Nouvel Ordre Mondial:L’Occident se culpabilise pour satisfaire aux visées de l’Islam

En 1988, The Satanic Verses est publié. Il est écrit par Salman Rushdie (à gauche), citoyen britannique. L’Ayatollah Ruhollah Khomeiny (à droite), son « guide suprême » en 1989, a condamné Rushdie à la peine de mort pour avoir écrit ce livre. L’affaire Rushdie semble avoir profondément façonné la société britannique.

 

 

 

Il y a trois ans, le gouvernement italien a pris une décision honteuse. Il a voilé ses statues antiques romaines pour ne pas offenser le président iranien en visite, Hassan Rouhani. Les statues nues étaient enfermées dans des cases blanches. Un an auparavant, à Florence, une autre statue représentant un homme nu de style gréco-romain avait également été couverte lors de la visite du prince héritier d’Abou Dhabi. Aujourd’hui, l’une des galeries d’art britanniques les plus célèbres a recouvert deux tableaux, après que des musulmans se soient plaints de leur  » blasphème « .

À la Saatchi Gallery de Londres, deux œuvres, contenant encore des nus, superposés cette fois-ci avec une écriture arabe, ont suscité des plaintes de visiteurs musulmans, qui ont demandé que les peintures soient retirées de l’exposition Rainbow Scenes. À la fin, les peintures étaient recouvertes de feuilles. « Le Saatchi se comporte comme l’Arabie saoudite, dissimulant à la vue du public les œuvres qui blasphèment contre l’islam », a commenté Brendan O’Neill à proposde Spiked. Un expert a décrit les peintures comme  » Les versets sataniques à nouveau « . Il était fait référence au livre de Salman Rushdie, citoyen britannique, publié en 1988. En 1989, le « Guide suprême » iranien, l’ayatollah Ruhollah Khomeini, avait condamné Rushdie à mort pour avoir écrit le livre. La prime sur Rushdie ‘à 4 millions de dollars en 2016 lorsqu’un groupe d’Iraniens a ajouté 600 000 dollars à la « récompense » – sans protestation de la part de la Grande-Bretagne.

C’est après Les Versets sataniques de Rushdie que de nombreuses maisons d’édition occidentales ont commencé à s’incliner devant l’intimidation islamiste. Christian Bourgois, une maison d’édition française qui avait acheté les droits, a refusé de publier The Satanic Verses . C’était la première fois qu’un écrivain, au nom de l’islam, était condamné à disparaître de la surface de la terre – à être assassiné pour une prime.

Rushdie est toujours avec nous, mais le meurtre en 2004 de Theo van Gogh pour avoir produit et réalisé un film, « Submission », sur la violence islamique à l’égard des femmes; la mort de tant arabo-islamiques intellectuels coupables d’écrire librement, les émeutes de caricatures danoises et les nombreux essais (par exemple, ici et ici ) et les tentatives de meurtre (comme ici et ici) , l’ abattage au magazine satirique français Charlie Hebdo , attaques après le discours de Benoît du pape à Ratisbonne, annulation des livres et des textes , représentation de Mahometenfermés dans les entrepôts des musées, et les menaces et sanctions croissantes, y compris la flagellation, infligées à d’innombrables journalistes et écrivains tels que Raif Badawi , d’ Arabie saoudite , devraient nous alarmer – ne pas nous mettre à genoux.

Comme le montre la capitulation de la galerie Saatchi, la liberté de parole en Europe est à présent épuisée et faible. Jusqu’à présent, nous avons cédé aux extrémistes islamiques et aux apaisements occidentaux. C’est la leçon tragique de l’affaire Rushdie, 30 ans plus tard: aucun auteur n’oserait écrire Les Versets sataniques aujourd’hui; aucune grande maison d’édition telle que Penguin ne l’imprimerait; les attaques des médias contre les « islamophobes » seraient encore plus fortes, de même que la trahison sans fond des diplomates occidentaux. De plus, aujourd’hui, grâce aux médias sociaux en tant qu’arme de censure et menaces de masse implicites, tout auteur serait probablement moins chanceux que ne l’était Rushdie il y a 30 ans. Depuis ce temps, nous n’avons fait aucun progrès. Au lieu de cela, nous avons vu le jihad contre les Versets sataniques encore et encore.

« Personne ne voudrait aujourd’hui écrire ‘ The Satanic Verses’ , et encore moins le publier », a déclaré l’écrivain Hanif Kureishi. « L’écriture est maintenant timide parce que les écrivains sont maintenant terrifiés ».

Selon l’auteur Kenan Malik, écrivant en 2008:

« Ce dont nous parlons ici n’est pas un système de censure formelle, en vertu duquel l’État interdit les oeuvres jugées offensantes. Plutôt, ce qui s’est développé est une culture d’autocensure dans laquelle le fait de offenser est devenu moralement inacceptable Au cours des 20 années écoulées depuis la publication des Versets sataniques, la fatwa s’est effectivement intériorisée « .

L’affaire Rushdie semble également avoir profondément façonné la société britannique. La reddition de la Saatchi Gallery à Londres n’est pas unique. La galerie Tate Britain a exposé une sculpture de John Latham intitulée « Dieu est grand » du coran, de la Bible et du Talmud incrustés dans du verre. « Tamburlaine le Grand » de Christopher Marlowe a été censuré au Barbican Centre. La pièce faisait référence au prophète de l’islam « ne méritant pas d’être vénéré », ainsi qu’à une scène dans laquelle le Coran est brûlé. La Whitechapel Art Gallery de Londres a purgé une exposition contenant des poupées nues qui auraient peut-être dérangé la population musulmane. Aux peintures du centre commercial de Londres, un tableau « ISIS Threaten Sylvania » de l’artiste Mimsy a été censuré pour avoir montré aux terroristes des animaux en peluche sur le point de massacrer des animaux en peluche en train de pique-niquer.

Au Royal Court Theatre de Londres, Richard Bean a été contraint de se censurer pour une adaptation de « Lysistrata », la comédie grecque dans laquelle les femmes entament une grève sexuelle pour arrêter les hommes qui veulent partir en guerre. Dans la version de Bean, des vierges islamiques se mettent en grève pour arrêter les kamikazes terroristes.

Malheureusement, au nom de la lutte contre « l’islamophobie », l’establishment britannique semble maintenant se soumettre à la charia rampante: et à purger et à censurer un discours à lui seul.

Récemment, de grands intellectuels conservateurs ont été licenciés au Royaume-Uni. L’un d’entre eux est le philosophe sans égal Roger Scruton, qui a été limogé par un comité gouvernemental pour avoir déclaré que le mot « islamophobie » avait été inventé par les Frères musulmans  » pour mettre fin à la discussion sur un problème majeur « .

Puis ce fut le tour du grand psychologue canadien Jordan Peterson, dont la bourse de recherche à l’Université de Cambridge fut annulée pour avoir posé avec un homme portant un t-shirt  » Je suis un fier islamophobe « . Le professeur Peterson a déclaré par la suite que le mot « islamophobie » avait été « construit en partie par des personnes se livrant à l’extrémisme islamique, afin de garantir que l’islam ne soit pas critiqué en tant que structure ».

Les cas de Scruton et Peterson ne font que confirmer la signification réelle de l ‘ « islamophobie », un mot inventé pour faire taire toute critique de l’ islam par quiconque, ou comme Salman Rushdie a commenté , un mot « créé pour aider les aveugles restent aveugles ». Où est la répulsion attendue depuis longtemps?

En 2008, Tim Walker , du Telegraph , citait le célèbre dramaturge Simon Gray, affirmant que Nicholas Hytner, directeur du National Theatre de Londres de 2003 à 2015, « s’est contenté d’offenser les chrétiens », mais « se garde de rien bouleversé les musulmans  » Les dernières personnes qui l’ont fait sont les journalistes du magazine satirique français Charlie Hebdo . Ils ont payé de leurs vies. En refusant d’affronter le discours policier, ou de soutenir la liberté d’expression de Salman Rushdie, Roger Scruton, Jordan Peterson, Charlie Hebdo et Jyllands-Posten– juste la pointe d’un énorme iceberg – nous avons commencé sur la voie de la soumission à la charia et à la tyrannie. Nous avons tous dissimulé notre culture prétendument « blasphématoire » avec des burqas pour éviter d’offenser des personnes qui ne semblent pas nous déranger de nous offenser.

Sources:Giulio Meotti, éditeur culturel pour Il Foglio, est un journaliste et auteur italien.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.