Réseau pédophile mondial de l’Élite:Le Pentagone est un nid de pédophiles

Des parlementaires ciblent les pédophiles du Pentagone avec un projet de loi contre la pédopornographie.

Une législation bipartisane présentée par les Républicains. Abigail Spanberger (D-VA) et Mark Meadows (R-N.C.) vise à mettre fin à l’utilisation des réseaux informatiques du ministère de la Défense (DoD) pour télécharger ou distribuer de la pédopornographie.

 

Des centaines d’employés du gouvernement ont été impliqués dans le cadre de l’«Opération Flicker» en 2006 de l’Immigration and customs enforcement (ICE) – qui a permis d’identifier plus de 5.000 personnes qui avaient utilisé des cartes de crédit ou PayPal pour acheter de la pédopornographie ou s’abonner à des sites Web offrant ce «service». De ce nombre, l’ICE a identifié 264 employés ou entrepreneurs du ministère de la Défense qui avaient acheté de la pédopornographie en ligne.

Neuf d’entre eux détenaient une cote de sécurité «Très secret – Information compartimentée de nature très confidentielle», tandis que 76 d’entre eux avaient une cote de sécurité «Secret» ou plus.

Voilà le meilleur : Sur ces 264 suspects du ministère de la défense , 52 seulement ont fait l’objet d’une enquête du Service des enquêtes criminelles de la défense (DCIS) du Pentagone, ce qui signifie que l’administration Bush a délibérément ignoré plus de 200 pédophiles présumés travaillant pour le ministère de la Défense.

Le nouveau projet de loi, «The End Network Abuse Act», exigera que le Pentagone signe des contrats avec des groupes qui seront impliqués dans cet effort, notamment les forces de l’ordre, les services sociaux, les services de protection des enfants et les prestataires de soins aux victimes. Selon le journal «The Hill», cela permettrait également aux enquêteurs militaires de bénéficier d’une formation et d’une expertise technique supplémentaires :

Le National Criminal Justice Training Center, l’un des groupes qui a pesé de tout son poids en faveur du projet de loi, a rapporté en 2018 que le réseau du ministère de la défense se classait au 19e rang sur près de 3 000 réseaux à l’échelle nationale pour le partage de pédopornographie en peer-to-peer.»

Spanberger a décrit les problèmes d’exploitation et d’abus sexuels des enfants comme des «crimes horribles».

«L’idée que le réseau du ministère de la Défense et les ordinateurs du Pentagone puissent être utilisés pour visionner, créer ou diffuser des images aussi horribles est une honte absolue, et nous devons nous battre contre ça», a déclaré M. Spanberger dans un communiqué.

Le représentant Meadows a déclaré que «l’échange de pédopornographie en peer-to-peer est une pratique inacceptable et que les agences fédérales ne peuvent pas permettre

que leurs réseaux deviennent une plate-forme pour cette pratique».

Les sénateurs Brian Schatz (D-HI) et Lisa Murkowski (R-AK) ont présenté un projet de loi semblable au Sénat. Selon The Hill, «un porte-parole de Spanberger a déclaré à The Hill que, bien qu’il n’y ait pas de date fixe à la Chambre ou au Sénat pour l’adoption du projet de loi, les parrains essaient de l’adopter» à la fois en tant que projet de loi individuel et amendement «à d’autres mesures législatives».

Cependant, à part la sensibilisation, les projets de loi ne semblent pas offrir de remèdes spécifiques pour stopper l’épidémie de pédopornographie au Pentagone. Peut être dans une purge à venir ? Reste que la dynamique semble aller dans le bon sens.

Source : https://www.zerohedge.com/news/2019-07-03/lawmakers-target-pentagon-pedophiles-bipartisan-child-porn-bill

et

https://thehill.com/policy/cybersecurity/451383-house-bill-aims-to-stop-use-of-pentagon-networks-for-sharing-child

Traduction : ExoPortail

Un « Marais » de pédophiles dans l’Amérique «très chrétienne»

Donc, le Pentagone américain se classe au 19ème rang sur près de 3.000 réseaux identifiés dans le partage de la pornographie enfantine, selon le rapport de 2019. Non seulement ce problème n’a pas été réglé depuis une décennie, mais il semble s’être aggravé de manière exponentielle depuis que l’histoire a commencé à se faire jour, comme le montre le reportage du journal Le Monde du 23 juillet 2010 :

Plusieurs dizaines de personnes sont accusées d’avoir téléchargé des documents à caractère pédophile, parfois sur leur ordinateur de bureau.

Publié le 23 juillet 2010 à 21h50 –

5 000 personnes auraient été concernées par l’enquête, qui a abouti à plusieurs dizaines d’inculpations. REUTERS/YURI GRIPAS

Selon un  rapport officiel cité par le quotidien américain The Boston Globe vendredi 23 juillet, plusieurs dizaines d’employés du Pentagone, certains haut placés, font actuellement ou ont fait l’objet par le passé d’investigations de la part du FBI pour avoir téléchargé sur Internet des documents à caractère pédophile, parfois sur leur propre ordinateur professionnel. Certaines enquêtes non résolues seraient ouvertes depuis 2002, ajoute le quotidien.

Du fait de la fonction des personnes mises en cause, qui pour beaucoup ont accès aux informations les plus sensibles concernant la sécurité des Etats-Unis, cette affaire est considérée comme extrêmement sensible par le Pentagone, note le Boston Globe : de par l’importance de leur position, « ces personnes pourraient faire l’objet de chantage, de corruption ou de menaces ».  Un porte-parole du Pentagone, cité par le journal, a déclaré prendre l’affaire « très au sérieux ».

Plusieurs cas ont déjà été jugés, d’autres ont été abandonnés, et une grande partie est en cours d’instruction ou de jugement.

Alors la grande question est : comment se fait-il que ces «talibans chrétiens» du Pentagone cherchent à sodomiser des petits enfants ? à quoi rime cette culture super chrétienne représentée dans les forces armées américaines, comme  «la Confrérie des Officiers Chrétiens» et les « groupes de prière du Pentagone » ? Pourquoi  cette organisation ne peut-elle  pas nettoyer sa  merde?

Voilà un beau cadeau  de propagande pour la Russie ou l’Iran. Lorsque votre plus haute institution militaire et son service de maintien de l’ordre ne s’attaquent pas à cette pornographie enfantine endémique, cela fait-il partie de « l’exceptionnalisme américain »? C’est peut-être pour cela que Trump voudrait « rendre sa grandeur à l’Amérique », il est certainement au courant de l’envahissement de la société américaine par toutes sortes de déviants et de prédateurs sexuels, dont les pédophiles et autres LGBTQxyz ,  qu’il désigne par le terme général « le Marais.

 

 

 

 

 

Publicités

Héritage du Troisième Reich:La dégénérescence sociale et la dépravation sexuelle écrasées par l’arrivée du national-socialisme

Dans son livre de 2014, le professeur Robert Beachy documente la dégénérescence effrénée de la capitale allemande avant que les nazis ne mettent les choses au clair.

Sous la république de Weimar, Berlin était un foyer d’homosexualité, de prostitution masculine; domicile de la première chirurgie «homme-femme».

Couverture: photos de police de la prostituée berlinoise Johann Scheff, arrêtée en juillet 1932. Des jeunes gens vêtus de vêtements féminins qui ont réussi leur passage pour des femmes, sont descendus en masse dans les grands magasins pour voler de grandes quantités de marchandises

 

Pensez à Liza Minnelli et Joel Gray dans Caberet. Pensez à West Hollywood, Greenwich Village ,au  Provincetown et au Castro, connus comme des foyers d’homosexualité.

Mais ils ne ressemblent en rien à la scène sexuelle urbaine «gay» décomplexée et à la vaste sous-culture homosexuelle qui a prospéré à Berlin sous la République allemande de Weimar.

Tout comme en Occident aujourd’hui, la déviance sexuelle et la croyance que certaines personnes devraient être mutilées chirurgicalement parce qu’elles sont «piégées dans le mauvais corps» ont été promues par les Juifs sionistes  et leurs alliés à Berlin pré-national-socialiste.

Les années «libérales» de la ville – avant la montée d’Hitler – sont détaillées dans un nouveau livre, Gay Berlin.

La «science» de la «transsexualité» a été fondée à Berlin à l’Institut des sciences sexuelles où la première «chirurgie homme vers femme» a été réalisée. Les mots «homosexuel» ou «travesti» y ont été inventés.

La couverture de Die Intel, décembre 1930, annonçant un épisode en série de Men for Sale (Manner zu verkaufen)

 Les magazines gays allemands ont également offert des services adaptés aux homosexuels et aux lesbiennes à la sous-culture gay, notamment des médecins spécialisés dans les «  troubles sexuels  », des agences de détectives proposant d’enquêter sur les menaces de chantage, ainsi que des couturiers et des restaurants

L’expérimentation sexuelle entre les mêmes sexes et les progrès médicaux visant à aider les sexes «piégés dans le mauvais corps» en Allemagne il y a plus de cent ans ont façonné notre compréhension de l’identité gay aujourd’hui.

 

Liza Minnelli et Joel Gray ont joué dans la version cinématographique de Carbaret en 1972

La prostitution masculine, les bars et discothèques homosexuels, les cabarets peuplés d’hommes gais, de lesbiennes et de transsexuels ont prospéré.

C’est à Berlin que les «scientifiques» et universitaires juifs ont conclu que «l’amour du même sexe était une caractéristique naturelle et innée et pas seulement la perversion d’une tendance sexuelle« normale »».

La République de Weimar est sortie de l’épave de la Première Guerre mondiale. Le Kaiser avait disparu, le Traité de Versailles de 1919 a vu l’abolition de l’Empire allemand et la perte d’une grande partie de son territoire.

Ce fut une période troublée et torturée pour l’Allemagne.

«La prostitution omniprésente (hommes et femmes), le travestissement public et l’accès facile aux bars et clubs qui accueillaient des hommes et des lesbiennes homosexuels ne sont que quelques-unes des caractéristiques qui ont soutenu l’industrie du sexe à Berlin.»

La prostitution masculine, les bars et discothèques homosexuels, les cabarets peuplés d’hommes gais, de lesbiennes et de transsexuels ont prospéré dans une sous-culture sexuelle sauvage et incomparable, excitante mais dangereuse.

C’est à Berlin que les scientifiques ont conclu que «l’amour du même sexe était une caractéristique naturelle et innée et pas seulement la perversion d’une tendance sexuelle« normale »», écrit et écrivain Robert Beachy dans son livre fascinant, Gay Berlin: lieu de naissance d’un moderne Identité par les éditeurs Knopf.

La République de Weimar est sortie des décombres de la guerre d’Allemagne. Le Kaiser avait disparu, le Traité de Versailles de 1919 a vu l’abolition de l’Empire allemand et la perte d’une grande partie de son territoire. 

C’était une période troublée et torturée pour l’Allemagne, mais Berlin, l’ancienne capitale impériale est devenue sa ville la plus libérale. 

Un niveau de vie élevé, une vie urbaine dynamique et des attitudes sociales détendues, ainsi que l’afflux d’argent américain ont défini les années vingt à Berlin qui ont été la période la plus créative de l’histoire allemande.

Des écrivains, des poètes, des artistes de Londres, de France et des États-Unis sont arrivés dans la ville allemande pour assister et expérimenter la liberté sexuelle érotique sauvage avec des chercheurs de curiosité, des voyeurs et des homosexuels.

Les Européens de l’Ouest, les Scandinaves et les Russes sont tous venus pour se livrer à leurs appétits sexuels dans la vie nocturne hédoniste et la culture festive de la capitale allemande – ou ils sont venus pour assister au «  Berlin ridiculement licencieux  », dopant leurs propres impulsions voyeuristes.

Des prostituées travesties assis sur les genoux des hommes gais dans le populaire bar gay de Berlin Marienkasin
Hansi Sturm, a été la gagnante du concours de travesti Miss Eldorado en 1926

 

Il y avait vingt-cinq à trente périodiques homosexuels en langue allemande qui paraissaient à Berlin, hebdomadairement ou mensuellement.

Il n’y a eu aucune autre revue publiée ailleurs dans le monde avant 1945.

Des titres ouvertement nudistes et homosexuels étaient affichés dans les kiosques.

Les bars, clubs et cafés du même sexe sont annoncés ainsi que les services professionnels de médecins, dentistes, avocats, papetiers… le tout avec les «amis implicites».

Dans ces magazines, toute personne confrontée au chantage a trouvé des détectives privés pour traquer les menaces d’extorsion.

Les cross-dressers ont trouvé des couturières qui s’adaptaient aux grandes tailles.

Il y avait les annonces uniques placées à jamais par des individus en quête d’amour.

L’artiste, poète et essayiste moderniste américain Marsden Hartley, habitué du Berlin des années 1920, «a assisté à de grands bals de travestis et à des bars homosexuels fréquentés par des escrocs masculins.

Il a rappelé plus tard: «La vie à Berlin était alors au sommet – c’est-à-dire au plus haut niveau de sophistication et d’abandon. Aucun de nous n’avait rien vu de tel que le spectacle ». 

Le célèbre architecte américain Philip Johnson, souvent considéré comme le doyen des architectes américains, «s’est prévalu de la prostitution masculine de Berlin».

« Paris n’a jamais été aussi hospitalier », a déclaré Johnson. Il a parlé couramment l’allemand plus tard en disant: «Je l’ai appris de la meilleure façon, en utilisant« la méthode horizontale ».
Travestis buvant des boissons dans le club Eldorado qui n’était pas caché mais célébré à l’âge d’or de la scène des bars et clubs gay à Weimar Berlin. C’était un point chaud pour la haute société et faire la fête jusqu’à l’aube était la norme

Le Dr Magnus Hirschfeld a ouvert en mars 1919 l’Institut des sciences sexuelles, le premier établissement de ce type au monde à offrir des conseils médicaux et psychologiques sur les questions sexuelles aux hommes et aux femmes hétérosexuels, aux homosexuels, aux travestis et aux intersexués, également appelés hermaphrodites ou individus capturés entre mâle et femelle.

«L’institut a représenté la première tentative d’établir la« sexologie », ou science sexuelle, comme sujet d’étude et de recherche universitaire légitime.

« Nulle part ailleurs dans le monde il n’y avait autant de département ou de chaire universitaire consacré au sujet, encore moins un institut entier », écrit l’auteur Robert Beachy.

L’Institut a également mis l’accent sur l’éducation du public et avait un musée de la sexualité, le musée Hirschfeld, avec non seulement des tableaux muraux et des photographies, mais aussi des cas remplis de phallus et de fétiches du monde entier.

Des photographies d’homosexuels vêtus de chapeaux énormes, de boucles d’oreilles et de maquillage adoraient les murs ainsi que des femmes en vêtements pour hommes et chapeaux haut de forme.

Lorsque le Dr William Robinson, médecin new-yorkais et militant éminent du contrôle des naissances, a visité l’institut en 1925, il a déclaré: «C’est une institution absolument unique au monde… que j’espérais établir aux États-Unis mais que je ressentais ne prospérerait pas à cause de notre attitude prude et hypocrite envers toutes les questions de sexe.

C’est dans cet institut que Hirschfeld et ses collègues ont été les pionniers de certaines des premières chirurgies de changement de sexe ainsi que des traitements hormonaux primitifs

Le Dr Hirschfeld a étudié le travestissement, les hommes et les femmes qui portaient des vêtements de sexe opposé. 

Auparavant interprété comme un symptôme d’homosexualité par des psychiatres et des sexologues, et associé à la prostitution et à des activités criminelles, Hirschfeld pensait que les travestis étaient souvent hétérosexuels.

Carte postale illustrée du club gay Silhouette, populaire à la fin des années 1920 et au début des années 1930. Toujours sous une brume bleue de fumée de cigarette et de cigare, des stars de cinéma, des artistes de cabaret et une riche noblesse étaient des habitués, dont une jeune Marlene Dietrich aux côtés de princes, comtes et barons.
Les responsables nazis trient des documents non allemands et pervertis dans les débris de l’Institut des sciences sociales, qui ont été saccagés le 6 mai 1933, pour un événement de gravure de livres qu’ils ont organisé quatre jours plus tard.

Des imitateurs masculins et féminins ont attiré des foules énormes dans les cabarets, les cirques et les théâtres de variétés – ainsi que pour se divertir dans les grands bals travestis et les clubs homosexuels, mais ils risquaient d’être arrêtés par la police et harcelés.

Le Dr Hirschfeld a aidé à réformer les pratiques de la police de Berlin et les a convaincues de délivrer des «  laissez-passer travestis  » afin que les artistes puissent travailler sans crainte de harcèlement, bien qu’aucune loi n’interdise le travestissement public.

Mais s’habiller comme le sexe opposé a parfois inspiré le désir d’une métamorphose physique.

Le médecin a donc effectué l’une des premières chirurgies (primitives) de changement de sexe masculin à féminin sur un officier de vingt-trois ans qui avait combattu pendant la Première Guerre mondiale.

Dès son enfance, il s’est senti pris au piège dans le mauvais corps et n’est entré dans l’armée que pour démontrer sa masculinité. Mais cela n’a pas maîtrisé ses sentiments féminins et une fois la guerre terminée, il s’est senti suicidaire.

Le collègue de Hirschfeld, le Dr Arthur Kronfeld, a retiré les testicules de l’homme et l’effet a été assez réussi, conduisant à une «relaxation psychique et un sentiment permanent d’harmonie et d’équilibre».

Ses poils faciaux ont disparu et maintenant il est passé pour une femme.

Il a rendu visite à un gynécologue de Dresde, le Dr Richard Muhsam, qui a fait une «  structure semblable à un vagin  » et a rentré son membre là-dedans dans ce qui était la première tentative de construction d’un vagin pour un homme.

Page couverture du fameux livre :Gay Berlin.

Cinq mois plus tard, l’ancien officier était de retour et a déclaré avoir des érections.

Il était également tombé amoureux d’une femme, avait abandonné son travestissement et était maintenant masculin.

Le médecin a réussi à défaire la chirurgie et à restaurer sa masculinité.

Des thés de l’après-midi et de grands bals costumés ont été organisés à l’Institut comme autre lieu de rencontre pour les travestis flamboyants. Les boules ont attiré de jeunes prostituées de sexe masculin ainsi que des travestis et des homosexuels éminents et ouverts.

Hirschfeld voulait que les hommes et les lesbiennes homosexuels connaissent une plus grande épanouissement érotique qui n’était pas lié à la procréation. 

Avec la Grande Dépression de 1929 et l’effondrement du marché boursier américain, l’âge d’or glissait vers un gouvernement dirigé par Hitler au printemps 1930, les nazis étaient à la hausse avec les nouvelles élections du Reichstag.

En 1933, Adolf Hitler acheva sa marche au pouvoir – et avec fureur les nazis poursuivirent Hirschfeld comme symbole de tout ce qu’ils détestaient – en tant que juif, homosexuel et sexologue.

1933,prise du pouvoir par le Führer Adolph Hitler.

La fête à Berlin était terminée. 


MAIS…

Cela n’a pas empêché un  orateur éloquent et un véritable leader politique allemand de soulever  la jeunesse vers une  grande révolution nationale-socialiste…et il était homosexuel:

 

…et il aura une  place de choix dans un de mes prochains articles.