours, il est possible d’acheter des faux car le prix est très élevés.  D’autres vignettes existent pour la Belgique et quelques timbres pour la Croatie.

voici les 2 timbres de 1941 (450.000 paires):

 

Et la même paire surchargée l’année suivante (300.000 paires)

Il existe également un bloc-feuillet très rare de 1941 dont je ne connais pas le tirage…


UN PEU DE MUSIQUE ET DE VIDÉO SUR LA LVF

 


Le chant du diable

 

Couplets:

SS marchons vers l’ennemi

Chantant le Chant du Diable

Car dans les cœurs, des gars hardis

Souffle un vent formidable !

Qu’importe que l’on nous acclame

Ou nous damne le monde entier

Nous l’entraînerons dans les flammes

Et nous en rions volontiers !

Là où nous passons que tout tremble

Et le Diable y rit avec nous !

Ha,ha,ha,ha,ha,ha,ha !

Nous luttons pour l’Europe et la liberté

Notre Honneur s’appelle Fidélité !

 

 


 

 

 

 

 

Publicités

Réseau pédophile de l’Élite:Les garçons et les filles vendus pour le sexe vingt fois par jour

«Les enfants sont chaque jour ciblés et vendus à des fins sexuelles en Amérique.» – John RyanNational Center for Missing & Exploited Children

Il ne peut y avoir qu’un seul gagnant sortant de l’affrontement du Super Bowl LIV de cette année entre les 49ers de San Francisco et les Chiefs de Kansas City, mais les plus grands perdants seront les centaines de jeunes filles et garçons – certains aussi jeunes que neuf ans – qui seront achetés et vendus pour le sexe au cours du grand match.



Il est courant de parler de cette pratique perverse, qui est devenue l’entreprise du crime organisé qui connaît la croissance la plus rapide et la troisième marchandise la plus lucrative, commercialisée illégalement, après la drogue et les armes à feu comme le trafic sexuel d’enfants, mais ce dont nous parlons vraiment est le viol.

Aux États-Unis, des adultes achètent des enfants pour des rapports sexuels au moins 2,5 millions de fois par an.

Mais ce ne sont pas seulement les jeunes filles qui sont vulnérables à ces prédateurs.

Selon un rapport d’enquête de USA Today, «les garçons représentent environ 36% des enfants pris dans l’industrie du sexe aux États-Unis – environ 60% sont des femmes et moins de 5% sont des hommes et des femmes transgenres».

Considérez ceci toutes les deux minutes, un enfant est exploité dans l’industrie du sexe.

Rien qu’en Géorgie, on estime que 7.200 hommes – dont la moitié dans la trentaine – cherchent à acheter des relations sexuelles avec des adolescentes chaque mois, soit en moyenne 300 par jour.

En moyenne, un enfant peut être violé par 6.000 hommes au cours d’une période de cinq ans.

On estime qu’au moins 100.000 enfants – filles et garçons – sont achetés et vendus à des fins sexuelles aux États-Unis chaque année, avec jusqu’à 300.000 enfants menacés de traite chaque année. Certains de ces enfants sont enlevés de force, d’autres sont des fugueurs et d’autres encore sont vendus sur le marché par des proches et des connaissances.


Le viol des enfants est devenu une grande industrie aux USA

C’est une industrie qui tourne autour du sexe bon marché à portée de main, avec des jeunes filles et des femmes qui sont vendues à 50 hommes chaque jour pour 25$ pièce, tandis que leurs proxénètes gagnent 150.000$ à 200.000$ par enfant chaque année.

Ce n’est pas un problème que l’on retrouve uniquement dans les grandes villes.

Cela se produit partout, juste sous notre nez, dans les banlieues, les villes et les villages du pays.

Comme le souligne Ernie Allen du National Center for Missing and Exploited Children«la seule façon de ne pas trouver cela dans une ville américaine est simplement de ne pas le chercher.»

Ne vous y trompez pas en croyant que cela ne concerne que les communautés à faible revenu ou les immigrants. Ce n’est pas le cas.

On estime qu’il y a de 100.000 à 150.000 travailleuses du sexe qui sont des enfants mineures aux États-Unis. Ces filles ne se portent pas volontaires pour être esclaves sexuelles. Elles sont attirées, forcées, victimes de la traite. Dans la plupart des cas, elles n’ont pas le choix. Chaque transaction est un viol.

Afin d’éviter la détection – dans certains cas aidés et encouragés par la police – et pouvoir répondre à la demande des acheteurs masculins pour des relations sexuelles avec différentes femmes, les proxénètes, les gangs et les syndicats du crime pour lesquels ils travaillent ont transformé le trafic sexuel en une entreprise très mobile, où les filles, les garçons et les femmes victimes de la traite sont constamment déplacés d’une ville à l’autre, d’un État à l’autre et d’un pays à l’autre.

Par exemple, la région de Baltimore-Washington, appelée The Circuit, avec son autoroute I-95 parsemée d’aires de repos, de gares routières et d’arrêts de camions, est une plaque tournante pour le commerce du sexe.

Aucun doute à ce sujet : il s’agit d’une entreprise de trafic sexuel très rentable, très organisée et hautement sophistiquée qui opère dans les villes, grandes et petites, récoltant jusqu’à 9,5 milliards de dollars par an aux États-Unis uniquement en enlevant et en vendant des jeunes filles à des fins sexuelles.

Chaque année, les filles achetées et vendues sont de plus en plus jeunes.

L’âge moyen des victimes de la traite est de 13 ans. Pourtant, comme l’a souligné le chef d’un groupe de lutte contre la traite : «Réfléchissons à ce que signifie la moyenne. Cela signifie qu’il y a des enfants de moins de 13 ans. Cela signifie des enfants de 8, 9 et 10 ans.»

«Pour 10 femmes secourues, 50 à 100 femmes supplémentaires sont amenées par les trafiquants. Malheureusement, elles n’ont pas 18 ou 20 ans», a noté une victime de la traite, âgée de 25 ans. «Ce sont des mineures aussi jeunes que 13 ans qui sont victimes de la traite. Ce sont des petites filles. « 

C’est le sale petit secret de l’Amérique.

Mais qu’est-ce qui motive ce mauvais appétit pour la chair fraîche ? Qui achète un enfant pour le sexe ?

Indifféremment, des hommes ordinaires de tous horizons. «Ils pourraient être votre collègue, votre médecin, votre pasteur ou votre conjoint»écrit le journaliste Tim Swarens, qui a passé plus d’un an à enquêter sur le commerce du sexe en Amérique.

Les églises catholiques et protestantes ont été particulièrement distinguées ces dernières années pour avoir abrité ces prédateurs sexuels. Vingt ans après que le scandale des abus sexuels commis par le clergé a secoué l’Église catholique, des centaines de prédateurs sexuels – prêtres, diacres, moines et laïcs – continuent de se voir confier des tâches à proximité des enfants. Dans de nombreux cas, les abus se poursuivent sans relâche.

Bien que beaucoup moins médiatisés, les crimes sexuels au sein de l’Église protestante n’en ont pas été moins flagrants. Par exemple, une récente exposition concernant des dirigeants de l’Église baptiste du Sud, présentée par le Houston Chronicle documente plus de 700 enfants victimes de violences sexuelles «qui ont été agressés, ont envoyé des photos ou des textes explicites, ont été exposés à la pornographie, photographiés nus ou violés à plusieurs reprises par de jeunes pasteurs. Certaines victimes, dès l’âge de 3 ans, ont été agressées ou violées dans les études des pasteurs et les salles de classe de l’école du dimanche.»

Et puis vous avez des événements sportifs nationaux tels que le Super Bowl, où des trafiquants sexuels ont été surpris en train de vendre des mineurs, certains dès l’âge de 9 ans. Pourtant, même si le Super Bowl n’est pas exactement une «aubaine» pour les trafiquants sexuels comme certains le prétendent, il reste une source lucrative de revenus pour l’industrie du trafic sexuel d’enfants et une attraction pour ceux qui sont prêts à payer pour violer de jeunes enfants.

Selon l’enquêteur judiciaire Marc Chadderdon, ces «clients» – les hommes dits «ordinaires» qui stimulent la demande de relations sexuelles avec des enfants – représentent un échantillon représentatif de la société américaine : chaque âge, chaque race, chaque milieu socio-économique, flics, enseignants, agents correctionnels, pasteurs, etc.

Et puis il y a les hommes extraordinaires, tels que Jeffrey Epstein, le milliardaire des fonds spéculatif / pédophile en série condamné qui a été arrêté pour avoir agressé, violé et trafiqué des dizaines de jeunes filles, pour finalement mourir dans des circonstances très inhabituelles.

On pense qu’Epstein exploitait son propre réseau de trafic sexuel personnel non seulement pour son propre plaisir, mais aussi pour le plaisir de ses amis et associés en affaires. Selon le Washington Post«plusieurs des jeunes femmes… disent qu’elles ont été offertes aux riches et célèbres en tant que partenaires sexuels lors des soirées d’Epstein.» À plusieurs reprises, Epstein a transporté ses amis dans son avion privé, surnommé le « Lolita Express. »[1]

Des hommes comme Epstein et ses copains, qui appartiennent à un segment de l’élite puissante et riche de la société, qui fonctionne selon ses propres règles, se baladent impunément en profitant d’un système de justice pénale qui se plie aux caprices des puissants, des riches et de l’élite .

D’où vient cet appétit pour les jeunes filles ?

Regardez autour de vous.

Les jeunes filles sont sexualisées depuis des années dans des clips, sur des panneaux d’affichage, dans des publicités télévisées et dans des magasins de vêtements. Les commerçants ont créé une demande de chair fraîche et un approvisionnement d’enfants prêts-à-porter sur-sexualisés.

«Dans un marché qui vend des talons hauts pour les bébés et des strings pour les préadolescentes, il ne faut pas être un génie pour voir que le sexe, sinon le porno, a envahi nos vies»écrit Jessica Bennett pour Newsweek«Que nous l’accueillions ou non, la télévision l’apporte dans nos salons et le Web l’apporte dans nos chambres. Selon une étude de 2007 de l’Université de l’Alberta, jusqu’à 90% des garçons et 70% des filles de 13 à 14 ans ont accédé au moins à un contenu sexuellement explicite.»

C’est ce que Bennett appelle la «pornification d’une génération».

En d’autres termes, la culture prépare ces jeunes à être la proie de prédateurs sexuels.

Les médias sociaux rendent tout cela trop facile. Comme l’a rapporté un média d’actualités : «Trouver des filles est facile pour les proxénètes. Ils regardent… les réseaux sociaux. Avec leurs assistants ils rodent dans les centres commerciaux, les lycées et les collèges. Ils viennent les chercher aux arrêts de bus ou de tramway. Le recrutement de filles par le bouche a bouche se produit parfois.» Les foyers d’accueil et les maisons d’hébergement pour jeunes sont également devenus des cibles privilégiées pour les trafiquants.

Ces filles se livrent rarement à la prostitution volontairement. Beaucoup commencent comme des fugueurs ou des fuyards, seulement pour se trouver finalement piégés par des proxénètes ou des réseaux sexuels plus vastes. D’autres, persuadées de rencontrer un étranger après avoir interagi en ligne via l’un des nombreux sites de réseaux sociaux, se retrouvent rapidement initiées à leur nouvelle vie d’esclaves sexuelles.

Debbie, une étudiante hétéro, très bien notée, qui appartenait à une famille soudée de l’Air Force vivant à Phoenix, en Arizona, est un exemple de ce commerce de chair. Debbie avait 15 ans lorsqu’elle a été draguée dans son allée par un ami de connaissance. Forcée dans une voiture, Debbie a été ligotée et emmenée dans un endroit inconnu, maintenue sous la menace d’une arme à feu et violée par plusieurs hommes. Elle a ensuite été placée dans un petit chenil et forcée de manger des biscuits pour chiens. Les ravisseurs de Debbie ont annoncé ses services sur Craigslist. Ceux qui ont répondu étaient souvent mariés, ont des enfants, et l’argent que Debbie «gagnait» par le sexe était remis à ses ravisseurs. Le viol collectif s’est poursuivi. Après avoir fouillé l’appartement où Debbie était captive, la police l’a finalement trouvée fourrée dans un tiroir sous un lit. Son épreuve a duré quarante jours.

Alors que Debbie a eu la chance d’être secourue, d’autres n’ont pas autant de veine.

Selon le Centre national pour les enfants disparus et exploités, près de 800.000 enfants disparaissent chaque année – environ 2.185 par jour.

Avec une demande croissante d’esclavage sexuel et un nombre immense de filles et de femmes susceptibles d’être victimes d’enlèvement, ce n’est pas un problème qui disparaîtra de si tôt.

Pour ceux qui sont victimes de la traite, c’est un cauchemar du début à la fin.

Ceux qui sont vendus à des fins sexuelles ont une espérance de vie moyenne de sept ans, et ces années sont un cauchemar vivant de viol sans fin, de drogues forcées, d’humiliation, de dégradation, de menaces, de maladies, de grossesses, d’avortements, de fausses couches, de torture, de douleur et toujours la peur constante d’être tué ou, pire, de voir ceux que vous aimez blessés ou tués.

Peter Landesman dépeint toutes les horreurs de la vie des victimes du commerce du sexe dans son article du New York Times «The Girls Next Door» :

Andrea m’a dit qu’elle et les autres enfants avec lesquels elle était détenue étaient fréquemment battus pour les garder déséquilibrés et obéissants. Parfois, ils ont été filmés pendant qu’ils étaient forcés d’avoir des relations sexuelles avec des adultes ou entre eux. Souvent, dit-elle, on lui a demandé de jouer des rôles : la patiente thérapeute ou la fille obéissante. Sa cellule de trafiquants sexuels offrait trois tranches d’âge de partenaires sexuels – des tout-petits à 4, 5 à 12 ans et des adolescents – ainsi que ce qu’elle appelait un «groupe de dégâts»«Dans ce groupe, ils peuvent vous frapper ou faire tout ce qu’ils veulent», a-t-elle expliqué. « Bien que le sexe fasse toujours mal quand vous êtes petit, il est toujours violent, tout était beaucoup plus douloureux une fois que vous étiez placé dans le groupe des dégâts. »

Ce qu’Andrea a décrit ensuite montre à quel point certaines parties de la société américaine sont devenues dépravées. « Ils vous affameraient pour vous entraîner » à avoir des relations sexuelles orales.  » Ils ont mis du miel sur un homme. Pour les plus petits, il fallait leur apprendre à ne pas vomir. Et ils poussaient des choses en vous pour que vous vous ouvriez mieux. Nous avons appris des attitudes. Comme être sensuels, sexy ou effrayés. La plupart d’entre eux voulaient que vous ayez peur. Quand je serais plus âgé, j’enseignerai aux plus jeunes comment se laisser dériver pour que les choses ne fassent pas mal. »

Les agents d’immigration et les douaniers du Cyber​​Crimes Center de Fairfax, en Virginie, rapportent qu’en matière de sexe, l’appétit de nombreux Américains a changé. Ce qui était autrefois considéré comme anormal est désormais la norme. Ces agents notent une tendance claire de la demande de pornographie plus hard sur Internet. Comme l’a fait remarquer un agent : « Nous sommes devenus insensibles aux trucs mous ; maintenant nous avons besoin de choses de plus en plus dures. »

Cette tendance se reflète dans le traitement que nombre de filles reçoivent aux mains des trafiquants de drogue et des hommes qui les achètent. Peter Landesman a interviewé Rosario, une Mexicaine victime de la traite à New York et maintenue en captivité pendant plusieurs années. Elle a déclaré : «En Amérique, nous avions des emplois spéciaux . Le sexe oral, le sexe anal, souvent avec de nombreux hommes. Le sexe est maintenant plus aventureux, plus difficile. »

Un fil conducteur tissé à travers les expériences de la plupart des survivants est d’être forcé de vivre sans sommeil ni nourriture jusqu’à ce qu’ils aient atteint leur quota sexuel d’au moins 40 hommes. Une femme raconte comment son trafiquant l’a fait allonger au sol, face contre terre alors qu’elle était enceinte, puis lui a littéralement sauté sur le dos, la forçant à faire une fausse couche.

Holly Austin Smith a été enlevée à l’âge de 14 ans, violée, puis forcée de se prostituer. Son proxénète, lorsqu’il a été jugé, n’a été condamné qu’à un an de prison.

Barbara Amaya a été échangée et vendue à plusieurs reprises entre des trafiquants, maltraitée, frappée, poignardée, violée, kidnappée, trafiquée et emprisonnée avant l’âge de 18 ans. «J’avais un quota que j’étais censé remplir tous les soirs. Et si je n’avais pas cette somme d’argent, j’étais battue, jetée dans les escaliers. Il m’a battu une fois avec des cintres en métal, du genre à accrocher des vêtements, il l’a redressé et tout mon dos saignait.»

Comme David McSwane le raconte dans un article effrayant pour le Herald-Tribune «À Oakland Park, une banlieue industrielle de Fort Lauderdale, des agents fédéraux ont trouvé en 2011 un bordel exploité par un couple marié. À l’intérieur de ‘The Boom Boom Room’, comme on l’appelait, les clients payaient, recevaient un préservatif et une minuterie, et étaient laissés seuls avec l’un des huit adolescents du bordel, des enfants dès l’âge de 13 ans. Un enfant de 16 ans, qui était là en famille d’accueil, a témoigné qu’il agissait comme gardien de sécurité, alors qu’une jeune fille de 17 ans a dit à un juge fédéral qu’elle avait été forcée d’avoir des relations sexuelles avec jusqu’à 20 hommes par nuit.»

Un réseau de trafic sexuel particulier s’adressait spécifiquement aux travailleurs migrants employés de façon saisonnière dans les fermes des États du sud-est, en particulier en Caroline, Nord et Sud, et en Géorgie, bien qu’il s’agisse d’une entreprise florissante dans tous les États du pays. Les trafiquants transportent les femmes de ferme en ferme, où les travailleurs migrants font la queue devant des cabanes, jusqu’à 30 à la fois, pour avoir des relations sexuelles avec elles avant d’être transportées dans une autre ferme où le processus recommençait.

Ce fléau croissant est au grand jour

Les enfants victimes de la traite sont présentés par annonces sur Internet, transportés sur l’autoroute et achetés et vendus dans des hôtels chics.

Malheureusement, comme je le dis clairement dans mon livre Battlefield America: The War on the American People, la guerre du gouvernement contre le trafic sexuel – tout comme la guerre du gouvernement contre le terrorisme, la drogue et le crime – est devenue une excuse parfaite pour infliger plus d’État policier – points de contrôle de la police, fouilles, surveillance et sécurité renforcée – sur un public vulnérable, tout en faisant peu pour protéger nos enfants des prédateurs sexuels.

 

 John W. Whitehead
Titre d’origine : Les plus sales petits secrets américains …

Avocat constitutionnel et auteur, fondateur et président du Rutherford Institute. Son nouveau livre Battlefield America: The War on the American People est disponible sur http://www.amazon.com. Whitehead peut être contacté à johnw@rutherford.org.


NOTES:1

USA. William Barr a des liens inquiétants avec Epstein

Le procureur général William Barr s’engage à enquêter sur le « suicide » d’Epstein, mais lui et sa famille ont des liens de longue date avec le pédophile agent du Mossad, ce qui est un autre signe qu’Epstein pourrait être en Israël. 

D’autre part, quel est le lien entre Epstein et la série de massacres que prédit Barr? Après que M. Barr ait déclaré « un incident majeur pourrait bien survenir à tout moment et susceptible de galvaniser l’opinion publique », et que le directeur du FBI, Wray, ait déclaré: « Les menaces les plus persistantes pour la nation sont les extrémistes violents du terrorisme national, les terroristes de chez nous … » des fusillades en masse ont été faites par trois Blancs les 28 juillet, 3 et 4 août, suivis par les appels à davantage de contrôles des armes à feu et d’Internet.

Jamais auparavant, nous n’avions vu une «information» officielle aussi immédiatement rejetée car majoritairement jugée non crédible, comme le prétendu «suicide» de Jeffrey Epstein dans un centre de détention fédéral américain.

Par exemple, le site financier mondial ZeroHedge, a rapidement publié des documents citant des professionnels de la prison expliquant comment le « suicide » d’Epstein en tant que prisonnier actuel le plus célèbre des États-Unis était pratiquement impossible:

https://www.zerohedge.com/news/2019-08-10/jeffrey-epstein-dead-apparent-suicide
https://www.zerohedge.com/news/2019-08-11/former-mcc-inmate-says-its-impossible-epstein-have-killed-himself

La « nouvelle » officielle semble absurde: Epstein « avait déjà tenté de se suicider » quelques jours plus tôt, manifestement sous surveillance spéciale … Et des dessins d’Epstein (lui ressemblant très peu) devant le tribunal …

Le ‘corps sur le chariot-brancard’ semblant avoir un nez, des oreilles, etc. différents, il n’est même pas évident qu’Epstein soit jamais allé en prison, après la fausse ‘arrestation’, alors que la police «enfonçait la porte» du manoir de 27.000  pied carré avec de nombreux domestiques d’Epstein vivant là 24/24 et 7/7, décrits dans les deux articles précédents sur « Opération Epstein »:

https://www.henrymakow.com/2019/07/epstein-arrest-is-mossad-operation.html
https://www.henrymakow.com/2019/07/what-behind-epstein-arrest-now.html

Ces articles parlaient de la probabilité que Jeffrey Epstein soit sur une plage en Israël en train de s’amuser comme un fou, ce que beaucoup pensent actuellement.

Le chantage d’Epstein au service du Mossad, qui aurait filmé d’innombrables personnalités politiques américaines et mondiales dans des situations compromettantes avec des adolescentes mineures, est probablement l’un des projets les plus réussis du Mossad au cours du dernier quart de siècle.

Israël serait non seulement reconnaissant envers Epstein, mais désireux de montrer aux agents actuels et futurs du Mossad qu’ils seront protégés … d’où l’évidence flagrante d’un « suicide » si faux et si  incroyable. C’est un message pour tous les collaborateurs du Mossad … Le Mossad prendra soin de vous … même au point de s’embarrasser, comme le mème de  4chan : « Sloppy Job, Mossad! »

Gordon Duff de Veterans Today écrit, souscrivant à l’opinion de Robert David Steele sur le thème « En route vers Tel-Aviv« :

« Epstein est un héros en Israël et ils feraient n’importe quoi pour le sauver … Les fichiers de chantage personnels d’Epstein … plus de 2000 noms y sont, vidéo, ADN, beaucoup d’ADN, le plus grand  » piège à miel « de l’histoire de l’espionnage. … son énorme chantage sur Trump, a conduit le procureur général William Barr, travaillant avec ses partenaires de longue date de la CIA et des services de renseignement israéliens, à mettre Epstein en sécurité. « 

https://www.veteranstoday.com/2019/08/11/intel-drop-the-truth-on-epstein-emerging-where-are-his-massive-blackmail-files/
https://www.veteranstoday.com/2019/08/10/epstein-short-and-sweet-an-intel-drop/

Remarque: le procureur général des États-Unis, William Barr, était officier de la CIA de 1973 à 1977 … Le cabinet d’avocats Barr, Kirkland Ellis, représentait Epstein … Donald Barr, le père de Bill Barr, est né juif et s’est converti au catholicisme. Il était agent de l’OSS (ancêtre de la CIA) durant la deuxième guerre mondiale … Don Barr a engagé Epstein pour enseigner avec lui aux adolescentes de 1973 à 1975 … Don Barr était aussi fasciné par l’esclavage sexuel qu’Epstein, Barr publiant un roman sur ce sujet en 1973, « Space Relations« .

L’opération Epstein a été lancée le 28 novembre 2018, le Miami Herald publiant un «journalisme d’investigation» sorti de nulle part et portant sur l’accord douteux conclu par Epstein dix ans plus tôt en 2007-08 … Cet article a été publié en plein milieu de 3ème population juive des États-Unis, ciblant une personne (Epstein) ayant des liens politiques avec des hommes importants du top des USA, et ayant des liens apparemment profonds entre le Mossad et un milliardaire juif, dans un important média … cette attaque médiatique contre Epstein a manifestement été « approuvé » les plus hauts niveaux, car le Miami Herald connaissait fort bien le pouvoir illimité des juifs sur les médias

https://www.miamiherald.com/news/local/article220097825.html

D’autres médias ont repris le flambeau et d’étranges événements anti-Epstein se sont produits, tels qu’Alan Dershowitz, ancien avocat d’Epstein, ayant poursuivi et remporté gain de cause devant un tribunal fédéral américain, pour obtenir la divulgation de ses documents personnels. Il était évident que le marteau était en train de tomber, mais le perspicace Epstein utilisait son jet privé pour voler de la France non pas vers Israël, mais vers les États-Unis, où une foule lui aboyait pour son scalp. Et maintenant, Jeffrey Epstein a, comme le dit plus précisément lady Aangirfan au Royaume-Uni, « disparu »:

http://aanirfan.blogspot.com/2019/07/jeffrey-epstein-comments.html

Le but réel de neuf mois d’action médiatique et judiciaire en cours, l’arrestation d’Epstein, puis sa disparition rapide pour «suicide», est de faire comprendre que les élites gouvernementales américaines possèdent les fichiers Epstein et probablement des bandes vidéo … sur peut-être des milliers de hautes personnalités des États-Unis et du monde. Ces fichiers restent, même si Epstein lui-même est «parti», que ce soit dans l’au-delà ou sur le front de mer de Netanya.

La manière exacte dont ces fichiers sont et seront utilisés reste à découvrir. Ces fichiers sont beaucoup plus importants qu’Epstein lui-même … Donc, confier l’homme Epstein au Mossad et Israël serait une partie bien comprise d’un « accord » CIA-Mossad.

L’ancien officier de la CIA, Robert David Steele, reste l’un des espoirs de la révolution Trump et reste optimiste sur le fait que les « casques blancs » peuvent utiliser et utiliseront les fichiers Epstein, peut-être discrètement, pour éliminer du pouvoir certains méchants. Certaines personnes pensent que les fichiers ne concernent pas Trump, mais le collègue de Steele chez Veterans Today, Gordon Duff, affirme que ses sources lui disent que les dossiers Epstein impliquent Trump.

TRUMP

 

Cela mène à une autre grande école de pensée sur Trump, qui est finalement un personnage terrorisé par le chantage, menacé par le Deep State de ne pas tenir ses promesses de campagne de 2016 … le chantage étant la raison pour laquelle Trump est un serviteur obéissant d’Israël, signe des budgets sans argent pour le mur des frontières, permet aux entreprises technologiques de censurer les propres partisans de Trump, et soutient désormais la confiscation des armes à feu après les récentes « fusillades » … en effet, le « chantage de Trump » est un thème puissant:

Jeffrey Epstein, le réseau de connexions brièvement évoqué ici, est décrit de manière plus détaillée dans le récent journalisme de Mme Whitney Webb sur Mint Press, qui décrit un gigantesque triangle entre un groupe de gangsters souvent juifs en Amérique du Nord, qui existe depuis un siècle, les agences de renseignement américaines et israéliennes et leurs partenaires; et un groupe toujours renouvelé de présumés maîtres-chanteurs souvent juifs, de Meyer Lansky à Roy Cohn à Jeffrey Epstein. Ses articles, y compris sa série Epstein en plusieurs parties, peuvent être trouvés ici:

https://www.mintpressnews.com/author/whitney-webb/

L’un des nombreux liens curieux tirés de l’écriture de Webb est que l’affaire Epstein est également liée au récent trio de «fusillades à grande échelle», qui avaient été quelque peu prédites par le procureur général américain Bill Barr et le directeur du FBI Christopher Wray, le même jour, le 23 juillet.

Barr a déclaré « qu’un incident majeur pourrait bien se produire à tout moment, susceptible de galvaniser l’opinion publique« , tandis que Wray a déclaré: « Les menaces les plus persistantes pour la nation sont les extrémistes violents originaires du pays, les terroristes nationaux … »

Ces « avertissements » ont été rapidement suivis par des fusillades en masse par trois hommes blancs les 28 juillet, 3 août et 4 août, suivies d’appels pour davantage de contrôles des armes à feu et d’Internet

Pour «aider à mettre fin aux tirs de masse», une réponse est fournie par «Carbyne911», une société liée au Mossad dirigée par les contacts privilégiés d’Epstein, Ehud Barak et Nicole Junkermann, la Chine utilisant déjà un produit de surveillance de type Carbyne. Bénéfice et contrôle accru garantis pour le Mossad et Israël, après Epstein, après tout.

Ce n’est pas facile de dire ce qui va se passer ensuite … mais le Mossad est peut-être heureux de voir que la moitié de l’auditoire se rend compte que « les infos sont fausse » concernant Jeffrey Epstein et que, pourtant, on ne peut rien faire à ce sujet … pendant que le barbu Jeffrey Epstein en Israël raconte peut-être ses incroyables histoires vraies à un public enthousiasmé du Mossad.

 

Source : William Barr has Disturbing Ties to Epstein

Jeffrey Epstein exilé en Israël ?La  « terre promise » des malfrats

Ou alors dans la suite présidentielle de la base militaire souterraine profonde (DUMB) dans la zone 51?

 

MISE À JOUR 1: Le masque de la CIA en stand-in ou en train de se reposer?

Des experts médicaux nous disent que cet homme est très vivant ou qu’il porte l’un de ces beaux masques théâtraux qu’il a faits de son vivant et qu’ils ont commis une erreur: ils ont oublié de fournir la couleur blanche à un homme vraiment mort.

 

Regardons encore cette photo:

 

Il est à noter qu’il n’est pas dans un sac mortuaire. Cela a été mis en scène.

Les suicidés surveillés qui ont déjà tenté de se suicider ne meurent simplement que si un prix très élevé a été payé pour leur mort OU – plus probablement – telle est la stratégie de sortie convenue. « Crémation » ce soir.

La complicité de la CIA et du FBI dans une fuite de l’agent du Mossad constituant une trahison ou faisant partie d’un accord laissant le président Trump triomphant.

NOUVELLE POSSIBILITÉ: un double corporel sera incinéré ce soir et au lieu d’aller en Israël, Epstein est maintenant dans un refuge spécial nous disant ce que nous ne savons pas: ce que chaque personne soumise au chantage a fait pour Israël, en détail, avec les délais.

Mon précédent rapport en préparant cette fausse histoire:

2019/07/25 Epstein en route pour Israël? MISE À JOUR 35 de la deuxième plus grande histoire jamais racontée2019/07/25  Epstein On Way to Israel? UPDATE 35 to the Second Greatest Story Ever Told

Vue d’ensemble de l’opération présidentielle des opérations sionistes / CIA / FBI:

2019/07/26 SPÉCIAL: Le sionisme en Amérique – Piégeage meurtrier de pédophilie – Les neuf voiles du mal [Le point 36 de l’histoire de Mossad-Epstein] 2019/07/26 SPECIAL: Zionism in America – Murderous Pedophilia Entrapment – The Nine Veils of Evil [Update 36 to the Mossad-Epstein Story]

Le Mossad – Maxwell – Histoire d’Epstein (Deuxième plus grande histoire jamais racontée):

2019/07/09 Tom Luongo: Marais au sommet de l’Epstein? Frappe sioniste 44 UPDATE 50 Epstein n’est pas mort sur le chemin d’Israël? 2019/07/09 Tom Luongo: Epstein Peak Swamp? Zionist Strike 44 UPDATE 50 Epstein Not Dead On Way to Israel?

À la une des médias – Des sacs de merde couchés dont vous n’avez aucune idée…

Epstein mort? @ Recherche Google Epstein Dead? @ GoogleSearch

Jeffrey Epstein ne s’est pas suicidé

«J’avais été incarcéré en attente de jugement dans une prison de comté à New York, très semblable à la situation de Jeff Epstein. Pour des raisons qui sont trop longues à expliquer ici, la prison m’a mis sous surveillance préventive, car mon cas était énorme à l’époque. Ils me surveillaient si étroitement que je ne pouvais même pas faire pipi dans la toilette de ma cellule sans que tout le personnel de la prison surveille chacun de mes mouvements. Non seulement cela, mais ils m’ont dépouillé de tous les moyens possibles de me tuer. Ils ne me laisseraient même pas avoir un petit fil de soie dentaire après avoir mangé. Les courroies étaient hors de question, de même que l’argenterie en plastique. Regardez, je n’étais certainement pas un «Jeffrey Epstein» et pourtant, les gardiens de la prison, les infirmières et les autres administrateurs planaient autour de moi comme des mouches volantes. Chaque instant passé sous surveillance était comme vivre le cauchemar du spectacle Truman. À quoi ça sert? Epstein ne s’est pas suicidé. Soit il a été assassiné par le personnel pénitentiaire, à l’instar du personnel médical, autorisé à être assassiné par un groupe d’assassinats furtifs de la CIA, soit il a été emmené en Israël où il poursuivra son psyop de Pedogate sous la couverture sombre du Mossad. Affaire flippin ’fermée! ! !

 

– Soumis à SOTN par un ancien détenu de la prison de New York

 

Ce qui est drôle, c’est que les mensonges sont arrivés si rapidement et furieusement que très peu de gens gobent le «suicide», même parmi les moutons de Panurge. Ainsi, peu importe la situation et peu importe s’il y aura une enquête ou non, les gens apprennent lentement à penser comme Deep State et à anticiper ses actions.

Il sera de plus en plus difficile de les forcer à faire tout ce qu’ils ne veulent pas, y compris payer des impôts ou rendre leurs armes sans se battre. Et en lisant les réactions du personnel pénitentiaire, l’application de la loi prend un énorme coup de massue sur la tronche par rapport à ce qu’elle croyait depuis le début de son rôle dans la société.

Donc… même si Deep State semble gagner à la surface, il est en train de perdre face à un peuple de plus en plus cynique de jour en jour.

Cela rend simplement plus probable qu’il finira par prendre de plus en plus du poil de la bête  et deviendra éventuellement violent.

Ils ne toucheront ni Clinton, ni Wexner, ni Trump, ni Ehud Barak, ni le Prince Andrew, ETC. ni quiconque d’importance internationale quelconque. Trop d’intérêts en jeu sur la scène internationale. Si des têtes tombent, elles seront strictement domestiques et assez mineures. Personne ne touche à Uranium One, au trafic de la drogue ou au trafic d’êtres humains. Bien trop rentable et toute l’économie de la Terre repose sur ces trafics.