Troisième Guerre Mondiale en préparation:l’escalade de la guerre est enclenchée depuis l’assassinat de Soleimani

L’élimination par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani interroge. Prise par Donald Trump en personne, la décision d’abattre le chef des Gardiens de la révolution à l’étranger, l’une des figures les plus importantes de la République islamique, arrivé à Bagdad sur invitation du gouvernement irakien, est d’autant plus cruciale qu’elle pourrait provoquer une nouvelle guerre au Moyen-Orientl’Iran ayant promis de le venger.

Au lendemain de la frappe du drone, le président américain a précisé les raisons ayant motivé sa décision : Soleimani préparait des attaques « imminentes » contre des diplomates et des militaires américains. « Une action d’envergure » menaçant des « centaines de vies américaines », a précisé dans la journée le secrétaire d’État Mike Pompeo, affirmant se baser sur des « évaluations » des services de renseignements américains. D’après le général Mark Milley, le chef d’état-major de l’armée américaine, ces preuves seraient « irréfutables ». Mais ni l’un ni l’autre n’ont donné de plus amples détails.

Des responsables américains, qui ont eu accès à ces renseignements, ont confié au New York Times que les menaces visaient particulièrement les ambassades et consulats américains au Liban, en Syrie et en Irak. Considéré comme l’architecte de la domination de l’Iran au Moyen-Orient, le général Qassem Soleimani revenait justement de ces trois pays et devait se rendre à Téhéran pour s’entretenir avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

« Opinion personnelle »

Mais tous n’ont pas été convaincus par les renseignements américains. Un haut responsable, qui a requis l’anonymat, affirme au New York Times que les éléments étaient trop légers pour en tirer la moindre conclusion. Surtout, il rappelle que l’ayatollah Khamenei n’avait pas donné son aval à un éventuel plan d’attaque fomenté par Soleimani. Chef de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants et farouche adversaire politique de Donald Trump, le sénateur démocrate Adam Schiff va plus loin. Selon lui, rien ne permet d’affirmer que l’élimination de Qassem Soleimani a permis de « sauver des vies américaines ». « Il s’agit d’une opinion personnelle du secrétaire d’État Pompeo, pas de conclusions des renseignements », souligne-t-il sur la chaîne américaine CNN. D’autres élus américains précisent que les éléments qui leur ont été présentés ne sont pas assez précis quant à la nature des cibles visées par les Iraniens ainsi que l’imminence de l’attaque.

Il apparaît que la décision des États-Unis d’abattre Qassem Soleimani trouve plutôt son origine dans une attaque perpétrée en Irak le 27 décembre dernier qui a coûté la vie à un civil américain. Trente-six roquettes ont été tirées ce jour-là contre une base irakienne à Kirkouk, dans le nord du pays, coûtant la vie à un sous-traitant américain et blessant quatre GI. Non revendiquées, les frappes ont été attribuées par Washington à la milice chiite irakienne des Brigades du Hezbollah, entraînée et financée par l’Iran. Une force qui a eu un rôle important au moment de la lutte au sol contre Daech en Irak.

Cela faisait deux mois que les soldats américains étaient visés par des attaques attribuées par Washington à cette milice. Or, pour la première fois, un citoyen américain (un traducteur) a perdu la vie. Pour Donald Trump, il ne fait aucun doute que Téhéran est derrière cette attaque. Depuis le mois de juin, le président américain se refuse à riposter aux attaques iraniennes dans le Golfe, dans le souci d’éviter une guerre dont il ne veut pas au Moyen-Orient et qui pourrait compromettre sa réélection. Or, à Téhéran, cette passivité est alors interprétée comme un signe de faiblesse. La mort d’un ressortissant américain « change la donne », estime le secrétaire américain à la Défense Mark Esper.

Déterminé, cette fois, à agir, Donald Trump, alors en vacances dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, s’est vu présenter par ses plus proches conseillers une liste de cibles iraniennes à viser, raconte le New York Times : des bases des Brigades du Hezbollah en Irak, des navires de guerre iraniens dans le Golfe, en passant par des dépôts de missiles. Ultime option envisagée, l’élimination de Qassem Soleimani, l’homme derrière le soutien iranien au Hezbollah libanais, au Hamas palestinien, à Bachar el-Assad et aux milices irakiennes.

Attaque de l’ambassade

Déjà présentée par le passé à George W. Bush et Barack Obama, cette éventualité avait jusqu’ici été toujours écartée par les précédents présidents américains, en raison des risques de représailles contre des soldats américains. Car Soleimani est un maillon essentiel du régime iranien, l’un des commandants de l’une des deux forces régulières du pays (les Gardiens de la révolution représentent l’armée idéologique de la République islamique, ).

Trump opte, le dimanche 29 décembre, pour une action moins radicale : le bombardement de cinq installations militaires de la milice chiite en Irak et en Syrie. Massive et sans précédent, l’attaque fait 25 morts dans les rangs des Brigades du Hezbollah et provoque la fureur du Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi. À l’unisson, toute la classe politique du pays dénonce une violation flagrante de la souveraineté nationale de la part des États-Unis. C’est pourquoi, deux jours plus tard, le mardi 31 décembre, les forces de sécurité irakiennes restent étonnamment passives lorsque des centaines de membres des milices chiites investissent l’ambassade des États-Unis située dans la zone verte, le quartier pourtant ultrasécurisé du centre de Bagdad.

« Extrêmement audacieux »

Assistant, impuissant devant son écran de télévision, à l’envahissement de la représentation américaine, Donald Trump se remémore la prise d’otages terrible de l’ambassade des États-Unis à Téhéran quarante ans plus tôt, et plus récemment le raid contre le consulat américain à Benghazi, en 2012 en Libye. Toujours en vacances dans sa propriété de Floride, le président fulmine. Pour lui, cette attaque porte à nouveau la marque de la République islamique. « L’Iran sera tenu pour pleinement responsable des vies perdues ou des dégâts occasionnés dans nos installations. Ils paieront LE PRIX FORT ! », prévient le président américain dans un tweet. « Ceci n’est pas une mise en garde, c’est une menace », insiste-t-il.

La manifestation est finalement dispersée par les forces américaines sans que les miliciens soient parvenus à pénétrer dans le bâtiment principal de l’ambassade. Mais le mal est fait et l’humiliation subie par les États-Unis est terrible. C’est à ce moment-là que Donald Trump ordonne à ses services d’éliminer Qassem Soleimani. « C’était extrêmement audacieux et a surpris nombre d’entre nous », raconte au Washington Post un haut responsable de son administration, tandis que d’autres officiels s’alarment déjà des conséquences pour les troupes américaines dans la région.

Interceptions et informateurs

Il s’agit alors de mettre la main sur le « numéro deux » officieux du régime iranien. Et la chose n’est pas si ardue. Incontournable depuis trente ans dans la région, Qassem Soleimani est constamment en déplacement au Moyen-Orient, se rendant ouvertement auprès des plus grands leaders politiques de l’« axe de la résistance » aux États-Unis, de Beyrouth à Bagdad en passant par Damas. S’estimant protégé par sa toute-puissance ? même le Mossad n’a jamais osé le cibler ? le général iranien ne vit pas caché, contrairement à Abou Bakr al-Baghdadi ou Oussama Ben Laden.

Suivi à la trace durant plusieurs jours à l’aide d’informateurs, d’interceptions téléphoniques et de drones de reconnaissance, Qassem Soleimani est repéré par les services américains : il doit arriver vendredi matin à l’aube à l’aéroport de Bagdad, par un vol officiel, pour y être accueilli par Abou Mahdi al-Mohandes, le chef des Brigades du Hezbollah. Celui-là même qui a participé à l’invasion de l’ambassade américaine mardi. Il est jeudi, 17 heures, et Donald Trump donne l’ordre d’abattre Qassem Soleimani.


LA VÉRITÉ

Ce que vous venez de lire correspond à la version officielle des choses…Voyons voir la Vérité qui se cache derrière tout cela:

 

Piège « diplomatique »: Soleimani tué lors d’une mission diplomatique en Irak pour recevoir une missive de Trump-Pompeo

Aucune interception magique n’était nécessaire, apprend-on maintenant de l’Irak, pour organiser l’assassinat de Soleimani. Nous apprenons maintenant que l’embuscade a été organisée par la voie diplomatique, en attirant Soleimani en Irak en lui promettant qu’il allait recevoir une offre de réduction des sanctions du président Trump.

Le général Qassem Soleimani a atterri en Irak pour rencontrer le Premier ministre Adel Mahdi, qui devait recevoir un message pour l’Iran de la part du président Trump. Il a plutôt été assassiné, et la note diplomatique du secrétaire d’État Michael Pompeo à l’envoyé iranien, Soleimani, était en fait une invitation à une embuscade mortelle. Méthode maffieuse.

Photo choc censurée:
le général Soleimani avec les troupes américaines en Irak
Esper et Pompeo ont menti à Trump

 

 

 

Soleimani s’est envolé de Damas et a été tué alors qu’il quittait l’enregistrement diplomatique à l’aéroport international de Bagdad.

L’Irak avait servi d’intermédiaire entre Téhéran et Washington, le général Soleimani jouant le rôle de représentant diplomatique de l’Iran.

Le gouvernement irakien avait demandé à Soleimani d’organiser et d’entraîner les forces qui avaient vaincu Daech, un processus qui se poursuivait comme il se poursuivait en Syrie en partenariat avec la Russie et la Turquie, dans le cadre de la Coalition d’Astana.

Trump menace l’Irak de «grandes sanctions» s’il est contraint d’abandonner les bases aériennes

Trump menace d’utiliser une base américaine en Irak pour bombarder Bagdad, détruire la production pétrolière irakienne ….

D’abord la Turquie, puis l’Irak et ensuite le Qatar, l’Amérique est expulsée du Moyen-Orient… il est temps de fabriquer plus de porte-avions… après tout, protéger et transporter ISIS autour du monde… et voler du pétrole est un travail difficile.

l’Irak devrait se préparer à des sanctions devant lesquelles celles imposées à l’Iran paraîtraient douces s’il devait expulser les troupes américaines sans couvrir d’abord les coûts d’une base aérienne équivalente, a déclaré le président américain Donald Trump.

«Nous avons une base aérienne extrêmement chère qui existe. Cela a coûté des milliards de dollars à construire, bien avant mon temps. Nous ne partirons pas à moins qu’ils ne nous remboursent pour cela », a déclaré Trump aux journalistes à bord d’Air Force One dimanche.

Les mesures punitives que les États-Unis sont prêts à infliger à leur prétendu allié dans la lutte contre l’État islamique seront encore plus sévères que les sanctions paralysantes déjà en vigueur contre Téhéran, a déclaré le président.

«S’ils nous demandent de partir, si nous ne le faisons pas de manière très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vues auparavant. Cela rendra les sanctions iraniennes gentilles »

L’avertissement de Trump à l’Irak intervient après que les députés irakiens ont adopté une résolution, défendue par le Premier ministre intérimaire du pays, demandant au gouvernement irakien d’expulser les troupes étrangères en annulant une demande d’assistance militaire auprès de la coalition dirigée par les États-Unis.

La résolution, adoptée ce dimanche, prévoit que certaines troupes étrangères pourraient rester en Irak à des fins de formation, mais le nombre d’instructeurs étrangers jugés nécessaires devrait être communiqué par les autorités irakiennes.

Trump promet de  détruire tous les sites culturels iraniens

Prenant exemple sur les idiots utiles de l’impérialisme et du sionisme que sont les terroristes islamistes sunnites, Trump a réitéré sa menace de détruire les sites culturels iraniens en représailles à de futures attaques potentielles de Téhéran, qui a promis de venger l’assassinat du général Qassem Soleimani, par les États-Unis.

Accusant l’Iran de « torturer » et de « mutiler » des soldats américains dans des attentats-suicides et en posant des bombes en bordure de route, Trump a laissé entendre que les attaques contre les troupes américaines justifient le fait que l’Amérique puisse impunément commettre des crimes de guerre –comme  la destruction du patrimoine culturel d’une nation :

« Ils ont le droit de tuer notre peuple. Ils sont autorisés à torturer et à mutiler notre peuple. Ils sont autorisés à utiliser des bombes en bordure de route et à faire exploser notre peuple. Et nous ne sommes pas autorisés à toucher leurs sites culturels? Cela ne fonctionne pas de cette façon. « 

La déclaration de Trump samedi selon laquelle les États-Unis pourraient tirer sur 52 sites importants pour le peuple et la culture iraniens a suscité une controverse aux États-Unis, de nombreux critiques, car  l’administration Trump imiterait alors les méthodes de ses « adversaires déclarés », l’État islamique (qui  a endommagé et détruit des sites culturels d’importance mondiale en Syrie et en Irak.) et les Talibans qui ont commis les mêmes prédations en Afghanistan.

Les satanistes veulent la troisième guerre mondiale en Iran

Source : Satanists want World War III in Iran—again

Les satanistes qui ont littéralement créé le chaos en Irak, en Afghanistan, en Libye et en Syrie, applaudissent maintenant Donald Trump pour avoir assassiné le général iranien Qassem Soleimani.

Le nettoyeur et belliciste ethnique John Bolton a récemment déclaré:

«Félicitations à toutes les personnes impliquées dans l’élimination de Qassem Soleimani. Longtemps en préparation, ce fut un coup décisif contre les activités malveillantes de la Force Quds iranienne dans le monde entier. J’espère que c’est la première étape d’un changement de régime à Téhéran. »[1]

Bolton n’est pas à la Maison Blanche, mais il sourit certainement parce qu’il est témoin que Trump réalise réellement l’aspiration d’Israël. Ce qui est intéressant, c’est qu’en 2011, Trump était partout dans les médias pour attaquer Obama et dire qu’Obama voulait mener une guerre inutile avec l’Iran. Trump a alors déclaré:

«Notre président va déclencher une guerre avec l’Iran parce qu’il n’a absolument aucune capacité de négocier – il est faible et inefficace. Donc, la seule façon dont il pense qu’il va être réélu, et aussi sûr que vous êtes assis là, c’est de déclencher une guerre avec l’Iran. »[2]

En 2012, Trump a de nouveau déclaré: «Ne laissez pas Obama jouer la carte de l’Iran pour déclencher une guerre afin d’être élu – faites attention , Républicains!» [3] En 2013, Trump n’a pas du tout pu fermer sa grande gueule: « Je prédis que le président Obama attaquera l’Iran à un moment donné pour sauver la face! » [4]

Obama n’avait aucune intention d’attaquer l’Iran. En fait, il a toujours affronté le régime israélien, l’entité même qui continue d’envoyer de précieux soldats américains mourir au Moyen-Orient. Obama a été le premier président de l’histoire à qualifier ouvertement le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de personne sans valeur et méprisable. “a chickenshit.”[5].

Alors maintenant, Trump fait exactement ce qu’il pensait qu’Obama avait l’intention de faire. Alors pourquoi les États Sionistes d’Amérique (Zionist States of America) ont-ils assassiné Qassem Soleimani? Eh bien, ils essayaient de sauver «des centaines de vies américaines» [6]! Trump a déclaré:

«Le général Qassem Soleimani a tué ou gravement blessé des milliers d’Américains sur une longue période, et complotait pour en tuer beaucoup plus… mais il s’est fait prendre! Il était directement et indirectement responsable de la mort de millions de personnes, y compris du grand nombre récent de manifestants tués en Iran même. »[7]

Quelqu’un peut-il donner à Trump une copie de On Bullshit (sur les conneries) de Harry G. Frankfurt? « L’une des caractéristiques les plus marquantes de notre culture est qu’on y trouve tellement de conneries« , écrit Francfort. « Tout le monde le sait. » [8]

Trump sait qu’il est une marionnette du régime israélien et qu’il essaie de plaire à ses maîtres. Il sait qu’aucun Américain sérieux ne soutiendrait une autre guerre au Moyen-Orient. Il sait que la guerre en Irak coûtera aux États-Unis au moins six mille milliards de dollars. Mais il doit obéir aux pouvoirs sataniques d’Israël. Il doit provoquer l’Iran afin que les États-Unis trouvent une excuse pour une autre guerre. En fait, dès que le général a été assassiné, Benjamin Netanyahu est rapidement monté sur le podium politique et a déclaré que Trump avait fait du bon travail, car il avait agi «rapidement, avec force et de manière décisive».

Mais Israël et les États-Unis peuvent regretter une telle décision car la Russie, la Chine et la France ne sont pas satisfaites. De plus, l’activité diabolique de Trump provoque une réaction massive dans le monde, et il semble que les responsables israéliens et leurs marionnettes aux États-Unis n’étaient pas prêts pour cette réaction.

Gardez à l’esprit que les dirigeants iraniens ont toujours sympathisé avec les Américains, malgré le fait que l’establishment anglo-américain a renversé un président iranien démocratiquement élu du nom de Mohammad Mosaddegh en 1953. [9]

Par exemple, juste après l’attaque du 11 septembre, ce sont les dirigeants iraniens eux-mêmes qui ont proposé de s’associer à l’armée américaine pour lutter contre le terrorisme. Les États-Unis ont toutefois rejeté l’offre généreuse. [10]

De plus, l’Iran, contrairement à l’Amérique, n’a jamais eu pour mission d’envahir des pays et de détruire le tissu moral et politique de ces pays. Nous savons déjà à quel point la guerre en Irak a été catastrophique. [11]

Ainsi, lorsque Khamenei déclare que l’Amérique est «mauvaise et méchante», il se réfère à la manifestation d’une idéologie diabolique qui est venue enrouler sans doute la planète entière [12]. Il ne fait nullement référence au peuple américain. Khamenei a même dit très clairement aujourd’hui que «Mort à l’Amérique» n’a rien à voir avec l’Américain moyen, mais a tout à voir avec l’idéologie sioniste, qui cherche à pressuriser la planète entière. Cette politique a été étoffée en 1979 [13] et elle est toujours d’actualité. L’ayatollah Khomeini postulait alors:

«Il n’y a aucun crime que l’Amérique ne commettra pas afin de maintenir sa domination politique, économique, culturelle et militaire sur les parties du monde où elle prédomine. Elle exploite les peuples opprimés du monde au moyen des campagnes de propagande à grande échelle qui sont coordonnées pour lui par le sionisme international.

«Au moyen de ses agents cachés et perfides, elle aspire le sang des peuples sans défense comme si elle seul, avec ses satellites, avait le droit de vivre dans ce monde. L’Iran a essayé de rompre toutes ses relations avec ce grand Satan et c’est pour cette raison qu’il fait face maintenant à des guerres qui lui sont imposées. »

Le «sionisme international» est une description appropriée de ce qui se passait alors. Comme je l’ai déjà suggéré, les États-Unis et l’Angleterre avaient déjà renversé un président démocratiquement élu en Iran en 1953, et les deux pays se développaient de manière agressive au Moyen-Orient pour maintenir en vie un empire diabolique.

L’ayatollah Khomeiny a tenté de résoudre le problème du «sionisme international» en faisant appel à l’unité musulmane. Mais c’était encore un autre problème parce que des pays comme l’Arabie saoudite se prosternaient déjà devant le «sionisme international». Comme le dit E. Michael Jones,

«Au moment même où il a invoqué l’unité islamique, Khomeiny a été forcé d’admettre que l’islam était en train de se diviser en deux factions en guerre. La grande bataille culminante de la croisade anti-communiste a masqué cette scission pendant des décennies, mais maintenant, alors que les guerres intra-islamiques font rage au Yémen et en Irak, Khomeiny s’est montré plus un prophète qu’un politicien capable de réaliser l’unité islamique. Dans les deux cas, le Grand Satan exacerbait la division comme moyen d’atteindre des objectifs géopolitiques. »[14]

Khomeiny a manifestement allumé un projecteur prophétique qui, encore une fois, est toujours d’actualité. Le «sionisme international» aspire toujours le sang de pratiquement toutes les nations de la terre à travers des activités secrètes, l’espionnage et des moyens trompeurs. [15] Et en rejetant métaphysiquement l’ordre moral et politique et en embrassant le chaos et la destruction, le sionisme international est essentiellement devenu le satanisme.

Ce principe a été exprimé par saint Athanase, qui a postulé que toute idée métaphysique qui nie ontologiquement le Logos et sa place centrale dans l’univers finira par être satanique. Dans un univers satanique, ce qui est vrai est en fait un mensonge et ce qui est un mensonge est par définition vrai. Le régime israélien et ses marionnettes aux États-Unis représentent le satanisme. Trump est l’un de leurs prédicateurs. En bref, une «allégeance active à Satan» est l’idéologie politique des États-Unis, de l’Arabie saoudite et même d’Israël, en particulier lorsqu’il s’agit de traiter des questions importantes au Moyen-Orient.

Khamenei a ajouté que tant que la politique étrangère des États-Unis demeurerait «mauvaise et méchante» [16], l’Iran et ses dirigeants continueraient de scander la mort à ceux qui perpétuent le nettoyage ethnique pratiquement partout au Moyen-Orient. Les représentants du mal au Moyen-Orient, dit Khamenei, ne sont autres que Donald Trump, John Bolton et Pompeo. [17] Khamenei a continué: «Les États-Unis sont l’incarnation du mal, mais se plaignent toujours lorsque vous scandez « Mort à l’Amérique ». [18]

Les États-Unis sont l’incarnation du mal parce que les politiciens ont adopté un principe essentiellement talmudique qui dit essentiellement que les guerres perpétuelles et le nettoyage ethnique au Moyen-Orient et ailleurs sont bons pour l’Amérique, malgré la preuve du contraire.

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Troisième Guerre Mondiale en préparation:l’escalade de la guerre est enclenchée depuis l’assassinat de Soleimani

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.