Justin Trudeau appelé «l’homme le plus dangereux de l’histoire politique canadienne» pour son plan de réglementation des nouvelles en ligne

 

Les avertissements se multiplient à propos du rapport «  fou  » que le gouvernement libéral utilise pour faire pression pour la réglementation des fournisseurs de contenu multimédia Internet.

L’importance de le mettre dehors!

 

 

 Les avertissements continuent de se multiplier à propos du rapport «fou» et «invasif» qui recommande au gouvernement libéral du Canada d’enregistrer et de réglementer les fournisseurs de contenu multimédia Internet.

Un certain nombre de commentateurs au Canada et à l’étranger ont dénoncé le rapport du comité d’examen de la radiodiffusion et des télécommunications (BTLR) publié la semaine dernière comme un plan «à couper le souffle» et sans précédent pour réglementer Internet.

Le groupe d’experts en radiodiffusion réuni par le gouvernement et présidé par Janet Yale a été chargé de conseiller les libéraux sur la révision des lois sur la radiodiffusion prétendument obsolètes du pays. 

Son rapport recommandait une expansion massive du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) sous le nom de Commission canadienne des communications.

« Une recommandation clé était d’étendre les licences actuellement accordées aux stations de radio et de télévision à tous les contenus médiatiques, ainsi qu’un régime de conformité beaucoup plus strict », a noté John Ivison du National Post .

En effet, ce projet est si strict que deux anciens membres du CRTC sont parmi les critiques les plus féroces du rapport.

 

L’ancien vice-président des télécommunications du CRTC, Peter Menzies, a écrit dans le Globe and Mail que, dans une «expansion à couper le souffle de la portée et de l’orgueil bureaucratique» et «une série de recommandations invasives et injustifiables», le comité a plaidé pour une série d’interventions radicales qui soumettre tous les médias en ligne – des sites en ligne tels que Rabble à Rebel News et dans n’importe quelle langue – à la réglementation gouvernementale. »

Cela a été repris par l’ancien commissaire du CRTC, Timothy Denton, qui, dans un éditorial du Financial Post, a écrit que le rapport préconise «une prise de pouvoir sans précédent pour le gouvernement fédéral et le CRTC» visant «rien de moins qu’une contre-révolution d’État contre Internet . « 

Cela a été repris par le célèbre expert et commentateur politique canadien Andrew Coyne .

Le rapport est «à couper le souffle – une prise de pouvoir réglementaire sans précédent, que ce soit au Canada ou dans le monde démocratique», a noté Coyne dans le Globe and Mail.

« Personne ailleurs ne propose quelque chose comme ça, et pour une bonne raison: parce que c’est fou. » 

Mais ce que le gouvernement libéral fera, reste une question cruciale après que le ministre du Patrimoine, Steven Guilbault, a provoqué une tempête de feu en semblant d’abord approuver l’idée de licences gouvernementales pour les sites d’actualités Internet, puis en inversant sa position le lendemain.

Dimanche, Guilbault a déclaré à CTV News: «Si vous êtes un distributeur de contenu au Canada… nous demanderions qu’ils aient une licence, oui.» Lundi, le ministre et le premier ministre ont tous deux insisté sur le fait que les libéraux n’autoriseraient pas Internet nouvelles ou réglementer les nouvelles sur Internet.

Mais ce n’est pas vraiment rassurant étant donné que le rapport recommande que «les entreprises diffusant du contenu médiatique par le biais d’Internet soient tenues de s’inscrire auprès de la nouvelle Commission canadienne des communications» et qu’il ne mentionne «ici aucune exemption pour les organismes de presse», a noté Ivison.

Et bien que les «implications du rapport pour la liberté de la presse soient évidentes – si évidentes que l’on s’attendrait à ce que l’ensemble de l’industrie de la presse se lève comme une seule et la rejette», il contient également une offre de «goodies» pour ce secteur assiégé, a observé Coyne.

En effet, même si les critiques allèguent que le «renflouement des médias» de 595 millions de dollars du gouvernement Trudeau annoncé dans son dernier budget compromet les anciens médias du Canada, le rapport décrit plus de façons «le gouvernement pourrait aider les médias» à perdre face aux concurrents numériques, le Globe and Mail signalé.

Il recommande aux fournisseurs de contenu médiatique en ligne de s’inscrire auprès du CRTC et de verser des fonds pour soutenir certains organismes de presse canadiens, a-t-il indiqué.

Les journaux «seraient admissibles à des subventions payées sur les taxes sur les agrégateurs et les partageurs, qui seraient également obligés de créer des liens» vers les sites de nouvelles canadiens que le CRTC juge «exacts, fiables et fiables», a expliqué Coyne.

« Allons-nous vraiment mordre la main qui nous nourrit, maintenant ou dans le futur? », A-t-il ajouté.

Les libéraux et leurs bénéficiaires croient qu’ils « sauvent un journalisme de qualité », a noté Ivison, « alors que tout le monde pense que c’est un pot-de-vin transparent. » 

Cela est repris par Jack Fonseca, directeur des opérations politiques de Campaign Life Coalition, le groupe national de lobbying pro-vie et pro-famille du Canada.

Le renflouement libéral des médias grand public privés était un pot-de-vin pour garantir que les principaux médias deviendront dépendants du gouvernement, et donc ne rapporteraient rien de critique à propos de Trudeau, ou autre, a-t-il déclaré à LifeSiteNews.

Cela ressemble aux «nouvelles règles du gouvernement libéral pour museler les soi-disant annonceurs tiers au moment des élections, y compris de simples informations affichées sur des sites Web canadiens», a-t-il dit.

Fonseca soutient que ces règles ont été «conçues pour démanteler toutes les petites voix conservatrices qui pourraient critiquer les politiques libérales, y compris celle de Campaign Life Coalition. En fait, nous avons dû fermer notre Guide des électeurs pro-vie pendant des mois pendant les élections, puis restreindre massivement son accès. »

Justin Trudeau avec l’une de ses idoles:le chef communiste chinois Xi Jin Pin.
Les Trudeau ont toujours aimé les dictateurs communistes.

Les Canadiens devraient considérer le récent rapport controversé sur la radiodiffusion dans le contexte de ce qu’ils savent des libéraux, et en particulier du Premier ministre, qui en mai 2014 a exprimé son admiration pour la «dictature fondamentale de la Chine», a-t-il souligné.

«Nous devons croire Trudeau au mot et ne pas simplement rire de lui comme s’il était une sorte de blague. Il était mortellement sérieux. Une dictature de base est ce qu’il admire. Et il semble assez clair que c’est là qu’il essaie de diriger le pays, avec un plan clair dans son esprit », a déclaré Fonseca.

La possibilité que les libéraux puissent «créer un« registre des médias »et commencer à octroyer des licences aux médias Internet et aux médias sociaux est le dernier d’une série de signes avant-coureurs que Justin Trudeau est l’homme le plus dangereux de l’histoire politique canadienne», a-t-il ajouté.

De plus, si les libéraux vont de l’avant avec ce plan, il est raisonnable de supposer que «des sites Web comme mon site « Michelduchaine.com » seraient obligés de fermer parce que le gouvernement libéral refuserait de leur accorder une licence», a averti Fonseca.

« En bref, les libéraux auront un contrôle total sur Internet et le pouvoir de bloquer toutes les voix dissidentes. »

 

Informations de contact:

L’honorable Steven Guilbeault – ministre du Patrimoine canadien
15, rue Eddy, 12e étage
Gatineau (Québec) K1A 0M5
Téléphone: 819-997-7788
Courriel: hon.steven.guilbeault@canada.ca

Députée conservatrice Michelle Rempel Garner
Ministre fantôme de l’industrie et du développement économique
Suite 115, 70 Country Hills Landing NW 
Calgary, AB T3K 2L2 
Téléphone: 403-216-7777 
Courriel: Michelle.Rempel@parl.gc.ca

Justin Trudeau – Cabinet du Premier ministre
80, rue Wellington
Ottawa, ON K1A 0A2
Télécopieur: 613-941-6900
justin.trudeau@parl.gc.ca 
https://pm.gc.ca/fr/connect/contact

 

 

 

Publicités

Alerte climatique:une température de 18,4 dégrés enregistrée en Antartique…la fonte s’accélère!

L’Antarctique a connu une journée de chaleur record, jeudi,le 6 février 2020. La base argentine Esperanza a enregistré 18,4 °C.

La base argentine Esperanza, en Antarctique, située sur la pointe nord-ouest du continent, a connu sa journée la plus chaude depuis le début des relevés. Vers le milieu de la journée, le mercure a atteint 18,4 °C. Le précédent record de 17,5 °C remontait au 24 mars 2015. N’oublions pas que, pour l’hémisphère sud, le mois de février se trouve au cœur de l’été.

La décennie 2010 à 2019 a été la plus chaude jamais enregistrée sur Terre. L’année 2019, rappelons-le, se classe au deuxième rang après 2016 en ce qui a trait au réchauffement de la température globale. Il ne faut pas se surprendre que 2020 poursuive la même tendance. Le réchauffement des calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland devient particulièrement inquiétant étant donné les conséquences dramatiques d’une telle fonte massive. Le niveau des océans grimpe au fur et à mesure que des milliards de tonnes glace fondent. De fait, l’avenir de millions de personnes habitant dans les zones côtières en dépend.

Selon l’Organisation météorologique mondiale, les températures en Antarctique ont augmenté de 3 °C depuis 50 ans. De plus, pas moins de 87% des glaciers de la côte ouest ont perdu du volume. Depuis 12 ans, la fonte semble s’accélérer.

En juillet dernier, l’Arctique canadien a établi un record de chaleur avec une température de 21 °C.

 

Si tous les glaciers de la Terre fondaient, le niveau des océans grimperait de plusieurs mètres, ce qui modifierait considérablement la géographie de notre planète.

 


EN COMPLÉMENT

Changement synchrone du CO 2 atmosphérique et de la température antarctique pendant le dernier réchauffement déglaciaire

 

 

 

Les changements dans la concentration de CO 2 atmosphérique et la température de l’air de surface sont étroitement liés. Cependant, la température peut aussi bien influencer le CO 2 atmosphérique . Des études sur les carottes de glace polaire ont conclu que les augmentations de température pendant les périodes de réchauffement rapide ont précédé les augmentations de CO 2 de centaines d’années. Parrenin et al. (p. 1060 ; voir la perspective de Brook ) présente une échelle d’âge révisée pour la composante atmosphérique des carottes de glace antarctique, basée sur la composition isotopique du N 2 qu’ils contiennent, et suggère que la température et le CO 2 changé de façon synchrone sur quatre intervalles de réchauffement rapide au cours de la dernière déglaciation.

À Talos Dome , Frédéric Parrenin coupe une carotte de glace avant de l’emballer.

Comprendre le rôle du CO 2 atmosphérique lors des changements climatiques passés nécessite une connaissance claire de la façon dont il varie dans le temps par rapport à la température. Les carottes de glace de l’Antarctique conservent des enregistrements très résolus du CO 2 atmosphérique et de la température de l’Antarctique au cours des 800 000 dernières années. Ici, nous proposons une échelle d’âge relative révisée pour la concentration de CO 2 atmosphérique et la température de l’Antarctique pour le dernier réchauffement déglaciaire, en utilisant les données de cinq carottes de glace de l’Antarctique. On déduit le phasage entre CO 2concentration et la température de l’Antarctique à quatre reprises lorsque leurs tendances changent brusquement. Nous ne trouvons aucune asynchronie significative entre eux, indiquant que la température de l’Antarctique n’a pas commencé à augmenter des centaines d’années avant la concentration de CO 2 atmosphérique , comme cela a été suggéré par des études antérieures.

le carottier avec une carotte de glace toute fraîche.

L’augmentation de température en Antarctique durant la dernière déglaciation (il y a 20.000 à 10.000 ans) se serait produite en même temps que l’augmentation de la concentration en dioxyde de carbone (CO2). Cette découverte a été effectuée par une équipe européenne à partir de l’analyse de glaces issues de cinq forages en Antarctique. Elle vient contredire de précédents travaux qui indiquaient un retard de la hausse du taux de CO2 par rapport à celle des températures antarctiques. Ces nouveaux résultats suggèrent donc que le CO2 pourrait être une cause possible de ce réchauffement. Ils ont été publiés le 1er mars dans la revue Science.

Les calottes polaires forment une excellente archive des variations passées de l’atmosphère et du climat polaires. Les carottes extraites jusqu’à présent couvrent 800.000 ans d’histoire en Antarctique et permettent de mieux connaître les variations passées du climat. Un lien a été mis en évidence entre les températures antarctiques et la teneur en COdans le passé : de manière générale, les températures étaient élevées durant les périodes à forte teneur en CO2 atmosphérique et vice versa. Mais, l’effet de serre dû au CO2 aurait-il provoqué un réchauffement ? Ou bien est-ce l’inverse ?

Les bulles de gaz plus jeunes que la glace

Pour avancer sur cette problématique, les chercheurs ont tenté de déterminer qui du CO2 ou de la température variait en premier lors d’une hausse ou d’une baisse commune. La question est complexe, car on ne lit pas la température et la teneur en CO2 d’un âge donné au même niveau dans une carotte de glace : la température est enregistrée à la surface des calottes polaires, tandis que les gaz atmosphériques comme le CO2 sont piégés à environ 100 m de profondeur, là où les bulles se forment (cette profondeur étant dépendante des conditions climatiques). Autrement dit, les bulles de gaz sont toujours plus jeunes que la glace qui les entoure.

Jusqu’à présent, cette profondeur de piégeage ainsi que le décalage temporel entre CO2 et température étaient déterminés à partir de modèles de tassement de la neige. De précédents travaux avaient ainsi montré que la hausse du CO2 en Antarctique lors de la fin du dernier âge de glace (de 20.000 à 10.000 ans) avait commencé 800 ans après celle de la température.

Variations de température et de CO2 simultanées

Une équipe de scientifiques pilotée par deux laboratoires français, le Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement (LGGE, Grenoble) et le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE, Paris), a mis en place une autre technique afin d’estimer ce décalage temporel : les scientifiques ont déduit la profondeur de piégeage des gaz à partir de l’isotope 15 de l’azote des bulles d’air. En effet, cet isotope est enrichi par gravitation proportionnellement à la profondeur de piégeage. Ils ont également appliqué une méthode statistique innovante pour déterminer la température en Antarctique et son déphasage par rapport au CO2.

Selon leurs résultats, le CO2 et la température antarctiques ont varié en même temps à la fin du dernier âge glaciaire, à 200 ans près. Cette découverte rend maintenant probable l’hypothèse selon laquelle le CO2 a été responsable, au moins en partie, du réchauffement en Antarctique à la fin du dernier âge glaciaire. Cependant, de nouvelles données et de nouvelles simulations seront nécessaires pour déterminer précisément les différentes contributions à ce réchauffement climatique passé. Les scientifiques ont d’ailleurs prévu d’étudier d’autres périodes et d’analyser d’autres carottes avec ces mêmes méthodes.