La Russie dément le meurtre d’al-Baghdadi par les États-Unis

Selon les services de renseignement russes, les États-Unis ont déplacé al-Baghdadi de Syrie vers l’Irak, puis ont simulé sa mort. Ou est-ce qu’al-Baghdadi a rejoint son coreligionnaire et concitoyen  Epstein en Israël [1]?

En juillet 2014,Edward Snowden, l’ancien consultant et informaticien de l’Agence américaine de sécurité (NSA), a révélé que les services de renseignement britannique et américain, ainsi que le Mossad, ont collaboré ensemble pour la création du groupe djihadiste Daech ou l’État islamique en Irak et au Levant.
Snowden a indiqué que les services de renseignement des États-Unis de la Grande-Bretagne et de l’entité sioniste ont collaboré ensemble afin de créer une organisation terroriste qui soit capable d’attirer tous les extrémistes du monde vers un seul endroit, selon une stratégie baptisée « le nid de frelons ».
Les documents de la NSA évoquent « la mise en place récente d’un vieux plan britannique connu sous le nom de « nid de frelons » pour protéger l’entité sioniste, et ce en créant une religion comprenant des slogans islamiques qui rejettent toute autre religion ou confession ».
Selon les documents de Snowden, « la seule solution pour la protection de l’État hébreu est de créer un ennemi près de ses frontières, mais de le dresser contre les États islamiques qui s’opposent à sa présence ».
Les fuites ont révélé également que l’autoproclamé calife de « l’Etat Islamique », Abou Bakr Al-Baghdadi, a suivi une formation militaire intensive durant une année entière entre les mains du Mossad, sans compter des cours en théologie et pour maîtriser l’art du discours ».

« Le ministère russe de la Défense ne dispose d’aucune information fiable sur des soldats américains menant une opération visant à « éliminer encore une fois » l’ex-dirigeant de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, dans la partie de la zone de désescalade d’Idlib contrôlée par la Turquie », a déclaré le porte-parole du ministère, le Maj.Gen. Igor Konashenkov a déclaré.

Il a également rejeté les affirmations de Trump selon lesquelles les forces russes auraient ouvert l’espace aérien sous son contrôle en Syrie aux avions américains afin de faciliter l’opération contre le dirigeant de l’EI. Moscou a fait savoir qu’il n’avait enregistré aucune frappe aérienne de la coalition américaine dans la région d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, samedi.

Le ministère a mis en doute la possibilité même de la présence d’Al-Baghdadi à Idlib, la zone étant détenue par Al-Qaïda et Jabhat al-Nusra, qui ont toujours été un ennemi mortel de l’État islamique.

Trump avait fait une allocution dimanche de la Maison-Blanche pour informer le monde que al-Baghdadi avait été éliminé dans le nord-ouest de la Syrie lors d’un «raid nocturne audacieux» avec la participation de forces spéciales américaines, d’avions, d’hélicoptères et de drones. Le dirigeant de l’Etat islamique (ISIS/EI) n’a pas arrêté « de pleurer et de crier » face à la puissance américaine, a-t-il déclaré.

Les services de renseignement russes à l’intérieur de la Syrie ont indiqué que leurs systèmes radar S400 couvrant Idlib n’ont détecté  aucun avion américain survolant la zone où le raid sur al Baghdadi est supposé avoir lieu.

Les Russes sont très déçus par Trump et affirment que les États-Unis placent l’énorme force Al-Qaïda d’Idlib sous commandement conjoint avec un État islamique nouvellement reconstitué sous protection américaine en Irak et dans les zones syriennes nouvellement réoccupées, où les forces américaines viennent d’acquérir encore plus d’actifs de pétrole syriens.

Selon une source privée: «L’Amérique voit son gros échec en Irak car lorsque les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite ont créé Daech/ISIS, ils l’ont fait alors que la Syrie, à l’exception du Kurdistan, était unie. Maintenant, ils encouragent d’abord une guerre civile, puis soutiennent un nouvel État islamique ainsi que la région kurde d’Irak, qui est sous contrôle quasi total d’Israël. Baghdadi [1] fait partie de ce processus, utilisant son influence personnelle dans la communauté sunnite irakienne. « 

Moscou nous a dit il y a quelques instants qu’al-Baghdadi est en vie, en bonne santé et travaille avec les États-Unis en Irak. Ces informations sont exclusives et proviennent directement de sources de renseignement de haut niveau qui ont toujours raison, et Veterans Today a prouvé à maintes reprises.

Ce que nous ne savons pas, c’est si Trump a menti en connaissance de cause, quelque chose qu’il fait tout le temps de toute façon ou s’il est simplement manipulé. Maintenant que le retrait de Trump de la Syrie a été annulé et que toutes les troupes envoyées en Irak sont maintenant revenues en Syrie, 100% d’entre elles venant d’être redéployées à Deir Ezzor depuis Hasakah, son «mouvement pour la paix» est maintenant présenté comme un FAKE total.

De la même manière, l’ancien homme le plus recherché du monde, le chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden, avait été annoncé mort plusieurs dizaines de fois. Ce qui ne sera officiel que le 1er mai 2011, lors d’une opération américaine menée au Pakistan. A l’époque supervisée par Barack Obama.

Ben Laden, la Star de la CIA éduquée à Oxford

Je ne vous ferai pas regarder la marionnette Obama reproduire un faux texte mémorisé, mais plutôt vous donner une phrase de sa déclaration mensongère:

«Aujourd’hui, sous ma direction, les États-Unis ont lancé une opération ciblée […]. Ils ont tué Oussama ben Laden et pris la garde de son corps

Je veux vous prouver que Barack Hussein Obama ment et qu’Oussama Ben Laden est mort depuis 2001. Mais avant d’aller plus loin, permettez-moi de vous présenter le véritable Oussama ben Laden et ses relations avec la CIA et la famille Bush.

Que cherche le Deep State ?

Le Deep State lance une attaque sur quatre fronts, débutant à Hong Kong, pour faire pression sur la Chine afin qu’elle fasse des concessions, non pas sur le commerce mais sur les devises et les banques. La Chine, avec d’autres partenaires non alignés, menace le système bancaire mondial de Rothschild via système de commerce secondaire et de nouvelles monnaies, y compris la crypto, contestant l’interminable fausse crypto «pompe et vidage» qui a déjà versé des milliards dans les coffres du crime organisé.

La planification ici est laissée à Google Corporation et à Facebook, le cœur organisationnel de facto du Deep State et à leurs capacités en matière d’intelligence artificielle.

Depuis Hong Kong, le mécanisme qui organisait jadis les révolutions de couleur et les imputait à George Soros a lancé la répression indienne (israélienne) contre les musulmans au Cachemire et les attaques contre le Pakistan. Les passages frontaliers du Pakistan au nord du Cachemire ont également été attaqués, mais ce projet est une provocation contre Imran Khan, qui tente d’affaiblir son mouvement de réforme.

Des milliers de soldats indiens sont introduits au Cachemire, où des personnes sont traînées hors de chez elles et battues dans les rues, comme vengeance de l’Inde contre des siècles de règne musulman et britannique. Derrière cela, cependant, se cache une course aux armements entre la Chine et l’Inde.

Le problème derrière tout cela est qu’Israël fabrique des ICBM en Inde, en les installant dans des installations construites par les États-Unis en Israël, des ICBM capables de frapper l’Amérique du Nord, inutiles contre l’Iran.

Ce sont des missiles qui pourraient simuler une première frappe nucléaire de la Russie contre les États-Unis, tout comme le 11 septembre simulait un attentat terroriste islamiste aux États-Unis. Tout cela est une création de l’esprit tortueux de Benjamin Netanyahu.

Donald Trump et Benjamin Netanyahu :une amitié sioniste et khazare qui remonte à des décennies.

La prochaine étape s’est déroulée au Liban, où de véritables manifestations contre un gouvernement faible sont en train de se produire, comme en Ukraine, où des agents provocateurs payés par l’Arabie saoudite ont ajouté à la violence

Les services de renseignement du Hezbollah ont retracé tout cela et vont probablement exercer des représailles contre ceux qui sont impliqués dans le complot israélo-saoudien. Le Hezbollah, après des années de lutte contre la tentative de l’État profond de renverser la Syrie et de détruire l’Irak et l’Iran, constitue aujourd’hui l’une des forces militaires les plus redoutables du monde, entraînée et armée par l’Iran et la Russie et dotée d’une grande expérience.

Tout cela est coordonné avec les récents mouvements à Bagdad [2], des émeutes qui ont tué près de 100 personnes, qui, en réalité, devraient manifester contre le vol par le quarteron de voleurs ISIS-USA-Kurdes-Turcs de près de la moitié des revenus pétroliers irakiens depuis 2014 et de près de 1,5 milliards de dollars d’or irakien. L’occupation américaine a entraîné des catastrophes économiques en cascade et un chômage généralisé pendant des années.

Un gouvernement fantoche soutenu par les États-Unis continue de régner sur l’Irak, tandis que la vie commerciale et économique de ce pays l’a laissé une coquille vide avec toutes les liquidités transférées vers les banques de Dubaï pendant que l’Irak pourrit.

Le déplacement d’al-Baghdadi est coordonné avec les soulèvements du Liban et de Bagdad, désormais ensemencés et contrôlés par Deep State, et la montée d’un nouvel État islamique alimenté par les revenus du pétrole volé en Syrie et en Irak. 


Trump menteur ou dupé? Al-Baghdadi n’aurait jamais pu être dans la zone d’Al-Qaïda dans Idlib

IL N’Y A ABSOLUMENT AUCUN TERRORISTE D’ISIS À IDLIB … PAS D’ISIS, PAS DE BAGHDADI, PAS DE CHIENS MECHANTS, PAS DE BAGHDADI QUI PLEURE … QUE DES CONNERIES BOITEUSES

Pas d’Isis à Idlib, pas de Baghdadi à Idlib, pas d’Isis à Deir Ezzor avec le pétrole syrien. Par contre, ui, il y a des djihadistes d’ISIS au sein et près des bases américaines en Syrie et en Irak.

Pire encore, VT, la Maison Blanche, tout le monde est inondé, même les médias russes (ils ont aussi de faux médias) avec une nouvelle histoire, selon laquelle ISIS et al-Nosra / al Qaïda ont toujours été les mêmes, même s’ils se sont combattus les uns contre les  autres depuis des années. Pourquoi?

La réponse est simple, Trump a été pris dans une erreur puérile, tuant un faux Baghdadi au milieu d’une zone contrôlée à 100% par les ennemis de ce dernier.

Pire encore, dans une zone contrôlée par les milices turques (i.e. véritables services de renseignement turcs) et al Nosra. Les deux organisations, les services de renseignement turcs et Al-Qaïda, sont sur la liste de paye de l’Arabie saoudite.

Trump, qui ne sait vraiment pas lire et dont l’attention ne dépasse pas celle d’un moucheron, a organisé un autre enterrement factice en mer. Cette fois-ci, Trump est dans un sac lourd avec les chaînes, les boîtes de conserve et les déchets qui composent ces enterrements factices.

Attendons des témoins, des navires sans personne à bord, ou pire encore, nous pouvons nommer l’unité responsable, puis les tuer tous dans un accident d’hélicoptère, comme ce fut le cas après la mort du faux Ben Laden.

De Spoutnik News:

Dans une allocution inhabituelle, le président des États-Unis, Donald Trump, a eu beaucoup à dire sur le décès d’Abou Bakr al-Baghdadi à la suite d’une opération des forces spéciales qui a eu lieu samedi soir. Bien que des tests ADN aient été utilisés pour identifier le corps du dirigeant de Daech, les questions concernant à la fois l’opération et le lieu de détention de Baghdadi en général doivent encore être examinées.

Après avoir passé sa matinée au Trump National Golf Club, le président est retourné à la Maison Blanche dimanche après-midi et a posé pour quelques photos avec son personnel dans la salle de crise avant de prononcer un discours à la population américaine sur la récente opération de l’armée américaine et la mort de Baghdadi.

Mark Sleboda, un analyste des affaires internationales et de la sécurité, a rejoint lundi à Loud and Clear Radio Sputnik pour disséquer le récit de la mort du chef de Daech par Trump et approfondir les détails de l’opération des forces spéciales.

«Il a manifestement l’intention de s’asseoir sur le pétrole syrien après les multiples promesses de retirer les forces d’occupation de la Syrie», a déclaré Sleboda à ses hôtes Brian Becker et John Kiriakou. « Il a maintenant l’intention de s’asseoir sur le pétrole syrien et le ministère russe de la Défense a été jusqu’à dire que les États-Unis étaient déjà impliqués dans la contrebande de pétrole. »

S’exprimant sur les images satellites publiées samedi par le ministère russe de la Défense, le major-général Igor Konashenkov a qualifié de « banditisme international » la présence persistante des États-Unis en Syrie et son réaménagement autour des gisements riches en pétrole du gouvernorat d’Al-Hasakah.

L’une des compagnies visées par Konashenkov est «Sadcab» (également appelée «Sedcab»), contrôlée par les États-Unis. Bien que créée avec le soutien de la communauté kurde locale, ses profit remplissent les poches des services de renseignement et des sous-traitants militaires des États-Unis.

Sleboda a expliqué le point de vue du responsable de la défense, soulignant que les produits américains provenant de la contrebande de pétrole étaient utilisés pour soutenir les « opérations clandestines militaires … de Washington dans la région ».

Le pétrole mis à part, l’analyste a comparé le discours embelli de Trump et ses affirmations d’un Baghdadi gémissant et pleurant à la déclaration cynique de l’ancienne Secrétaire d’État Hillary Clinton en 2011, devant le cadavre violé et mutilé du leader libyen Kadhafi, : «Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort».

En ce qui concerne le raid lui-même, Sleboda a trouvé un certain nombre de choses intéressantes liées aux détails bruts de l’opération nocturne.

Il a d’abord souligné que Baghdadi avait été tué à Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie – «un territoire que même la presse occidentale reconnaît être contrôlé presque entièrement par Al-Qaïda», une entité historiquement hostile à Daesh.

« C’est étrange que Baghdadi s’enfuie vers Idlib, [contrôlé] par ceux qui sont maintenant ses ennemis« , a-t-il affirmé, voyant qu’il y avait là une sorte de compétition pour être le « maître incontesté des groupes djihadistes« .

En outre, le chef de Daech a été tué à cinq kilomètres seulement de la frontière entre la Syrie et la Turquie.

«Pour y arriver, Baghdadi aurait dû traverser beaucoup de territoires hostiles, contrôlés par les Kurdes, par les Américains, par des proxies mercenaires de la Turquie, par le gouvernement syrien et la Russie », a déclaré Sleboda. « Alors que, bien sûr, il aurait pu simplement prendre un bus pour aller en Turquie et y revenir, compte tenu de la nature poreuse de la frontière turque, car le président Recep Tayyip Erdogan a déménagé tout ce qu’il a pu voler en Syrie de la trégion d’Idlib : usines, machines, pétrole, d’autres Ressources. »

Il a poursuivi en soulignant que l’on peut présumer que Washington n’avait pas confiance en Erdogan, l’opération militaire ayant été menée non pas par la Turquie, alliée des États-Unis à l’OTAN, mais à partie d’Erbil, en Irak, ce qui aurait forcé ses troupes américaines à traverser le territoire et l’espace aérien en Syrie. « 

Source : Trump Caught or Duped? Baghdadi Could Have Never Been in Al Qaeda’s Idlib Zone

 

 

 

Le menteur sur Twitter

 

 

 

 

 

 

Source :

Exclusive: Russia says Bagdadi killing faked by US, part of new move against the region by Deep State (updating)

Publicités

Un commentaire sur “La Russie dément le meurtre d’al-Baghdadi par les États-Unis

  1. Ils sont criminels et menteurs invétérés, on à eu l’occasion d’en témoigner tout récemment pour les bombes Irakiens. Donc les Russes ont surement raisons pour que tout les gens sensés puissent les croire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.