Troisième Guerre Mondiale en préparation:La Vérité et les mensonges sur la riposte de l’Iran aux États-Unis

Tout d’abord,voici la rhétorique,pour ne pas dire « La Propagande  » mensongère lancée par les médias occidentaux:

L’Iran possède une très puissante armée!

Le 7 janvier 2020,

Les Iraniens ont lancé 22 missiles sur deux bases irakiennes où sont installés des soldats étrangers.

Selon le Pentagone, plus d’une dizaine de missiles balistiques se sont abattus sur les bases aériennes d’Aïn al-Assad et d’Erbil.

En entrevue à l’émission 24/60 sur ICI RDI, le président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM, Charles-Philippe David, a avoué avoir été surpris par la rapidité de la riposte iranienne. Elle est plus rapide et plus directe que ce que nous aurions pu anticiper. On voulait anticiper avec de l’espoir que la riposte allait être plus tardive, a-t-il indiqué.

Dans un message publié sur Twitter en soirée mercredi, le président américain Donald Trump a indiqué qu’il allait faire une déclaration officielle mercredi matin. Il a précisé que le bilan et l’évaluation des dommages étaient en cours.

Autant les Forces armées canadiennes que l’armée irakienne ont affirmé n’avoir compté aucune victime dans leurs rangs à la suite de l’attaque iranienne.

Jusqu’à présent tout va bien (so far, so good)! Nous avons l’armée la plus puissante et la mieux équipée du monde, et de loin! a écrit M. Trump.

Le département américain de la Défense a annoncé mardi soir qu’il faisait une évaluation préliminaire des dégâts et qu’il évaluait sa réponse à l’attaque.

Ça m’étonnerait que Donald Trump annonce des choses anodines, s’est avancé Charles-Philippe David.

« On redoutait depuis le début de sa présidence que viendrait un tel moment où ce président qui n’est pas vraiment en contrôle de sa politique étrangère, voire en contrôle de lui-même, puisse pour une fois écouter ses conseillers quand ils vont lui dire « vous savez, il y aura des représailles, mais annoncez-les de manière à rassurer tout le monde », de sorte que vous n’enclencherez pas une autre escalade », a expliqué le président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a affirmé sur Twitter que son pays ne voulait pas « l’escalade ou la guerre », mais qu’il se défendrait « contre toute agression ». L’Iran a lancé et terminé des mesures d’autodéfense proportionnées en vertu de l’article 51 de la Charte des Nations unies en ciblant la base d’où l’attaque lâche contre nos citoyens et nos dirigeants a été lancée, a-t-il déclaré.

Pour le spécialiste des groupes chiites armés Phillip Smyth toutefois, des missiles balistiques ouvertement lancés depuis l’Iran sur des cibles américaines marquent une nouvelle phase.

En outre, un des chefs du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés à l’État irakien, a menacé mercredi les États-Unis d’une « riposte » qui « ne sera pas moins importante que la réponse iranienne ».

 

Signe que de nouvelles violences sont toujours redoutées, l’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) a interdit aux avions civils américains le survol de l’Irak, de l’Iran et du Golfe.

Les cours du pétrole s’envolaient de plus de 4,5 % mercredi matin dans les échanges en Asie.

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique, l’armée idéologique de la République islamique ont conseillé à Washington de rappeler ses troupes déployées dans la région afin d’éviter de nouvelles pertes, menaçant Israël et des gouvernements alliés des États-Unis, en premier lieu les États du Golfe, pris entre l’Iran et l’Irak.

Les militaires canadiens sont « sains et saufs »

Le chef de l’état-major de la Défense canadienne Jonathan Vance a soutenu mardi soir que tous les membres des Forces armées canadiennes (FAC) déployés étaient « sains et saufs » à la suite de l’attaque de missiles en Irak. Il a ajouté : nous demeurons vigilants.

Le ministre canadien de la Défense nationale, Harjit Sajjan a déclaré qu’il était heureux de savoir que tout le personnel des FAC est en sécurité. Nous continuons à surveiller la situation de près et à prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer la sûreté et la sécurité du personnel civil et militaire, a ajouté le ministre.

L’une des bases aériennes visées par des tirs de l’Iran mercredi matin en Irak est un ancien centre des opérations canadiennes dans la lutte contre le groupe État armé islamique (EI). La base d’Erbil, dans le nord-est du pays, était le principal poste de commande pour les troupes canadiennes envoyées pour combattre les djihadistes de l’EI en Irak.

Le premier ministre Justin Trudeau a été informé des attaques et il suit la situation de près, a indiqué un porte-parole.

Après les missiles, la rhétorique

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique, une division de l’armée iranienne, ont lancé un avertissement aux pays alliés des États-Unis, nommément Israël : en cas d’attaque, ils riposteront.

«Nous conseillons au peuple américain de rappeler les troupes américaines [déployées dans la] région afin d’éviter de nouvelles pertes et de ne pas permettre que la vie de ses soldats soit davantage menacée par la haine toujours croissante du régime [américain].»

-Communiqué des Gardiens de la révolution

Le chef d’État-major de l’armée iranienne a déclaré qu’il est temps que Washington adopte un comportement différent avec l’Iran.

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique ont indiqué mercredi qu’ils répertorient 100 cibles américaines ainsi que de leurs alliés dans la région. Nous frapperons ces cibles en cas d’attaques américaines.

La télévision publique iranienne avance que les attaques contre des cibles américaines en Irak ont fait 80 morts et qu’aucun des missiles lancés n’a été intercepté.

 

 

Les réactions se multiplient à l’international

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a qualifié mercredi de « nouvel exemple d’escalade » ces frappes iraniennes.

Les dernières attaques aux missiles balistiques contre des bases aériennes en Irak utilisées par les forces américaines et de la coalition, dont des forces européennes, sont un autre exemple d’escalade et de confrontation accrue, a déploré M. Borrell lors d’une courte intervention devant la presse à Bruxelles. Il n’est dans l’intérêt de personne d’aggraver encore la spirale de la violence, a également mis en garde M. Borrell.

La Chine, l’un des principaux pays importateurs de brut iranien, a quant à elle appelé à « faire preuve de retenue ».

Il n’est dans l’intérêt d’aucune partie que la situation au Moyen-Orient s’aggrave encore, a averti devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pour sa part vivement réagi aux menaces proférées par un haut responsable iranien, qui affirmait vouloir réduire des villes israéliennes en « poussière », si l’Amérique prend la moindre mesure après notre riposte militaire à l’assassinat du général Soleimani.

Benjamin Netanyahu a prévenu l’Iran qu’Israël répondrait de manière « retentissante » en cas d’attaque contre l’État hébreu.

Par ailleurs, les compagnies aériennes de Dubaï, Emirates et flydubai, ont annoncé mercredi avoir annulé leurs vols à destination de Bagdad. Air France a également suspendu « tout survol des espaces aériens iranien et irakien ».

Une tension croissante

Une quinzaine d’attaques aux missiles balistiques ont déjà visé des soldats et des diplomates américains en Irak depuis la fin octobre. Aucune n’a été revendiquée, mais Washington en a attribué plusieurs aux factions irakiennes pro-Iran.

Les Américains avaient riposté en bombardant des bases des milices chiites.

Cette attaque intervient un peu plus de 24 heures après un cafouillage des États-Unis, le Pentagone ayant démenti une information selon laquelle leur commandement militaire avait ordonné à ses troupes de se retirer du pays conformément à un appel du Parlement.

Plusieurs États membres de la coalition ont déjà retiré des soldats, par crainte de nouvelles att


aques, dont une quinzaine ont déjà visé des bases où sont postés les militaires de la coalition depuis fin octobre.

Les Forces armées canadiennes entendent pour leur part déplacer une partie de leurs effectifs de l’Irak vers le Koweït.

L’Iran pourrait compliquer les défenses antimissiles régionales

Un rapport du Pentagone, datant de 2019, dresse un portrait de la capacité de frappe iranienne, notamment celle liée au moyen de missiles balistiques. On peut y lire que l’Iran peut lancer des salves de missiles contre des cibles de grande superficie, comme des bases militaires et des centres de population, dans toute la région pour infliger des dommages, compliquer les opérations militaires de l’adversaire et affaiblir le moral de l’ennemi.

Les spécialistes de la Défense américaine indiquent que les systèmes iraniens les plus précis sont principalement à courte portée, comme le Fateh-110 SRBM et ses dérivés. Les systèmes iraniens à plus longue portée, comme le MRBM Shahab 3, sont généralement moins précis.

Bien qu’il conserve dans son inventaire de nombreux missiles plus anciens et imprécis, l’Iran augmente la précision de bon nombre de ses systèmes de missiles, précise le rapport.

 


…et ce qui ressemble davantage à la Vérité qu’on ne veut pas parler:

 

L’IRAN riposte: au moins 80 GIs tués et 242 blessés

Les bases américaines en Irak ont été prises pour cible de deux vagues de tirs de missiles balistiques vraisemblablement de type « Fateh ». Une troisième vague de tirs de missiles est attendue si les Américains commettaient une nouvelle erreur, selon le porte-parole du CGRI, le général Ramezan Charif. 

Selon Fars, deux vague de missiles ont visé la plus grande base aérienne des États-Unis à al-Anbar à l’ouest de l’Irak non loin des frontières syriennes ainsi que la base américaine à Erbil au Kurdistan irakien. Ain al-Asad est située à 108 kilomètres de l’ouest de Ramadi et abrite depuis 2011 près de 4 000 militaires américains. C’est aussi la deuxième grande base aérienne de l’Irak après Balad située à Salaheddine. A l’heure qu’il est, les hélicoptères US évacuent les morts et les blessés américains depuis la base américaine. Le site kurde Rudaw affirme de son côté que des avions et des chasseurs stationnés à Ain al-Assad ont également été visés et plusieurs appareils brûlent. Les militaires américains ont totalement bloqué l’entrée de la base aux forces irakiennes pour éviter toute fuite des images des morts et des blessés.

Les missiles balistiques tels que ceux utilisés par l’Iran originent tous de la V2 allemande.

Les tirs de missiles ont eu lieu de deux vagues successives et à intervalle régulière. Une première vague a été lancée vers deux heures, heure locale, soit l’heure exacte de l’assassinat du commandant en chef de la Force Qods vendredi 3 janvier par les forces américaines, juste au moment où ses compatriotes enterraient sa dépouille mortelle dans la ville de Kerman.

Une autre information rapportée par VOA confirme de son côté le tir de cinq roquettes contre une troisième base américaine, Taji au nord de la capitale. Selon les sources bien informées, les missiles qui ont visé les bases américaines en Irak auraient été tirés depuis la ville de l’ouest iranien, Kermanchah et ils seraient de type Fateh, visiblement Fateh-313 d’une portée de 500 kilomètres.

missile iranien Fateh-313

Dans un communiqué le Corps des gardiens de la Révolution islamique, CGRI, revendique les frappes au missile et met en garde contre toute nouvelle » démarche criminelle américaines. On lit dans ce communiqué : « toute nouvelle bêtise américaine déclenchera une riposte encore plus violente et plus douloureuse ».  

Panique à Washington

  •  Alors que le conseil de sécurité national américain vient d’achever sa réunion extraordinaire le président américain et son ministre de la Défense ont annulé leurs points de presse respectifs. Trump a reconnu dans un tweet que deux bases américaines en Irak avaient été prises pour cible des missiles iraniens et dit  » être en train d’évaluer les pertes et les dégâts » : « Jusqu’ici tout va bien. Nous possédons de loin la plus puissante et la plus équipées de toutes les armées du monde! je publierai un communiqué demain matin ». 
  • Ceci étant, la plus puissante armée du monde a été incapable d’intercepter les missiles iraniens, en dépit de certaines informations précipitamment colportées par les médias arabes. Al Mayadeen relève l’incapacité des batteries de défense antimissile US installées à Aîn al-Asad et dans d’autres bases US à intercepter les missiles iraniens. Selon la chaîne, « les agissements militaires américains sont totalement défensifs, signe que les Américains sont incapables de passer à l’offensive.  Cette faiblesse organique des miliaires US est d’autant plus flagrante qu’il s’agit de la plus grande base militaire américaine en Irak et de loin la mieux équipée avec une bande d’atterissage de 4 000 mètres. Selon un expert militaire libanais cité par le site, la DCA américaine déployée sur la base Aïn al-Asad n’aurait pu visiblement… ni repérer des missiles ni les intercepter. Le missile Fateh-313 est un missile à combustible solide composé. Son ogive est intelligente. 
  • Le porte-parole du CentCom dit qu’au total 15 missiles ont visé les bases américaines en Irak dont 10 se sont abattus sur Aïn al-Asad et un sur la base américaine à Erbil. Pourtant, le journaliste de VOA évoque le tir d’au moins 35 missiles contre Aïn al-Asad. 
  •  Selon cette information le gouvernement irakien refuse toujours de répondre aux appels téléphoniques hystériques de Washington et de ses commandants militaires tandis que dans sa première réaction, le président irakien, Barham Saleh prie pour sa ville natale Erbil. Aucun mort ou blessés irakiens n’est à déplorer, ce que confirme par ailleurs CNN.
  • Dans un tweet, le ministre iranien des A.E., Mohamad Javad Zarif a affirmé que la frappe a eu lieu en totale conformité avec la charte de l’ONU et constitue une réponse « adéquate » à « l’attaque lâche » des États-Unis contre l’Iran. 
  • Le conseiller du président Rohani, Hessamedin Achna vient de tweeter de son côté : » La moindre riposte américaine déclenchera une guerre totale dans la région. Ceci dit, les Saoudiens pourraient opter pour une approche bien différente et rester en paix « . 
  • Quelques heures après la première riposte iranienne un ministre émirati y a réagi :  » j’espère qu’il n’y aurait pas une autre attaque ». Soheil Al Mazroui, ministre émirati de l’Énergie a souhaité un « retour rapide au calme » en affirmant que  » les Émirats et les autres pays ont besoin du calme et de la stabilité sur le marché du pétrole ». Dans les minutes suivant la première riposte iranienne, le baril du pétrole a gagné 2.6 dollars soit une hausse de près de 4 pourcent pour s’échanger à 71 dollars sur le marché. Quant à la bourse américaine, elle a perdu 2.2 pourcent pour plonger dans le rouge et entraîner avec elle les bourses asiatiques.

Un premier bilan recueilli sur place fait état de la mort de 80 militaires US

Selon le Renseignement du Corps des gardiens de la Révolution islamique, deux vagues de missiles tirés contre la plus importante base aérienne américaine à l’ouest d’al-Anbar à savoir Aïn al-Asad se sont soldées par la mort d’au moins 80 soldats américains. Le bilan exact est à déterminer en dépit de la forte censure américaine. Toujours est-il que selon les sources irakiennes, l’armée US a lancé un appel de détresse aux hôpitaux irakiens. 

Alors Al-Mayadeen confirme le vol incessant des hélicoptères US sur la base pour évacuer les morts et les blessés, le commandement américain de la base a interdit aux forces irakiennes tout accès par crainte des fuites sur le vrai bilan des morts et des blessés. Dans un communiqué publié il y a quelques minutes, l’ambassade US aux Émirats arabes unis affirme que « tout est sous contrôle » et qu’il n’existe aucun changement dans la configuration sécuritaire des troupes US aux Émirats et dans la région ». Difficile d’y croire! Le rapport du renseignement du CGRI affirme : « Au moins 80 militaires américains ont été tués, 200 autres, blessés, les autorités de la base évacuant dans la hâte et la précipitation des blessés« . 

Et le rapport d’ajouter : » 20 points sensibles de la base ont été pris pour cible alors que toutes les composantes du complexe revêtent une importance stratégique pour les troupes d’occupation US. De nombreux hélicoptères et drones ont également été détruits. En dépit de l’alerte maximale pour les unités de la défense antiaérienne US, aucun missile antimissile n’a été tiré et donc aucune interception de la part des forces US n’a eu ». Le texte affirme que le Renseignement du CGRI a identifié « 104 cibles stratégiques américaines dans la région ». « Au moindre agissement hostile des États-Unis, elles vont être frappées »

Toujours selon le Renseignement du CGRI, « les explosions ont été si intense qu’un seul missile aurait provoqué la destruction de plusieurs cibles dans certains cas. Quelques 4 000 militaires américains se trouvent toujours sur la base et leur présence est illégale depuis que le Parlement irakien a voté samedi le retrait des troupes US et ce, en représailles à l’attentat terroriste commis par les États-Unis vendredi 3 janvier et qui a coûté la vie au commandant en chef adjoint des Hachd al-Chaabi entre autres. 

Source : Presstv

Des S-400 en Irak ?

Le président du Conseil public du ministère de la Défense de Russie, Igor Korotchenko, a suggéré que l’Irak pouvait renforcer sa défense aérienne avec le système de missile S-400 russe.

En allusion à la mort en martyr du général Soleimani dans un raid aérien vendredi 3 janvier de l’armée américaine en Irak, Igor Korotchenko en est venu à cette conclusion que « l’Irak aurait besoin de renforcer ses défenses aériennes ».

« L’Irak est un partenaire de la Russie dans le domaine de la coopération militaro-technique, et la Fédération de Russie peut fournir les fonds nécessaires pour assurer la souveraineté de ce pays et une protection fiable de son espace aérien », a indiqué le président du Conseil public du ministère de la Défense de Russie, qui a suggéré par la suite « la fourniture de missiles S-400 et d’autres composants du système de défense aérienne comme le Buk-M3 et Tor-M2 », ajoute la même source.

Le missile russe S-400

Fin août 2019, lambassadeur russe à Bagdad avait promis que la Russie aiderait l’Irak à renforcer ses capacités en matière de défense aérienne. L’information sur le renforcement de la DCA de l’Irak tombait alors que des positions et stocks de munitions des Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) avaient été la cible d’attaques de drones.

Il faudrait aussi rappeler que tout de suite après l’assassinat du commandant en chef de la Force Qods du CGRI par l’aviation américaine à Bagdad, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou a condamné la « démarche imprudente de Washington » susceptible de provoquer « une brusque dégradation de la situation politique et militaire au Moyen-Orient ».

Ce lundi 6 janvier, le ministre russe de la Défense, le général Sergueï Choïgou, a présenté ses condoléances à la nation, au gouvernement et aux forces armées iraniens, lors d’un entretien téléphonique avec le chef d’état-major de l’armée iranienne, le général de division Mohammad Baqeri. 

Choïgou a qualifié le grand général iranien de « héros national », ce qu’ont bien prouvé ses funérailles « historiques ».

Par ailleurs, l’agence de presse russe Sputnik a rapporté dans son édition du 6 janvier qu’au cours d’une visite en 2015 en Russie, le général Soleimani avait suggéré l’engagement militaire russe aux côtés de l’armée syrienne. Vu l’émotion exprimée par le ministre russe de la Défense après son assassinat à Bagdad, cette version des faits paraît parfaitement plausible.

Par ailleurs, certaines sources estiment probable qu’en cas de l’éclatement d’un conflit militaire entre Téhéran et Washington, des bases militaires russes en Syrie seraient la cible d’attaques américaines, ce qui déclenchera, selon les analystes politiques, les ripostes des plus dures de Moscou.

Selon une source  fiable en Israel:

242 SOLDATS AMÉRICAINS BLESSÉS

Maintenant, c’est une explication pour ces militaires au visage de pierre derrière Trump.

Haaretz a publié qu’un avion américain transportant des soldats américains blessés par la frappe de missile iranienne – très réussie – a atterri à Tel-Aviv il y a quelques heures. Apparemment, il y a jusqu’à 242 SOLDATS AMÉRICAINS BLESSÉS – qui ont été transportés à l’hôpital du centre médical de Tel Aviv Sourasky.


L’AUTRE VERSANT  DES MENSONGES DE LA PROPAGANDE: LA DICTATURE ISLAMISTE EN IRAN ET LE SOULÈVEMENT DU PEUPLE IRANIEN

Moi,ainsi que beaucoup de Défenseurs de la Terre appuyons le soulèvement et la désobéissance civile du peuple iranien contre la dictature sanguinaire des islamistes religieux en Iran.


 

La propagande autour des funérailles pour un meurtrier honni par la population en Iran

 

Des informations parues dans divers médias ont rapporté « d’énormes cérémonies funéraires » en Iran pour le commandant de la Force Qods, Ghassem Soleimani, récemment tué par une frappe américaine à Bagdad et qui a réjoui la majorité des iranien dans le pays et la diaspora.

La couverture des funérailles par BBC World Service mentionnait alternativement «des centaines de milliers», voire «des millions» d’Iraniens rendant hommage à Soleimani en tant que «héros national ». Les preuves de ces chiffres ont généralement pris la forme de clips vidéo d’émissions officielles des médias d’État.

Lors d’une session extraordinaire du Conseil de sécurité de l’État iranien à laquelle a assisté Ali Khamenei et qui s’est tenue à peine un jour après la disparition de Soleimani, les autorités ont discuté des conséquences et des mesures nécessaires à prendre. Le plus urgent : la tenue d’une «immense» cérémonie funéraire. Une mobilisation sans précédent dans tout le pays a alors commencé ce jour-là.

Le centre ville de Téhéran,ce jour-là!

Chaque personne dans les forces armées, dans l’appareil de sécurité, les instituts gouvernementaux et les entités appartenant au gouvernement a été obligée de participer, ainsi que toute leur famille.

« Tous les centres d’enseignement des sciences appliquées de la province de Khorassan sont fermés le dimanche 5 janvier, afin de permettre la pleine participation du personnel et des autres classes sociales aux cérémonies funéraires », lit-on dans une circulaire publiée le lendemain de la mort de Soleimani.

Un SMS de masse envoyé aux citoyens de Chiraz, l’une des plus grandes villes du pays dans le sud, proposait : «afin de participer aux funérailles organisées à Kerman (lieu de naissance de Soleimani où il a été enterré à environ mille kilomètres de Chiraz), des services de bus gratuits ont été organisés à partir de la gare routière de Chiraz le lundi 6 janvier pour revenir mardi soir, avec le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner gratuits. » Les femmes et les hommes devaient être transférés dans des bus séparés.

Lundi, tous les magasins de Kermanshah, dans l’ouest de l’Iran, ont dû fermer et les étudiants ont été contraints de participer aux cérémonies. Les taxis ont été contraints de coller des photos de Soleimani sur leurs pare-brises. Un grand nombre d’affiches et de dépliants avec les mêmes photographies ont été diffusés par la ville.

Dans la province de Varamine, près de Téhéran, les autorités ont annoncé qu’un dîner gratuit serait offert à ceux qui participeraient aux cérémonies tenues dans les locaux du gouvernorat.

Dans l’immense prison Gohardasht à Karaj, tout le personnel administratif, 90% du personnel médical, 70% du personnel de protection et de sécurité, 60% des gardiens de prison, 90% du personnel technique, tout le personnel du magazine, 80% des services  » du personnel et 40% du personnel de la cuisine ont été envoyés de force aux cérémonies nécrologiques.

Un formulaire officiel a été distribué dimanche matin dans les écoles primaires de Téhéran. Les élèves ont dû écrire, dans leur manuscrit, un texte que leur professeur leur avait lu en hommage à Ghassem Soleimani. Le formulaire, ainsi que les commentaires requis des enseignants, doivent être conservés dans le dossier de chaque élève. Les élèves ont été invités à participer aux cérémonies funéraires après avoir rempli le formulaire.

Un directeur d’école a continué d’appeler tout le personnel pour leur demander de participer aux cérémonies et prendre des photos de selfie comme preuve de participation, afin d’être indemnisé.

Et ce ne sont là que quelques-unes des milliers de mesures prises à l’appui des objectifs de propagande définis par le Conseil de sécurité d’État des mollahs. Mais des informations précises provenant de l’intérieur du pays montrent que moins de 5% de la population des grandes villes y ont effectivement participé, le pourcentage total dans le pays ne dépassant pas 10%.

Les «formulaires d’inscription» pour les volontaires des opérations kamikazes distribués dans les mosquées et les écoles ont rencontré encore moins d’enthousiasme. En fait, de tels efforts ne sont rien de plus que des mesures destinées à remonter le moral des pasdaran.

 


En conclusion

Les critiques continuent de pleuvoir sur l’administration Trump à chacune des tentatives de la Maison Blanche de dissuader l’Iran de mettre ses menaces à exécution. Plus l’Iran adopte un comportement agressif et multiplie les actes de violence envers les États-Unis, plus les commentateurs blâment le président Trump et condamnent sa détermination à obtenir du gouvernement iranien qu’il rende des comptes.

En utilisant ses forces armées contre les États-Unis et ses alliés, la République islamique utilise des tactiques résolument offensives. Chaque geste de l’Iran est un geste militaire que les officiels du régime ne tentent même pas de dissimuler. L’opinion publique internationale devrait s’étouffer d’indignation, mais les principaux médias continuent de travestir les attaques de l’Iran. Aucun d’eux n’a fait mention de l’augmentation des gestes d’agression au cours des deux derniers mois.

La stratégie iranienne est double. L’Iran a tout d’abord ordonné à ses milices régionales d’attaquer et de multiplier les provocations contre des entités liées aux États-Unis, à des pays européens et aux États du Golfe.

La semaine dernière, un site industriel américain dans le sud de l’Irak a été attaqué au lance-roquettes. Quarante salariés du géant de l’énergie, Exxon Mobil, ont dû être évacués.

Une attaque Houthi contre une installation pétrolière saoudienne et une roquette qui a atterri près de l’ambassade américaine, à Bagdad, ont également été attribuées au régime iranien et à ses milices régionales. Chacune de ces agressions a porté préjudice, d’une manière ou d’une autre, aux intérêts américains.

The Guardian a récemment révélé que le chef de la Force Qods, le général Qassem Soleimani, avait ordonné aux Forces de mobilisation populaires (PMF), soit une quarantaine de milices sous commandement unifié, de « se préparer pour une guerre par délégation ».

Le deuxième volet de la politique de violence de l’Iran semble consister en agressions militaires directes. Au cours des deux derniers mois, six pétroliers ont été attaqués. Quatre pétroliers ont zindi été pris pour cible dans le port de Fujairah, aux Émirats arabes unis. Un mois plus tard, deux pétroliers traversant le golfe d’Oman, au large des côtes iraniennes, ont été sabotés à l’explosif ; un des pétroliers a été la proie d’un violent incendie et les deux sont partis à la dérive.

Le détroit d’Hormuz, borné par les frontières de l’Iran et d’Oman, est une artère navigable cruciale pour l’activité économique mondiale. Un tiers du total des hydrocarbures distribué par voie maritime y transite. Ces attaques ont inquiété l’ensemble de la planète et ont impacté les entreprises du monde entier.

Toutes ces agressions ont été marquées d’une empreinte iranienne parfaitement visible. La grande sophistication des attaques contre les pétroliers semble être la marque d’une action iranienne directe. L’incident n’était pas isolé. Il a été prémédité et organisé, ce qui laisse penser que d’autres attaques de ce type sont en préparation.

Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain, a déclaré : « Notre évaluation [sur l’identité iranienne des agresseurs] est basée sur le renseignement, les armes utilisées, le niveau d’expertise nécessaire pour mener à bien cette opération et aussi le fait que des attaques iraniennes similaires ont déjà été menées contre le transport maritime. Par ailleurs, dans cette région, aucune milice chiite à la solde de l’Iran, n’a les ressources et la compétence pour agir avec ce degré de sophistication. »

L’Iran a également détruit un drone militaire américain. Le chef du Corps des gardes de la révolution islamique (CGRI), le général Hossein Salami, a déclaré que la destruction de ce drone était un avertissement pour les États-Unis. Il a ajouté que « le seul moyen qu’ont nos ennemis d’être en sécurité passe par le respect de notre souveraineté, de notre sécurité nationale et des intérêts nationaux de la grande nation iranienne ».

À plusieurs reprises, l’administration Trump a invité l’Iran à la table des négociations. C’est l’Iran qui refuse de désamorcer les tensions et continue d’agir de manière agressive, tout en menaçant ouvertement les États-Unis et leurs alliés.

Dans un tweet adressé au Premier ministre japonais Shinzo Abe, le guide suprême iranien Ali Khamenei a écrit :

« Vous avez dit M. @abeshinzo que Trump a déclaré que des négociations avec les Etats-Unis feraient progresser l’Iran. Par la grâce de Dieu, sans négociations et malgré les sanctions, nous progresserons. »

Lors d’une réunion avec Abe, Khamenei a particulièrement insisté sur le fait qu’il « ne considère pas Trump comme une personne avec laquelle il est nécessaire d’échanger des messages. Nous ne négocierons pas avec les États-Unis ».

La question se pose de savoir pourquoi les détracteurs de l’administration Trump sont si prompts à condamner le président alors qu’ils prennent à la légère les attaques de l’Iran. S’attendent-ils à ce que les États-Unis demeurent les bras croisés pendant que la République islamique multiplie les provocations dans la région ? Espèrent-ils que les États-Unis ferment les yeux quand Téhéran tente de déstabiliser la région pour faire avancer, par l’insécurité et la peur, ses intérêts révolutionnaires et religieux ? Combien faudra-t-il de personnes menacées, torturées ou massacrées avant que la réponse de Trump soit considérée comme justifiée ?

 

 

 

2 commentaires sur “Troisième Guerre Mondiale en préparation:La Vérité et les mensonges sur la riposte de l’Iran aux États-Unis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.