La Russie coupe le gaz à l’Ukraine, dont dépend l’Europe

Gazprom-650x25016 juin 2014

La Russie a mis sa menace à exécution lundi et coupé le gaz à l’Ukraine après l’échec de leurs négociations, risquant d’affecter l’Europe et d’aggraver le pire conflit sur le continent depuis la fin de la Guerre froide.

Les dirigeants pro-occidentaux ukrainiens avaient espéré parvenir à un accord de dernière minute dimanche à Kiev dans le bras-de-fer énergétique qui les oppose à Moscou, alors que le pays est confronté à une violente insurrection prorusse dans l’Est.

La Russie a réduit à zéro les livraisons de gaz vers l’Ukraine, ne laissant transiter que les volumes destinés aux pays européens, a indiqué le ministre ukrainien de l’Energie Iouri Prodan, assurant que son pays ne perturberait pas le transit vers l’Europe.

Environ 15% du gaz consommé en Europe transitent par le territoire ukrainien.

Le commissaire européen à l’Energie, Guenther Oettinger, a néanmoins averti que l’Europe pourrait être confrontée cet hiver à une pénurie de gaz si l’Ukraine puisait dans les volumes destinés à l’UE, faisant écho aux mises en garde de Gazprom à Bruxelles sur de possibles perturbations comme lors des précédents conflits gaziers en 2006 et 2009.

A l’expiration de son ultimatum lundi à 06H00 GMT, Gazprom a annoncé qu’il ne fournirait à l’Ukraine, dont la dette gazière atteint 4,5 milliards de dollars, que ce qu’elle règlera en avance.

Naftogaz reçoit son gaz pour les volumes qu’elle paye. Rien n’a été payé, donc rien ne sera livré, a résumé le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov.

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev dirigeait lundi à la mi-journée une réunion de crise avec son ministre de l’Energie Alexandre Novak et le patron de Gazprom, Alexeï Miller.

Cour d’arbitrage internationale

Gazprom a aussi annoncé lundi avoir saisi la cour d’arbitrage internationale de Stockholm concernant la dette gazière de l’Ukraine. Aussitôt, Kiev a répliqué en annonçant avoir lancé une procédure devant la même juridiction afin de trancher sur le prix.

L’opérateur gazier ukrainien, Naftogaz, réclame en outre 6 milliards de dollars, estimant avoir trop payé depuis 2010.

Kiev a refusé la hausse des prix décidée par Moscou après l’arrivée au pouvoir de dirigeants pro-occidentaux fin février, conséquence de la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch : les 1.000 mètres cubes de gaz sont alors passés de 268 à 485 dollars, un prix sans équivalent en Europe. Dans sa dernière offre, Moscou avait proposé 385 dollars.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a dénoncé dimanche l’arrogance de Kiev qui rejette un compromis raisonnable ce qui s’expliquerait, selon lui, par l’ingérence d’un État tiers.

Après l’espoir d’une détente né des premiers contacts entre le président russe Vladimir Poutine et le nouveau chef de l’État ukrainien Petro Porochenko, le ton est monté entre Kiev et Moscou au cours du week-end.

Loi martiale dans l’Est

Le président pro-occidental ukrainien a promis une réponse adéquate aux séparatistes après l’attaque contre l’avion abattu à Lougansk (49 morts), la plus meurtrière pour l’armée ukrainienne depuis le lancement le 13 avril d’une opération militaire dans l’Est séparatiste prorusse qui a fait plus de 300 morts.

L’introduction de la loi martiale dans l’Est rebelle sera abordée lundi lors d’une réunion du conseil de sécurité nationale et de défense convoqué par M. Porochenko, a indiqué dimanche le ministre ukrainien de la Défense Mikhaïlo Koval.

M. Porochenko avait présenté la semaine dernière à Vladimir Poutine son plan de paix, faisant naître l’espoir d’une détente mis à mal après l’attaque de Lougansk revendiquée par les insurgés prorusses.

Les États-Unis ont réaffirmé vendredi que la Russie avait fourni aux séparatistes dans l’est de l’Ukraine des chars et des lance-roquettes, du matériel qui a franchi ces derniers jours la frontière entre les deux pays.

Poutine insulté par un ministre

La décision de Gazprom intervient après un week-end particulièrement tendu après des incidents samedi devant l’ambassade russe en Ukraine, en marge d’une manifestation pour protester contre l’attaque meurtrière de Lougansk.

La diffusion dimanche d’une vidéo montrant le ministre ukrainien des Affaires étrangères insultant le président russe Vladimir Poutine a rajouté à l’indignation de Moscou.

Sur ces images, Andriï Dechtchitsa, venu calmer la foule, dit aux manifestants qu’il est prêt à exiger avec eux que la Russie se retire de l’Ukraine et lâche Poutine connard, un slogan lancé par des supporteurs de football il y a plusieurs semaines et devenu depuis en Ukraine un refrain très populaire.

Plusieurs hauts responsables russes ont crié au scandale et appelé le président ukrainien à limoger M. Dechtchitsa.

Un manifestant avait décroché samedi le drapeau russe tandis que d’autres ont renversé les voitures diplomatiques, jeté des pavés et un cocktail molotov sur le bâtiment.

Source : Romandie

Publicités

Un commentaire sur “La Russie coupe le gaz à l’Ukraine, dont dépend l’Europe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.