Publicités

Réécrire la biographie du Führer Adolph Hitler

Il ne fait aucun doute qu’Adolf Hitler restera dans les mémoires comme l’un des plus politiciens  qui auront influencé  l’histoire moderne. Né en 1889 en Autriche, Hitler a eu une enfance douteuse au sein de la classe ouvrière et a passé ses premières années d’adulte à effectuer des travaux occasionnels et à essayer de s’inscrire à une école d’art. Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté en 1914, Hitler s’est porté volontaire pour combattre dans l’infanterie de la réserve bavaroise. Combattant sur le front occidental en France et en Belgique, Hitler fut blessé deux fois sur le champ de bataille et quitta la guerre en tant que vétéran décoré.Il a eu un descendant en France,d’une relation qu’il a eu avec une jeune femme Il est resté dans l’armée jusqu’en 1920, année où il s’est consacré à son appartenance au Parti ouvrier national-socialiste allemand (NSDAP). Il est rapidement devenu connu comme un orateur attrayant et compétent et il a captivé l’auditoire avec des discours sur les difficultés économiques de l’Allemagne et il a accusé les politiciens, Marxistes et Juifs pour le déclin du grand pays. En 1923, Hitler fut emprisonné pendant cinq ans pour haute trahison après avoir tenté sans succès de conduire le NSDAP à une révolution nationale. Hitler a purgé seulement un peu plus d’un an de sa peine et lorsqu’il a été libéré, il était plus déterminé que jamais à mener le NSDAP à la gloire politique. Le krach boursier de 1929 et le ralentissement économique mondial qui s’ensuivit donnèrent à Hitler l’occasion de capitaliser sur l’esprit des masses opprimées, et le parti national-socialiste devint le deuxième parti du Parlement allemand lors des élections de 1930. La popularité politique de Hitler était incomparable et, après que son rival lui attribua bêtement le poste de chancelier en 1933, son pouvoir devint absolu. En prenant le titre de « Fuhrer du Troisième Reich » en 1934,

Adolph Hitler en 1921.

IL AIMAIT  PASSIONNÉMENT  LES CHIENS

Le Führer tenant Blondi auprès d’Eva Braun qui elle tient un petit terrier en laisse.

 

Hitler était apparemment un grand passionné  quand il s’agissait de chiens…comme votre serviteur! Au cours des combats de la Première Guerre mondiale, Hitler s’est attaché à un petit terrier qui chassait les rats dans les tranchées allemandes. Il l’a nommé ‘Fuschl’ (petit renard) et le couple était inséparable. Cependant, Fuschl fut volé dans une gare quelques années plus tard et Hitler fut désemparé lorsqu’il ne put plus retrouver le chien. En 1941, Hitler reçut un chiot berger allemand qu’il nomma Blondi. Blondi accompagnait partout le dirigeant allemand (au grand dam de sa maîtresse Eva Braun qui préférait la compagnie de ses deux terriers écossais) et resta même dans son bunker souterrain pendant les dernières phases de la guerre. En réalité, Joseph Goebbels est même allé jusqu’à dire que Blondi était la « prunelle de [l’oeil de Hitler] » et qu’il lui était accordé de nombreux privilèges – comme dormir au pied du lit d’Hitler -ce  qu’aucun autre « humain n’oserait réclamer ». Hitler a acheté à Blondi un compagnon nommé Bella et au printemps 1945, ils ont eu une portée de chiots. Cependant, après avoir appris la mort violente de son allié Benito Mussolini, Hitler a administré des capsules de cyanure à son chien bien-aimé dans le but présumé de l’empêcher de tomber entre les mains des Alliés. Il était apparemment inconsolable jusqu’à ce que lui et Eva Braun se soient évadés du Führerbunker,le 26 avril 1945.


Un soldat britannique a épargné sa vie lors de la Première Guerre mondiale

Henry Tandey
Henry Tandey

Certains des grands récits historiques de l’histoire se rapportent à des situations hypothétiques dans lesquelles Hitler est tué avant qu’il puisse assumer tout le pouvoir en Allemagne. Cependant, beaucoup de gens ne se rendent pas compte que ce scénario est presque arrivé. Le 28 septembre 1918, le soldat britannique Henry Tandey se battait dans le 5ème régiment de duc de Wellington, dans le nord de la France, près du village de Marcoing. Alors que les troupes alliées avançaient dans les forces allemandes en retraite, un soldat allemand blessé errait devant les lignes de tir de Tandey. Tandey était réticent à tirer sur un combattant ennemi non armé et blessé, il a donc épargné la vie de cet homme et l’a laissé s’égarer. Il s’avère que cet homme était Adolf Hitler. Hitler faisait partie du 16e Régiment de réserve bavarois à l’époque, et il serait temporairement aveuglé par une attaque au gaz moutarde un mois plus tard et passerait le reste de la guerre dans un hôpital militaire. Tandey est sorti de la guerre en tant que soldat privé le plus décoré. Lorsque Hitler rencontra Neville Chamberlain en 1938 à propos du différend tchécoslovaque, il montra au Premier ministre britannique un tableau de Fortunino Matania représentant une scène du carrefour Kruiseke en 1918. Un membre de son personnel en avait montré une copie au tableau , Le Dr Otto Schwend, et il a immédiatement reconnu l’homme à l’avant-garde comme l’homme qui a épargné sa vie sur le champ de bataille. Hitler aurait apparemment partagé cette anecdote avec Chamberlain lors de la procédure de l’accord de Munich et la légende de la rencontre grandit.


Il n’a pas vraiment conquis la tour Eiffel

 

Le Fûhrer devant la Tour Eiffel,à Paris.

 

Une photographie emblématique prise lors de l’invasion nazie de la France représente Hitler et un groupe de ses officiers supérieurs posant devant la tour Eiffel. Cependant, le chef n’a pas tout à fait obtenu la satisfaction de franchir lui-même ce point de repère. Lorsque l’armée allemande occupa Paris en 1940, les résistants français s’empressèrent de couper les câbles de l’ascenseur qui menaient de la base à la plateforme du sommet. Si Hitler voulait une séance de photos au sommet de la Tour Eiffel, il aurait dû gravir 1710 marches pour arriver au sommet. Cela explique en grande partie pourquoi toutes les photographies de Hitler le représentent au sol, debout au sommet de la ville, plutôt au sommet (cela n’a probablement pas aidé qu’il ait aussi peur des hauteurs). Quand il devint clair que les Allemands allaient perdre la ville aux forces alliées en 1944, Hitler a ordonné au général Dietrich von Choltitz de démolir la tour avec le reste de la ville. Cependant, le gouverneur militaire nazi de Paris refusa d’exécuter l’ordre et les combattants de la résistance française arboraient à nouveau leur drapeau national au sommet de la tour Eiffel avant même la libération de la ville.

Tour Eiffel

 


Il a banni le prix Nobel en Allemagne

Il fit remplacer le prix nobel par la médaille du Mérite Allemand.

 

Une idée fausse répandue à propos d’Hitler est qu’il a été nominé pour un prix Nobel de la paix, mais il s’agissait apparemment d’une blague faite aux dépens du dirigeant allemand. Erik Brandt, membre du parlement suédois, proposa le nom de Hitler au prix en 1939 en réponse sarcastique à la nomination de Neville Chamberlain cette année-là pour ses efforts d’apaisement entre l’Allemagne et la Tchécoslovaquie au nom de la « paix mondiale ». La proposition de plaisanterie a été rapidement retirée, mais ce n’était pas la première fois que Hitler était irrité par le prix Nobel. En 1936, le pacifiste allemand Carl von Ossietzky reçut le prix pour avoir dénoncé le processus de réarmement secret de l’Allemagne. Von Ossietzky avait été arrêté en 1933 pour espionnage et trahison et il avait été emprisonné dans un camp de concentration après avoir reçu le prix Nobel.


Il a détesté les trois comparses (les fameux Three Stooges)

Trois Stooges

Bien que le film de Charlie Chaplin, « Le Grand dictateur », soit connu pour ses critiques virulentes sur l’accession au pouvoir d’Hitler, il n’est pas le premier artiste occidental à déprécier le leader allemand. Le trio américain de slapstick, The Stooges, a publié ‘You Natzy Spy!’ en janvier 1940 (neuf mois avant la parution de la comédie hitlérienne de Chaplin) et les frères incompétents (qui étaient d’ailleurs des juifs ashkénazes) furent les premiers à satiriser Hitler et le parti nazi sur des écrans de cinéma. Hitler était tellement vexé par cette parodie cinglante que les Stooges – ainsi que d’autres artistes occidentaux qui s’étaient moqués de lui – se sont rendus sur sa liste de décès personnelle. L’industrie du divertissement a eu le dernier mot de rire lorsque Groucho Marx a dansé le Charleston pendant 2 minutes sur les vestiges du Führerbunker  lorsqu’il se rendait à Berlin-Est en 1958.


 Il a lancé un énorme mouvement anti-tabac dans l’Allemagne nazie

Mouvement anti-tabac

Le Führer Adolph Hitler était autrefois un gros fumeur, mais comme il était très clairvoyant et précurseur ,il a abandonné cette habitude et a déclaré que le tabac était une perte d’argent et un risque pour la santé. Lorsque le parti nazi a pris le pouvoir dans les années 1930, Hitler a plaidé pour une campagne anti-tabac dans toute l’Allemagne et a encouragé la recherche sur les dangers du tabagisme. Il a été interdit de fumer dans les transports en commun, la taxe sur le tabac a été augmentée, une propagande antitabac a été publiée et les publicités relatives au tabac interdites en public. L’armée allemande a également vu ses rations de cigarettes réduites et des conférences sur la santé ont été organisées à l’intention des soldats afin de mieux les informer des conséquences pour la santé. Fait intéressant, les ventes de tabac dans l’Allemagne nazie ont effectivement augmenté entre 1933 et 1939, mais le tabagisme a diminué parmi le personnel militaire pendant la guerre. Bien que Hitler ait manifesté son dégoût personnel pour le tabagisme, il y avait un motif un peu plus arrière pour son attitude. Les politiques en matière de procréation constituaient une part importante des convictions fondamentales du parti nazi, et les recherches allemandes sur les effets de la consommation de tabac ont révélé que celle-ci affectait la reproduction féminine et entraînait un taux plus élevé de mortinatalité, de fausse couche et d’infertilité.


EN COMPLÉMENT

LE PARTI NATIONAL SOCIALISTE LANCE LA PREMIÈRE CAMPAGNE  CONTRE LE TABAGISME ET ORGANISE  UNE POLITIQUE DE LUTTE CONTRE LE CANCER EN 1941

Robert N. Proctor est un épistémologue Américain qui a publié plusieurs livres sur l’hygiénisme racial. Son ouvrage « La Guerre des nazis contre le cancer » retrace la lutte acharnée, contre tous les cancers, des nazis au pouvoir en Allemagne, de 1933 à 1945. Pour le grand public, la période nazie est souvent synonyme du massacre des juifs et de l’invasion de l’Europe. Mais ce n’est qu’une facette de la politique allemande de 1933 à 1945. 

Avant de construire des camps de travail et d’y enfermer les populations des pays de l’est, les homosexuels, les tziganes, les opposants politiques, et les juifs pour faire tourner leurs usines, les nazis menèrent une guerre contre le tabac et l’alcool. Quand l’ordre doit régner pour le bien de la production nationale, fumer et boire deviennent inutiles. Quelques années après l’arrivée d’Hitler (ancien fumeur) au pouvoir, le tabac fût interdit dans les trains, les bus, les hôpitaux et certaines grandes entreprises. Le soi-disant «tabagisme passif» fût inventé par les nazis en 1939, par Fritz Linckint. 

Cette guerre ne marcha pas du tout : la consommation de tabac ne cessa d’augmenter en Allemagne, plus que dans tous les autres pays européens. 

Mais les nazis n’osèrent pas aller aussi loin que l’OMS et ses partenaires industriels à savoir : interdire le tabac dans les CHR… 

La lecture de cet ouvrage donne un éclairage intéressant sur notre époque «moderne». Voyons, grâce à cet ouvrage, quelle était l’approche des nazis au sujet du tabac et comment ils utilisèrent les scientifiques pour régenter la vie en société : 

Extraits : 

[…] 

L’épidémiologie allemande du tabac fut, pendant un temps, la plus avancée au monde, comme ce fut le cas pour beaucoup d’autres aspects de la lutte antitabac. L’élite médicale nazie soutenait fortement la recherche sur les risques liés au tabac. 

[…] 

Dans la conception du monde nazi, le tabac était un poison génétique; une cause de stérilité, de cancers, de crises cardiaques ; une saignée dans les ressources nationales et une menace pour la santé publique. Le parti nazi lança une importante campagne antitabac qui comprenait une éducation sanitaire du public à une large échelle, des interdictions de certaines formes de publicité et des interdictions de fumer dans de nombreux espaces publics. Les mesures agressives prises dans cette direction allaient de pair avec l’insistance plus large du régime sur la nécessité d’une « direction sanitaire » exercée par les médecins (Gesundheitsführung), comprenant à la fois les mesures sanitaires préventives et la primauté du bien public sur les libertés individuelles – le soi-disant devoir d’être en bonne santé (Gesundheitspflicht). 

[…] 

Dans son ouvrage publié en 1924 et intitulé « Die rauchende Frau » (ndlr : la femme fumeuse), Robert Hofstätter, gynécologue viennois misogyne, attribua des dizaines de maladies féminines – notamment les crampes menstruelles, l’atrophie utérine et le dysfonctionnement ovarien – à l’action de l’herbe diabolique et en appela à la reconversion des champs de tabac en vergers et potagers. 

[…] 

Les hygiénistes raciaux s’opposaient au tabac par crainte d’une corruption du plasma germinatif allemand, les hygiénistes industriels s’y opposaient parce qu’ils redoutaient une réduction de la capacité de travail. Les infirmières et les accoucheuses pensaient qu’il avait des effets néfastes sur l’« organisme maternel. » On accusait le tabac d’être « une force corruptrice dans une civilisation décadente devenue paresseuse », une cause d’impuissance chez les hommes et de frigidité chez les femmes. La rhétorique de la période nazie contre le tabac s’inspirait de la rhétorique eugéniste d’une génération antérieure, à laquelle s’ajoutait une éthique de la pureté corporelle et de la performance au travail. On qualifiait le tabac d’« épidémie », de « fléau », d’« ivrognerie sèche » et de « masturbation des poumons. » 

[…] 

On disait que fumer rendait les femmes plus difficiles à marier parce qu’elles vieillissaient plus vite et avaient tendance à perdre leur beauté. 

[…] 

Martin Staemmler, influent médecin nazi, affirma que la consommation de tabac par les femmes enceintes était responsable de l’augmentation du nombre d’enfants mort-nés et de fausses couches. 

[…] 

Dans l’objectif d’évaluer l’influence du tabagisme sur la survenue des cancers, deux médecins allemands, les docteurs Schairer et Schöniger, lancèrent en 1942, une étude d’envergure,

Le tabac causait une allégeance à un élément étranger, à une époque où l’esprit et le corps étaient supposés appartenir au Führer. 

[…] 

On ne sait pas s’il arriva que des personnes dépendantes du tabac fussent incarcérées du fait de leur dépendance, mais on sait en revanche que le sort s’acharna sur des personnes dépendantes d’autres substances. En 1941; le chef de la santé du Reich, Leonardo Conti, ordonna la création d’un bureau chargé d’enregistrer les personnes dépendantes et de combattre la dépendance ; on établit des registres semblables pour les alcooliques, les sans domicile fixe, etc. Il est possible que cette démarche ait inquiété les fumeurs, étant donné que l’on considérait souvent l’usage du tabac comme une « première étape » vers l’abus de substances plus fortes comme la morphine et la cocaïne. L’Allemagne nazie était très sévère à l’égard des trafiquants de drogue : un rapport de 1938 élaboré par les responsables américains des narcotiques faisait l’éloge du régime nazi pour avoir jeté un célèbre vendeur de drogue autrichien dans un camp d’internement « dans lequel il restera sans doute toute sa vie. » 

[…] 

Armées de l’expertise scientifique et du pouvoir politique requis, les autorités nazies limitèrent la consommation de tabac en utilisant une combinaison de propagande, de relations publiques et de décrets officiels. Le ministre de la Science et de l’Éducation ordonna que l’on discute des dangers du tabac dans les écoles primaires et l’Office de la santé du Reich publia des pamphlets pour conseiller aux jeunes de ne pas fumer. 

[…] 

À la fin des années 1930 et au début des années 1940, les activistes antitabac réclamèrent l’augmentation des taxes sur le tabac, des interdictions dans le domaine de la publicité ainsi que des interdictions des distributeurs automatiques sans surveillance, et des ventes de tabac aux jeunes et aux femmes durant leur période de fécondité. Les activistes réclamèrent l’interdiction de fumer au volant et sur les lieux de travail, ainsi que la création de centres d’assistance en matière de tabac. 

[…] 

On créa des centres d’assistance dans lesquels les « malades du tabac » (Tabakkranke) pouvaient venir chercher de l’aide – à la fin des années 1930 il existait des dizaines de centres de ce genre. On ouvrit des restaurants et des sanatoriums sans tabac, souvent avec le soutien financier de la Ligue allemande contre le tabac. 

[…] 

Les sanctions légales apparurent en 1938. Cette année, la Luftwaffe (ndlr : l’armée de l’air) décréta une interdiction de fumer sur ses propriétés et la Poste en fit de même. Des interdictions de fumer apparurent sur de nombreux lieux de travail, dans les administrations publiques, des hôpitaux et des maisons de repos, et on ordonna aux sages-femmes de ne pas fumer pendant leur service. On conçut des voitures « non-fumeur » dans tous les trains allemands avec une amende de deux reichsmarks pour les contrevenants. 

[…] 

L’activisme antitabac culmina durant les septième et huitième années du pouvoir nazi, encouragé par le succès des premières campagnes militaires et la reconnaissance du fait que le rationnement pouvait fournir une excuse acceptable pour demander un effort plus intense en vue de réduire la consommation de tabac. 

[…] 

Le directeur de l’Institut de physiologie du travail de Dortmund soutint que le tabac devrait être totalement interdit sur les lieux de travail en raison des dangers du « tabagisme passif. » Le plus important journal médical d’Allemagne fit un récit détaillé de la conférence et Hitler envoya un télégramme souhaitant à l’assemblée « bonne chance dans votre travail consistant à libérer l’humanité de l’un de ses plus dangereux poisons. » 

[…] 

Astel était le chef de l’Office des affaires raciales de Thuringe ainsi qu’un antisémite notoire et un hygiéniste racial (il avait adhéré au parti nazi et à la SS en juillet 1930) ; il était également un ardent défenseur de l’«euthanasie» et visitait les hôpitaux locaux pour encourager les médecins à tuer leurs malades psychiatriques (Astel était si exubérant dans son soutien au meurtre des malades mentaux, qu’il fallut rappeler que l’opération était supposée rester secrète). Astel était aussi un militant antitabac et ne buvait jamais d’alcool ; il qualifia l’opposition au tabac de « devoir national-socialiste. » […] Selon lui, il fallait combattre le tabac « cigare par cigare, cigarette par cigarette et paquet par paquet» 

[…] 

Les hygiénistes industriels exerçaient aussi des pressions parce qu’ils s’inquiétaient de la perte de main-d’œuvre allemande occasionnée par le tabac. À la fin des années 1930, les personnes qui s’absentaient de leur travail pendant plus de quatre semaines à cause de « problèmes gastriques liés à la cigarette» (en particulier les gastrites et les ulcères) devaient se faire examiner dans un hôpital; les récidivistes – les personnes qui ne parvenaient pas à arrêter de fumer – pouvaient être confiés à une clinique de sevrage de la nicotine. » 

[…] 

On disait que les femmes juives et communistes étaient particulièrement susceptibles de fumer et de transmettre leur habitude répugnante aux autres. Les journaux d’hygiène raciale montraient des femmes décadentes avec des cigarettes pendant à leurs lèvres. 

[…] 

Au cours de sa jeunesse viennoise, Hitler avait fumé de vingt-cinq à quarante cigarettes par jour, jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il gaspillait beaucoup d’argent et qu’ « il jette ses cigarettes dans le Danube et n’y touche plus jamais. » Il affirma également – aussi étrange que cela nous semble aujourd’hui – que l’Allemagne n’aurait jamais connu sa gloire présente, s’il avait continué à fumer. 

[…] 

Les Allemands ne connurent jamais la prohibition et ne souffrirent jamais d’une réaction en retour contre le moralisme antitabac comme ce fut le cas pour les médecins américains. Dans les années 1930, les médecins allemands furent donc beaucoup plus enclins que leurs homologues américains à approuver les revendications des activistes antitabac. Ils étudièrent avec plus d’agressivité les effets du tabagisme et les condamnèrent plus généralement. Les Allemands fustigèrent d’autant plus facilement le tabac qu’ils n’avaient jamais souffert des excès moraux de la prohibition. […] 

La consommation de tabac augmenta plus rapidement en Allemagne qu’en France : les deux pays consommaient en moyenne 570 cigarettes par tête en 1932; en 1939 les Allemands en fumaient 900 et les Français seulement 670. […] 

Source: Extraits de « La Guerre des nazis contre le cancer » 

Robert N. Proctor 

Les Belles Lettres ,1999

Il est devenu végétarien plus tard

Dans une réception avec des officiers du Reich:on servait toujours une copieuse assiette de fruits devant lui.

 

Un fait populaire attribué à Hitler est qu’il était végétarien toute sa vie, mais ce n’est pas strictement vrai. Au cours d’une conversation, il a parlé passionnément du bien-être des animaux et il a apparemment parlé de la cruauté de l’abattage des animaux à la table du dîner pour mettre ses invités hors de leurs repas à base de viande. Cependant, bien qu’il soit maintenant largement accepté qu’il ait suivi un régime végétarien tout au long de la guerre, on pense que cela ne s’est produit que pendant la dernière période de sa vie et n’a pas toujours été considéré comme tel. Néanmoins, le parti nazi a déployé des efforts considérables pour garantir la protection du bien-être des animaux. La vivisection a été interdite en Allemagne presque immédiatement après l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933 et de nombreuses autres politiques ont été rapidement introduites. La chasse était restreinte, le piégeage des animaux était interdit et des réglementations ont même été mises en place pour contrôler l’ébullition vive des crabes et des homards. Cependant, malgré cet effort clair visant à promouvoir les causes des droits des animaux et de la conservation, ces nouvelles politiques et réglementations n’ont pas été appliquées efficacement.

 Margot Woelk, la « goûteuse » d’Hitler

À 95 ans, une Allemande vient de faire une surprenante révélation au « Daily Mail » : elle goûtait tous les plats du Führer.

Margot Woelk gardait pour elle un incroyable mais lourd secret. À 95 ans révolus, cette Allemande,il y a quelques années avant de mourir, a tout révélé au Daily Mail: elle fut l’une des quinze « goûteuses » au service d’Adolf Hitler. Tout commence en 1942, quand son appartement berlinois est bombardé. Margot Woelk quitte alors la capitale du Reich et pose ses valises chez sa belle-mère à Gross Partsch, dans l’est de la Prusse (l’actuelle Pologne). Son mari, lui, est engagé sur les lignes de front. Très vite, la jeune femme est embarquée de force par les SS, qui la conduisent non loin de la « tanière du loup », le QG d’Adolf Hitler sur le front de l’Est. Là, elle rejoint d’autres femmes qui, comme elle, sont contraintes de goûter la nourriture destinée au Führer, quitte à en mourir. « Évidemment que j’étais effrayée. Si la nourriture avait été empoisonnée, je ne serais plus là aujourd’hui. Nous étions forcées de manger, nous n’avions pas le choix », a-t-elle déclaré.

Hitler était végétarien

Margot Woelk découvre, avec surprise, le curieux régime alimentaire de l’homme qui fait trembler l’Europe : « Tout était végétarien, uniquement des produits frais, des asperges aux petits pois en passant par des poivrons, du riz, mais aussi des salades. Tout était disposé sur les plats juste comme cela lui était servi. » Adolf Hitler ne proscrivait d’ailleurs pas seulement la viande. La cigarette et l’alcool – il n’aurait été ivre qu’une seule fois dans sa vie à 13 ans – subissaient le même sort. Et strictement personne n’était autorisé à fumer en sa présence.

Dans la tanière du loup, Morgot Woelk vit un vrai cauchemar. Les SS ne la lâchent pas d’une semelle, ils gardent toujours un oeil sur elle et sur ses camarades. Après chaque plat goûté, les SS attendent une heure afin de voir si un éventuel poison agit dans les organismes. C’est uniquement une fois ce délai écoulé que le repas peut être servi au Führer. Une surveillance qui se renforce encore au lendemain du 20 juillet 1944, après qu’un attentat, monté par des officiers allemands, a échoué à tuer Hitler. Peu de temps après et quelques jours avant l’arrivée des Russes, Margot Woelk parvient à prendre la fuite grâce à la bienveillance d’un officier supérieur. Elle monte alors dans le « train de Goebbels » et rejoint Berlin. Quant aux autres, elles auraient toutes été fusillées, selon Margot, par les soldats de l’Armée rouge 

Staline avait aussi son goûteur, Obama en a toujours eu un

Comme Hitler et beaucoup de dictateurs, Joseph Staline aimait s’entourer de médecins et de gardes du corps. Ironie du sort, c’est un certain Spiridon, le futur grand-père de Vladimir Poutine, qui aurait servi de goûteur à l’homme de fer. Aujourd’hui encore, Barack Obama ne se déplaçait jamais sans son goûteur attitré. Ainsi, en juin 2009, lors d’un voyage à Paris, son goûteur, qui est un agent des services secrets, s’est invité dans les cuisines de La Fontaine de Mars, un restaurant chic du 7e arrondissement où dînait la famille présidentielle américaine. Les cuisiniers, médusés par cette situation inédite, se sont laissé finalement amadouer par cet homme « sympathique » et au fin palais. 


Il a accordé un traitement préférentiel à certains Juifs

Eduard Bloch

Hitler était réaliste lorsqu’il s’agissait de trouver des exceptions aux politiques et lois antisémites sévères et radicales du Parti nazi. Il existe plusieurs exemples d’Hitler qui néglige les origines raciales de certains de ses officiers et les transforme en «aryens honoraires» pour des raisons pragmatiques. Bien que de telles circonstances soient extrêmement rares, ces «malfaiteurs» (personnes d’ascendance aryenne et juive) se sont vu délivrer des certificats de sang allemands et étaient donc exemptés des lois discriminatoires. Emil Maurice, l’un des chauffeurs de Hitler et officier fondateur des SS, en est l’un des exemples les plus célèbres. Hitler était ami avec Maurice depuis 1919, mais en 1935, le commandant de la SS Heinrich Himmler tenta d’expulser Maurice et sa famille des SS après qu’il eut découvert que son arrière-grand-père était juif. SS Les membres devaient prouver que l’histoire de pureté raciale de leur famille remontait à au moins 1750, mais Hitler fit une exception pour son vieil ami (au grand dam de Himmler) et lui permit de rester. Cependant, il n’y a que deux exemples d’Hitler protégeant des hommes considérés comme juifs sous la loi juive. Le commandant de Hitler pendant la Première Guerre mondiale était Ernst Hess et, bien que protestant, il avait une mère juive. Considéré comme un «Juif de sang pur», Hitler fit quelques concessions à Hess jusqu’en 1941, date à laquelle il fut envoyé dans un camp de concentration à Milbertshofen pour y effectuer des travaux forcés. Bien qu’on ne sache pas dans quelle mesure Hitler a personnellement veillé à la protection de Hess avant son envoi dans le camp, le Führer est intervenu dans l’affaire du médecin juif Eduard Bloch. Bloch était le médecin de Hitler quand il était jeune et il s’occupait de sa mère lorsqu’elle mourait d’un cancer du sein. Comme la famille hitlérienne n’avait que très peu d’argent, M. Bloch avait imposé son traitement à un taux réduit et avait même refusé de prendre de l’argent à certaines occasions. Hitler se souvint de cet acte de gentillesse pour les années à venir et des lettres écrites à Bloch de 1937 révèlent qu’Hitler qualifiait le médecin de «noble juif». Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940. Bloch avait fait payer son traitement à un taux réduit et avait même refusé de prendre de l’argent à certaines occasions. Hitler se souvint de cet acte de gentillesse pour les années à venir et des lettres écrites à Bloch de 1937 révèlent qu’Hitler qualifiait le médecin de «noble juif». Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940. Bloch avait fait payer son traitement à un taux réduit et avait même refusé de prendre de l’argent à certaines occasions. Hitler se souvint de cet acte de gentillesse pour les années à venir et des lettres écrites à Bloch de 1937 révèlent qu’Hitler qualifiait le médecin de «noble juif». Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940. Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940. Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940.

Ernst Hess et sa famille

Il a essayé de nazifier Noël

L’église allemande était derrière lui.

 

Sans surprise, le fait que le jour de Noël ait célébré la naissance d’un homme juif n’a pas échappé à l’attention de Hitler. Noël était une fête nationale importante pour le peuple chrétien en Allemagne, mais ses origines et sa signification étaient clairement en contradiction avec les idéologies fondamentales et les convictions raciales du parti nazi. Après avoir pris le pouvoir en 1933, Hitler essaya de repousser le christianisme et de s’inspirer des vieilles traditions germaniques pour faire de ses vacances une célébration du solstice de hiver. En prenant essentiellement le « Christ » de Noël, la croix gammée figurait sans surprise dans les décorations et les festivités de ce nouveau « Julfest » (les nazis affirmaient qu’il était symbolique du soleil) et le père Noël fut réinventé comme une représentation germanique traditionnelle d’Odin. Les paroles de nombreuses chansons de Noël ont été changées pour supprimer les références à Jésus et leurs significations ont été remplacées par des paysages enneigés et autres images hivernales. Malgré ces efforts, la majorité des Allemands se souvient encore de la fête traditionnelle pour ce qu’elle a toujours été et n’a plus qu’à tolérer cette nouvelle nazification dans la propagande et lors de certaines célébrations civiles et publiques.

 


Il a dormi à travers le débarquement en Normandie

Landscape

Le débarquement en Normandie fut un tournant majeur de la Seconde Guerre mondiale et marqua le début de l’invasion alliée réussie à travers l’Europe occupée par l’Allemagne. En ce moment décisif de l’histoire, Hitler était profondément endormi dans sa retraite du « Nid de l’Aigle ». Aucun des officiers ou des généraux de Hitler n’osa le réveiller car ils n’étaient pas convaincus que le débarquement de Normandie était l’assaut principal des Alliés. Plus important encore, ils ne voulaient pas risquer de faire face à la colère du Führer s’ils le sortaient de leur lit pour quelque chose d’important. Cependant, quand ils ont finalement eu le courage de faire part à Hitler de la nouvelle, il était apparemment aussi convaincu que les débarquements de Normandie constituaient une diversion de la « véritable invasion » et ce n’est qu’en milieu d’après-midi qu’il a autorisé les réserves de chars blindés Panzer. pour contre-attaquer les forces alliées.


IL A ORGANISÉ SON ÉVASION APRÈS AVOIR BRILLAMMENT FALSIFIÉ SON  SUICIDE

Cette photo découverte par des officiers russes dans le Führerbunker,fit le tour du monde.

Elle servit longtemps à prouver que le Führer était mort.Elle fut déposé de façon à créer une diversion…qui réussit!

 

Voici l’hotel Eden à La Falda près de Cordoba,Argentine ou Adolph hitler se serait installé.

 

Je ferai la preuve  de ceci dans un prochain article…J’ai accès à la filière Omega et à diverses archives…à moins que je vous fasse un vidéo…Quel est votre choix?

 

 

 

Publicités

6 commentaires sur “Réécrire la biographie du Führer Adolph Hitler

  1. Adolph,Jacob HITLER-MEYER-ROTHSCHILD a été exfiltré avec Eva BRAUN en Argentine ont eu une fille et un petit fils .Ce dernier vit aux U.S.A du côté de CHICAGO selon un PARIS MATCH en 2010 ou 2011

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :