Alerte climatique:une température de 18,4 dégrés enregistrée en Antartique…la fonte s’accélère!

L’Antarctique a connu une journée de chaleur record, jeudi,le 6 février 2020. La base argentine Esperanza a enregistré 18,4 °C.

La base argentine Esperanza, en Antarctique, située sur la pointe nord-ouest du continent, a connu sa journée la plus chaude depuis le début des relevés. Vers le milieu de la journée, le mercure a atteint 18,4 °C. Le précédent record de 17,5 °C remontait au 24 mars 2015. N’oublions pas que, pour l’hémisphère sud, le mois de février se trouve au cœur de l’été.

La décennie 2010 à 2019 a été la plus chaude jamais enregistrée sur Terre. L’année 2019, rappelons-le, se classe au deuxième rang après 2016 en ce qui a trait au réchauffement de la température globale. Il ne faut pas se surprendre que 2020 poursuive la même tendance. Le réchauffement des calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland devient particulièrement inquiétant étant donné les conséquences dramatiques d’une telle fonte massive. Le niveau des océans grimpe au fur et à mesure que des milliards de tonnes glace fondent. De fait, l’avenir de millions de personnes habitant dans les zones côtières en dépend.

Selon l’Organisation météorologique mondiale, les températures en Antarctique ont augmenté de 3 °C depuis 50 ans. De plus, pas moins de 87% des glaciers de la côte ouest ont perdu du volume. Depuis 12 ans, la fonte semble s’accélérer.

En juillet dernier, l’Arctique canadien a établi un record de chaleur avec une température de 21 °C.

 

Si tous les glaciers de la Terre fondaient, le niveau des océans grimperait de plusieurs mètres, ce qui modifierait considérablement la géographie de notre planète.

 


EN COMPLÉMENT

Changement synchrone du CO 2 atmosphérique et de la température antarctique pendant le dernier réchauffement déglaciaire

 

 

 

Les changements dans la concentration de CO 2 atmosphérique et la température de l’air de surface sont étroitement liés. Cependant, la température peut aussi bien influencer le CO 2 atmosphérique . Des études sur les carottes de glace polaire ont conclu que les augmentations de température pendant les périodes de réchauffement rapide ont précédé les augmentations de CO 2 de centaines d’années. Parrenin et al. (p. 1060 ; voir la perspective de Brook ) présente une échelle d’âge révisée pour la composante atmosphérique des carottes de glace antarctique, basée sur la composition isotopique du N 2 qu’ils contiennent, et suggère que la température et le CO 2 changé de façon synchrone sur quatre intervalles de réchauffement rapide au cours de la dernière déglaciation.

À Talos Dome , Frédéric Parrenin coupe une carotte de glace avant de l’emballer.

Comprendre le rôle du CO 2 atmosphérique lors des changements climatiques passés nécessite une connaissance claire de la façon dont il varie dans le temps par rapport à la température. Les carottes de glace de l’Antarctique conservent des enregistrements très résolus du CO 2 atmosphérique et de la température de l’Antarctique au cours des 800 000 dernières années. Ici, nous proposons une échelle d’âge relative révisée pour la concentration de CO 2 atmosphérique et la température de l’Antarctique pour le dernier réchauffement déglaciaire, en utilisant les données de cinq carottes de glace de l’Antarctique. On déduit le phasage entre CO 2concentration et la température de l’Antarctique à quatre reprises lorsque leurs tendances changent brusquement. Nous ne trouvons aucune asynchronie significative entre eux, indiquant que la température de l’Antarctique n’a pas commencé à augmenter des centaines d’années avant la concentration de CO 2 atmosphérique , comme cela a été suggéré par des études antérieures.

le carottier avec une carotte de glace toute fraîche.

L’augmentation de température en Antarctique durant la dernière déglaciation (il y a 20.000 à 10.000 ans) se serait produite en même temps que l’augmentation de la concentration en dioxyde de carbone (CO2). Cette découverte a été effectuée par une équipe européenne à partir de l’analyse de glaces issues de cinq forages en Antarctique. Elle vient contredire de précédents travaux qui indiquaient un retard de la hausse du taux de CO2 par rapport à celle des températures antarctiques. Ces nouveaux résultats suggèrent donc que le CO2 pourrait être une cause possible de ce réchauffement. Ils ont été publiés le 1er mars dans la revue Science.

Les calottes polaires forment une excellente archive des variations passées de l’atmosphère et du climat polaires. Les carottes extraites jusqu’à présent couvrent 800.000 ans d’histoire en Antarctique et permettent de mieux connaître les variations passées du climat. Un lien a été mis en évidence entre les températures antarctiques et la teneur en COdans le passé : de manière générale, les températures étaient élevées durant les périodes à forte teneur en CO2 atmosphérique et vice versa. Mais, l’effet de serre dû au CO2 aurait-il provoqué un réchauffement ? Ou bien est-ce l’inverse ?

Les bulles de gaz plus jeunes que la glace

Pour avancer sur cette problématique, les chercheurs ont tenté de déterminer qui du CO2 ou de la température variait en premier lors d’une hausse ou d’une baisse commune. La question est complexe, car on ne lit pas la température et la teneur en CO2 d’un âge donné au même niveau dans une carotte de glace : la température est enregistrée à la surface des calottes polaires, tandis que les gaz atmosphériques comme le CO2 sont piégés à environ 100 m de profondeur, là où les bulles se forment (cette profondeur étant dépendante des conditions climatiques). Autrement dit, les bulles de gaz sont toujours plus jeunes que la glace qui les entoure.

Jusqu’à présent, cette profondeur de piégeage ainsi que le décalage temporel entre CO2 et température étaient déterminés à partir de modèles de tassement de la neige. De précédents travaux avaient ainsi montré que la hausse du CO2 en Antarctique lors de la fin du dernier âge de glace (de 20.000 à 10.000 ans) avait commencé 800 ans après celle de la température.

Variations de température et de CO2 simultanées

Une équipe de scientifiques pilotée par deux laboratoires français, le Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement (LGGE, Grenoble) et le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE, Paris), a mis en place une autre technique afin d’estimer ce décalage temporel : les scientifiques ont déduit la profondeur de piégeage des gaz à partir de l’isotope 15 de l’azote des bulles d’air. En effet, cet isotope est enrichi par gravitation proportionnellement à la profondeur de piégeage. Ils ont également appliqué une méthode statistique innovante pour déterminer la température en Antarctique et son déphasage par rapport au CO2.

Selon leurs résultats, le CO2 et la température antarctiques ont varié en même temps à la fin du dernier âge glaciaire, à 200 ans près. Cette découverte rend maintenant probable l’hypothèse selon laquelle le CO2 a été responsable, au moins en partie, du réchauffement en Antarctique à la fin du dernier âge glaciaire. Cependant, de nouvelles données et de nouvelles simulations seront nécessaires pour déterminer précisément les différentes contributions à ce réchauffement climatique passé. Les scientifiques ont d’ailleurs prévu d’étudier d’autres périodes et d’analyser d’autres carottes avec ces mêmes méthodes.

 

Publicités

3 commentaires sur “Alerte climatique:une température de 18,4 dégrés enregistrée en Antartique…la fonte s’accélère!

  1. NOTA : Signe du réchauffement de la planète la plage DES ROCHES NOIRES a été en 2012, détruite la nuit du 20 au 21 décembre, puis 2 fois à la Ste Geneviève ,patronne des Gendarmes depuis 50 ans en 2013 et 2014, par 3 tempêtes et cyclones en 1 an ,dont la première fois le 21 décembre 2012,fin du monde pour la mafia illuminati et maçonne, les mayas et aztèques ont prévu à l’île BOURBON ,LA REUNION de toutes les races et religions vivant en Paix, Chalom, Islam, les amérindiens ont prévu ,la nuit du 20 au 21 décembre 2012,la fin du Nouvel Ordre Mondial de l’oligarchie ROTHSCHILD et royal britannique , tous juifs de la Cabale , la Bête a été blessée la nuit du 20 au 21 décembre 2012,le N.O.M est blessé mortellement :

    « UN ORDRE ANCIEN EST DECEDE »
    « UN ORDRE NOUVEAU EST DEJA NE » .

    Proclament « Les frères Louis de CHARLEMAGNE, de SAINT LOUIS, aiglons JAMAIS vassaux » :

    Christian et Vivien II de CHARLEMAGNE de SAINT LOUIS font peur à la mort. « Ce qui ne tue pas rend plus fort encore » .FRANCOIS doit restituer à notre avocat à PARIS, Me Isabelle COUTANT-PEYRE, le détonateur du drone, que je montre sur le web, un disque de 8 cm, ayant comme marque de fabrique, l’étoile du drapeau « stars & strippes « ,pour porter plainte contre X, en visant François HOLLANDE et Manuel VALLS nommé le 1 avril 2012, »Chef d’un Gouvernement de guerre », dixit HOLLANDE -TETE DE MORT- KOKO DE MORT, en créole de DIEGO GARCIA ,où le 08.03.14 a atterri le MH 370 ,où HOLLANDE et MACRON ont menti à M. Ghyslain WATTRELOS a perdu sa femme et deux de leurs enfants, passagers du MH 370, où le Premier Ministre de MALAYSIE accuse Jacob de ROTHSCHILD du détournement du vol MH 370.Un flaperon droit du MH 370 a été repêché sur la côte Est de LA REUNION, où à l’atterrissage 3 pilotes d’AIR FRANCE, en septembre 2015 ont vu un débris de 20m de long ,mais où l’armée alertée, n’a rien vu aux ordres de HOLLANDE, capot comme MACRON de la Cabale ROTHSCHILD ,du N.O.M. que j’accuse en la personne de Jacob de ROTHSCHILD de la disparition du vol MH 370=MH 17, le 17.07.14 abattu par un missile air-air de KIEV. Quatre satellites, un chinois, un thaïlandais et deux satellites militaires français ont, autour du 23 Mars 2014 , photographié de nombreux débris très vraisemblablement du MH 370 à près de 1.000km au nord de LA NOUVELLLE AMSTERDAM et ST PAUL, Préfecture ST PIERRE de LA REUNION, mettant 1an à dériver sur les Mascareignes, Madagascar ,la côte Sud Est de l’Afrique, aucun sur l’Australie où ont été orienté les recherches délibérément pour tromper le monde.

  2. Bonjour Mr Duchaine,
    Je lis régulièrement votre site qui propose des enquêtes poussées et documentées (ce qui donne un gros coup de pieds aux derrières des pseudo-journalistes).
    Néanmoins, lors de la lecture du réchauffement de l’Antarctique (https://michelduchaine.com/2020/02/10/alerte-climatiqueune-temperature-de-184-degres-enregistree-en-antartique-la-fonte-saccelere30366/), j’ai eu le déplaisir de constater que vous omettez de parler du réchauffement de la calotte arctique par intervention des nombreux volcans en activité, localisés sous la glace, ce qui accélère la fonte, bien plus vite que l’activité humaine.
    Voici des liens en parlant, mais d’autres seront surement plus/mieux documentés.

    https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcanologie-antarctique-sous-glace-volcan-reveille-apres-plus-2000-ans-inactivite-50310/
    https://www.science-et-vie.com/archives/glaciologie-un-volcan-sevit-sous-l-antarctique-17866

    Merci pour votre travail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.