LE PIRATE EDWARD JORDAN: UN DESTIN PIRE QUE LA MORT

«Le Seigneur aie pitié de moi! Que feront mes pauvres enfants? » – Edward Jordan, sur le point d’être capturé

Les restes d’Edward Jordan, facilement étiquetés ‘Pirate’, vous savez donc que cela doit être vrai!

 

PREMI`RE ENQUÊTE …ET VERSION DE L’AFFAIRE

 

Edward Jordan a été décrit comme un homme à «apparence attrayante». Son visage était innocent et sans lignes, malgré ses trente-sept ans, et il avait un teint frais et roux, des cheveux noir de jais, des yeux brun foncé, de fortes dents blanches et un grand rire (Stairs 1962: 28). »Jordan était un« Black Irishman »originaire du comté de Carlow, en Irlande. Il avait été impliqué dans les événements qui préparaient la rébellion irlandaise de 1798. Au cours de cette rébellion, il fut capturé, jugé et condamné à mort. il a réussi à s’échapper, seulement pour être rattrapé. Devenu informateur, Jordan a reçu le Pardon du roi et s’est marié, mais a été forcé de fuir l’Irlande lorsque ses contacts antérieurs ont découvert sa trahison. Son épouse Margaret et lui ont atterri à New York en 1803, puis à Montréal (Québec) et enfin à Gaspé. Terre-Neuve où il s’est établi pêcheur avec l’aide d’un créancier. En tant que pêcheur, le gagne-pain de Jordan était constitué par sa goélette Three Sisters, qui doit son nom à ses trois jeunes filles à l’époque. Cependant, affligé de malchance constante, Jordan s’endette auprès de son créancier et sollicite l’aide des marchands d’Halifax, J. & J. Tremain (Stairs, 1962).

Après une série d’événements plus lamentables, Jordan est redevable à J. & J. Tremain. Vers la fin de 1809, ces marchands de Halifax envoyèrent à Captain Stairs la tâche de récupérer les 1 000 quintaux (1 quintal pesant environ 100 kg) de poisson promis par Jordan pour rembourser sa dette. Une fois à Gaspé, Stairs n’a trouvé que 100, et non 1000 quintaux, et a été obligé d’emmener Trois Sœurs de Jordanie pour rembourser sa dette. Néanmoins, Stairs a proposé à Jordan et à sa famille de se rendre à Halifax à bord de leur navire, où il pourrait trouver un emploi plus facilement qu’à Gaspé (Stairs 1962: 28). Le 10 septembre 1809, trois sœurs s’embarquèrent pour Halifax avec le capitaine Stairs, trois membres d’équipage (John Kelly, Tom Heath et Ben Matthews), Edward Jordan, son épouse Margaret Jordan et leurs quatre enfants (Howell 1995: 8).

Trois jours plus tard, le 13 septembre, Jordan sortit un pistolet et tira sur le Capitaine Stairs mais le manqua et tua Heath, qui se tenait à côté de lui. Un conflit a immédiatement éclaté opposant Jordan et Margaret à Stairs et Matthews. Il a été rapporté que tout au long de la lutte, Kelly a continué à naviguer et à diriger  le Three Sisters. Jordan, avec l’aide de Margaret, a tué Matthews. Après avoir été blessé, Stairs a sauté à la mer. Jordan insista pour changer de cap afin de «s’assurer que John était fini» (Stairs 1962: 30). Kelly refusa, déclarant qu’il était peu probable que les escaliers fassent le retour à la mer dans la mer qui coule et que s’ils devaient faire passer le navire, il serait difficile, voire impossible, de localiser des escaliers par mauvais temps. la goélette (Escalier 1962: 30).

Jordan, sa famille et Kelly s’embarquèrent pour Terre-Neuve avec l’intention d’embaucher un équipage et de retourner en Irlande. Une goélette se dirigeant vers le Massachusetts, cependant, a sauvé Stairs. Il s’est ensuite rendu à Halifax, où il a relaté ce qui s’était passé à bord de Three Sisters. Le consul britannique a diffusé une description du navire tout au long de la côte est. Les instructions à toutes les autorités judiciaires étaient «d’arrêter Jordan et Kelly, chaque fois qu’ils étaient trouvés, accusés de piraterie et de meurtre» (Stairs 1962: 31). La raison pour laquelle Jordan a été accusé de piratage et non de mutinerie, c’est qu’il était techniquement un passager à bord du navire et non un membre d’équipage, même si cela ne faisait guère de différence, les peines étant les mêmes: mort.

Une fois que le crime a été annoncé à Halifax, une récompense de 100 £ a été offerte pour la capture du «pirate Jordan» (Stairs 1962: 32). Les croiseurs ont été envoyés hors du port d’Halifax pour abattre Three Sisters. Elle a finalement été capturée par la goélette HMS Cuttle à Bay of Bulls, à Terre-Neuve (Howell, 1995: 8). Bien que Jordan et sa famille soient déterminés à se rendre en Irlande, ils ont tous été amenés à Halifax.

La Cour d’amirauté a tenu le procès en vertu des lois de William et de Mary. Jordan a été reconnu coupable et condamné à être pendu. Son épouse, Margaret, a été libérée car le tribunal a estimé qu’elle avait agi par «contrainte ou crainte de son mari» (Stairs 1995: 9). »Jordan a été exécuté le 23 novembre 1809« sur une terrasse près de Freshwater. / [Bridge] Halifax, pendu jusqu’à la mort. Après l’exécution, son corps a été goudronné et pendu ou enchaîné au parc Point Pleasant de Black Rock Beach, près de Steele’s Pond »(Conlin 2007: 1).

Des lois sévères ont été élaborées au cours de l’âge d’or de la piraterie (1690-1750), telles que les lois britanniques sur la piraterie, qui exigeaient que les corps des pirates exécutés soient affichés en public afin d’avertir les autres marins. La même année, la Royal Navy avait recruté quatre ou six mutins sur l’île McNab à Mauger’s Beach (Hangman’s Beach), juste en face du port de Black Rock Beach (Conlin 2007: 1). Tous les navires qui entraient dans le port d’Halifax en 1809 étaient confrontés à un gant de cadavres en décomposition pour les accueillir à Halifax. Pour les citoyens de Halifax qui ont traversé le parc Point Pleasant, la vue du cadavre de Jordan aurait été inévitable, car il se trouvait juste à côté de la route principale. Il y est resté pendant plus de trois décennies, se détériorant lentement et tombant dans la mer jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le crâne. En 1844, le crâne a été recueilli dans le parc Point Pleasant et a finalement été confié au Nova Scotia Museum (NSM). En 2007, il a été présenté au Musée maritime de l’Atlantique (MMA) dans le cadre de l’exposition Pirates: mythe et réalité.


 

SECONDE VERSION DE L’AFFAIRE

LE CAS EDWARD JORDAN,PREMIER PIRATE CONDAMNÉ AU CANADA

On peut devenir pirate par choix, par mégarde, parce que l’occasion se présente, par vengeance ou par psychose. C’est cette explication qui pourrait convenir le mieux à Edward Jordan: premier pirate à être condamné au Canada.

Edward Jordan est un pirate de la dernière heure, en ce sens qu’il commence sa carrière (si on peut la nommer ainsi) au début du 19ème siècle, presque 80 après l’âge d’or de la profession.

Jordan est né en Irlande. Fils d’un famille de bigots, il hérite de la ferme parentale à 16 ans. Il mène une vie respectable ou tout au moins en accord avec les principes moraux et judiciaires de son état. Il sera ainsi « deputy-receiver » i.e. collecteur des loyers pour un grand propriétaire terrien. Métier peu populaire qui va conduire Jordan à l’exil.

En effet, un des « locataires » va déposer une plainte contre Jordan et l’accuser d’appartenir à une bande de rebelles. A cette époque, qu’importe la réputation, Jordan est jeté en prison et, après huit jours d’enfermement, il apprend qu’il sera exécuté le lendemain (sans procès bien entendu). Jordan s’échappe.

Il reste, cependant, en Irlande. Il décide de faire profil bas et travaille comme laboureur. Il apprend alors que les dragons irlandais ont brulé sa ferme et jeté sa mère dans la brasier. C’est l’acte de trop. Jordan rejoint les rebelles. Il prend part à la bataille de Wexford, se posant en défenseur des protestants hors des champs de bataille, ne pillant pas et n’assassinant pas. Un rebelle propre sur lui en résumé.
Fin de 1798 = fin de la rébellion, Jordan profite de l’Amnesty Act pour reprendre une vie plus ordinaire. Il se marie avec Margaret Croke en 1798. En 1799, l’administration découvre que finalement ses papiers ne sont pas en règle. Il est arrêté, emprisonné et jugé. Il est acquitté grâce à la légèreté des faits qui lui sont reprochés. Par prudence, Jordan et sa famille déménagent à New Ross où Jordan travaille chez un marchand. 
Après quatre années de ce régime, Jordan devient un homme aigri et trouve l’Irlande trop petite. Il n’a aucune chance d’évoluer ici. Il songe au nouveau monde. Sa décision est aussi motivée par les frémissements d’une nouvelle révolte irlandaise et tous les problèmes que cela entrainera pour lui (il connait déjà trop bien la justice anglaise).
Jordan, sa femme, et ses quatre enfants émigrent au Canada: Montréal, Québec puis Percé dans la péninsule de Gaspé où il tente de s’installer comme fermier. Les déboires continuent et, rapidement, il est criblé de dettes. Lors d’une visite à Halifax, il rencontrent les frères Tremaines, des marchands, qui lui prêtent £70. Ici les avis divergent.
Selon Jordan, il aurait parlé d’une goélette en sa possession qui aurait besoin de gréements et d’hommes pour être remise à flot. Les Tremaines lui auraient alors prêté les gréements et des hommes et lui auraient promis de prendre le navire dans leur flotte de commerce antre Halifax et les Indes Occidentales. Jordan lui certifia qu’il ferait le travail et que le navire baptisé « les trois soeurs » (en hommage à ses filles) leur serait renvoyé contre une somme de £500.
L’autre version, celle des frères Tremaines, dit que Jordan aurait déclaré posséder 1000 quintaux de morue séchée à Gaspé, qu’il aurait besoin de renflouer son navire pour vendre sa marchandise et rembourser ses dettes. La somme prêtée, les frères Tremaines, envoient un homme, le capitaine John Stairs, pour s’assurer qu’ils récupéreront leur bien (John Stairs est un marin aguerri ayant découvert les joies de la navigation grâce à la presse anglaise et quelques années de marin dans la marine de guerre anglaise…). Lorsqu’il arrive à Gaspé, il découvre que Jordan n’a que 100 quintaux de morue. Il saisit alors le « les trois soeurs » au nom des Tremaines qui l’ont armé. Désespéré, Jordan sombre dans la boisson et ne dessaoule pas du jour et de la nuit. Sa femme aussi est désespérée: ruinée elle n’a plus rien pour habiller ses enfants. John Stairs lui aurait alors donné un calico de coton pour qu’elle puisse confectionner des vêtements. Geste mal interprété par Jordan qui accuse sa femme d’adultère et la bat sévèrement. 

Le 10 septembre 1809, le « les trois soeurs » quitte Gaspé pour Halifax avec, à son bord, le capitaine John Stairs, son second John Kelly, les marins Thomas Heath et Benjamin Matthews, Edward et Margareth Jordan et leurs enfants. Pour Stairs, c’est une faveur qu’il a accordé à la famille Jordan en les ramenant à Halifax. Pour Edward Jordan, c’est une ruse. Stairs veut le conduire en prison. La psychose s’installe, il doit s’échapper…

Le 13 septembre, Stairs prend son quart. Heath est dans son dos. Soudain Jordan surgit, un pistolet dans la main, et fait feu. La balle écorche le nez de Stairs et finit sa course dans la poitrine de Heath. Stairs, au sol, recherche une arme tandis que Jordan approche une hache à la main. Mais Stairs en a vue d’autres dans la marine anglaise. Il se jette finalement sur Jordan en appelant Kelly et Matthews à l’aide. Stairs arrive a désarmer Jordan et le repousse. Il part à la recherche d’une arme tout en s’interrogeant sur le manque de réactivité de ses deux hommes d’équipage. Il appelle Kelly mais c’est Margareth Jordan qui se jette sur lui. Nouvelle mêlée, Stairs se débarrasse de la valkyrie et cherche toujours une arme sur le pont. Pendant ce temps, Edward Jordan a retrouvé une hache et se précipite sur Stairs. En chemin, il croise Matthews qu’il massacre à coups de hache. Stairs voit qu’il n’a aucune chance à bord. Il lance un panneau d’écoutille par dessus bord et se jette à l’eau.

Comportement sanguinaire, détournement d’un navire, Jordan Edward est devenu un pirate…

 

Nous avons laissé Edward Jordan, le 13 septembre 1809, alors qu’il vient de se saisir du «Trois Soeurs». Un acte dicté par d’obscures raisons, acte de piraterie ou pas? La question n’a pas de réponse claire, ce qui est certain c’est que des hommes ont péri.

Trois jours plus tard, le « Trois soeurs » entre dans les eaux de Terre-Neuve et jette l’ancre à Fortune Bay. Jordan Edward se fait nommer John ou Edward Tremaine. Kelly, lui, endose le rôle du capitaine John Stairs. Une fois à terre, Jordan tente de recruter des hommes d’équipage. Il trouve deux postulants, William Crewe et John Pigot, qui souhaitent se rendre à Halifax. Cependant, le comportement de Jordan et Kelly alarme Pigot qui se pose des questions sur le véritable but de deux apprentis pirates. Pigot mégote, il reçoit un billet lui assurant un quintal de morue comme paiement contre son travail. Ca ne suffit pas pour estomper ses soupçons et, finalement, Jordan le menace de l’attacher au mât pour y être fouetté comme l’autorisent les règlements maritimes face à des équipages récalcitrants. Pigot se calme subitement.
Après une semaine au port de St Marie, Jordan loue les services d’un pilote, Patrick Power, pour se rendre à St John puis faire route vers l’Irlande. Jordan se déclare pressé de faire route vers sa terre natale, cependant il reste tranquillement au bord, assurant à Power qu’il est en attente d’argent que doit lui remettre un créancier. Quelques jours plus tard, alors qu’il rentre à son navire avec Power, Jordan ne trouve que Kelly et deux marins à bord. Il demande où se trouve Margareth sa femme. « A terre » déclare Kelly qui reçoit ordre d’aller la chercher. Femme à bord, Jordan va se coucher, laissant Kelly et les autres boire sur le pont. Soudain, il surgit subitement, frappe sa femme en hurlant « You Shore, I hear you talk! ».
La dispute dégénère. Power garde la tête froide et éloigne les mousquets des belligérants. Jordan se bat maintenant avec Kelly et sa femme, Power tente de limiter les dommages. Finalement les trois arrivent à calmer Jordan (avec du rhum) et le laisse endormi dans sa couchette. Kelly demande à Power de garder les mousquets: « Vous ne savez pas quel sorte d’homme est Jordan » déclare-t-il. Même comportement de Margareth qui dit: « vous ne savez pas quelle diablerie ces mousquets ont créés». Durant la nuit, Magareth demande à Power et à Pigot de la laisser fuir à terre. Sans succès.

Tandis que Jordan, pour d’obscures raisons, reste au Canada au lieu de fuir, nous avons laissé John Stairs flottant sur son écoutille. Son naufrage ne dure pas longtemps. Trois heures et demi plus tard, il est recueilli sur l’Eliza, un bateau de pêche américain puis débarqué à Hingham (Massachusetts). Stairs, préviendra le consul britannique de Boston de son infortune avant de regagner Halifax. Le 10 Octobre 1809, le journal Nova Scotia Royal Gazette fait paraître dans ces colonnes, l’aventure de Stairs. Dans cet article, Jordan est présenté comme un pirate sanguinaire et meurtrier. Une prime de £100 est offerte par le gouverneur George Prevost. Le 20 Octobre, la somme passe à £200 grâce à un complèment des frère Treimane. 

Les affaires se corsent pour Jordan qui, sans doute, apprend la nouvelle lors d’une sortie à terre. Jordan décide, enfin, de se hâter, mais Power déclare que le navire n’est pas prêt à traverser l’océan pour l’Irlande. Il leur faut faire des vivres et du bois avant de partir. Provisions faites, Jordan ordonne d’appareiller. Mais un fois de plus, Power s’y oppose prétextant un manque de vent. C’en est trop, Jordan demande à des hommes en chaloupe de tracter le navire hors du port. Power l’interroge sur son soudain empressement. Jordan réplique qu’il est criblé de dettes et qu’un vaisseau de la Navy britanique , le «HMS Cuttle», est à sa recherche et doit saisir les «Trois soeurs».
Power décide alors de quitter ce navire devenu subitement peu certain. Mais l’affaire n’est pas aisée car Jordan a besoin d’un capitaine pour son navire. Power tente alors de quitter le navire en empruntant la chaloupe des « Trois soeurs ». Il reçoit l’aide de Kelly pour cette manœuvre. Hélas pour lui, Kelly quitte le navire mais sans emmener Power avec lui. Power est maintenant prisonnier du navire. De son côté Jordan prend les choses en main. Il met les voiles et demande, hache à la main, à Power de naviguer ou de mourir. Power s’execute mais à sa manière…
Au loin, une voile pointe, Power se dirige droit sur elle et refuse de changer de route. Il déclare à Jordan qu’il s’agit d’un bateau de pêche. Un peu plus tard, Jordan est pris de panique à la vue de la voile qui approche. Il s’agit du navire de la Navy. Rapidement, le « trois soeurs » est capturé, et son équipage arrêté. Kelly sera capturé, plus tard, à terre.

Le procès qui suivra sera rapide. Edward et Margareth Jordan seront accusés de meurtre, piraterie et vol en haute mer. Pigot, Stairs et Power seront les témoins de l’accusation. Margareth déclare avoir pris à parti Stairs uniquement pour protéger ses enfants d’un homme furieux. Argument valable pour la cour puiqu’elle sera acquittée par les juges. Quant à Edward Jordan, il déclare n’avoir pris possession que de ce qu’il lui appartenait déjà. Edward Jordan fut condamné pour piraterie et pour les meurtres de Heath et Mathews. Ces meurtres sont qualifiés de diaboliques et provoqués par un esprit possédé que, ni la présence de ses enfants ni celle de sa femme, n’est capable de contenir. Edward Jordan sera pendu le 24 Novembre 1809, à Point Pleasant, puis son corps sera exposé sur un gibet dans une cage de fer jusqu’à ce que la nature fasse son œuvre.

Ainsi se termine la vie de Jordan Edward, premier pirate a être pendu au Canada. Piètre pirate, meurtrier certainement, victime d’un état qu’il aura fui puis retrouvé d’une manière que nul n’aurait pu imaginer.

Reconstitution de la pendaison de Jordan ainsi que son exposition dans une cage de fer pendant 3 décennies.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.