Dossier corruption politique:PKP avait aussi ses entrées chez Jean Charest

Pierre-Karl Péladeau
Pierre-Karl Péladeau

 

 Aujourd’hui candidat péquiste, le patron de presse Pierre Karl Péladeau avait ses entrées auprès de Jean Charest, à l’époque où ce dernier était premier ministre, révèlent des extraits récents de l’agenda de l’ancien politicien .

Hier, de passage à une station de radio de Québec, M. Péladeau s’est insurgé contre la proximité de M. Charest avec la famille Desmarais. Or, des extraits de l’agenda de M. Charest à l’époque où il était chef de l’opposition, avant 2003, ont été envoyés à l’UPAC, récemment. La Presse en avait fait état au printemps 2013. Ils indiquent que M. Charest était en contact régulier avec Marc Bibeau, le responsable du financement au PLQ, aussi administrateur de Power Corporation, propriétaire de Gesca, dont fait partie le quotidien LaPresse. On y apprend aussi que le chef libéral planifiait plusieurs rencontres avec la famille Desmarais entre 1999 et 2001.

En entrevue, M. Péladeau s’est indigné de cette proximité entre le monde politique et les gens d’affaires. «Moi, je ne suis jamais allé à Sagard comme Jean Charest l’a fait», a-t-il lancé. Les journaux de Québecor ont à maintes reprises fait des reportages sur le domaine de la famille Desmarais dans Charlevoix.

«C’est ça aussi, l’héritage de Jean Charest, cette proximité avec le monde des affaires, ce détournement de la démocratie où elle ne se fait plus à l’Assemblée nationale, mais dans des salons feutrés. C’est l’illustration flagrante de ce que l’ère libérale nous a donné», a lancé le magnat de la presse, candidat péquiste dans Saint-Jérôme.

 

Mais LaPresse a obtenu des extraits bien plus récents de l’agenda de M. Charest qui montrent que le patron de Québecor avait des rapports réguliers avec l’ex-premier ministre. En octobre 2011, par exemple, M. Charest participait à un souper restreint, chez Denise Filiatrault, au Tropique Nord, avenue Pierre-Dupuy. S’y trouvaient Pierre Karl Péladeau et sa conjointe Julie Snyder, de même que Gilbert Rozon et sa conjointe Danielle Roy.

Conversation et rencontre

Le 1er juin 2011, l’agenda indique que M. Charest s’est entretenu au téléphone avec M. Péladeau. Le sujet de la conversation ne figure pas à l’agenda, mais à l’époque, l’injection de 200 millions de fonds publics dans l’amphithéâtre multifonctionnel de Québec faisait les manchettes. Québecor est un acteur important dans ce projet. Trois jours plus tôt, M. Charest avait invité des patrons de Québecor à son cabinet de Montréal. Lors d’une «rencontre privée», on retrouvait, outre M. Charest et son chef de cabinet de l’époque, Luc Bastien, M. Péladeau et Martin Tremblay, décrit comme «conseiller principal aux projets spéciaux». En fait, M. Tremblay est le principal responsable du dossier de l’amphithéâtre.

Mais ce dossier n’est pas le seul qui a conduit PKP au bureau du premier ministre libéral. Une autre série de pages de l’agenda, remontant à 2005 et 2003, illustre aussi leur proximité. Le 26 avril 2005, M. Charest recevra M. Péladeau à son bureau pour une oeuvre caritative présidée par le magnat de la presse. M. Péladeau est alors accompagné de Pierre Lampron, vice-président aux relations institutionnelles de Québecor. M. Lampron est le père de Julien Lampron, qui était producteur chez TVA, propriété de Québecor, avant de devenir directeur des communications au cabinet de Pauline Marois.

Enfin, l’agenda de Jean Charest indiquait en date du 20 septembre 2003 que le premier ministre assistait à «une réception chez Julie Snyder et Pierre Karl Péladeau», à Eastman, avec, en regard, le numéro de téléphone du couple et celui de leurs cellulaires personnels.

 

EN CONCLUSION

Les mass médias qui sont possédés par  de puissantes familles liées à la haute finance,collaborent ensemble afin de contrôler le pouvoir politique …totalement dans leurs mains ,grâce à la soumission des partis politiques corrompus.

 

 

 

Publicités

8 commentaires sur “Dossier corruption politique:PKP avait aussi ses entrées chez Jean Charest

  1. Ce qui me fait rire dans tout ça, c’est que la masse s’imagine que Pédalo deviendrait tout à coup plus puissant en étant élu ou nommé ministre. Ce qui est tellement faux! Pédalo serait encore plus puissant à l’extérieur du parti, à l’abri des yeux de tous. Le pouvoir n’est pas au parlement mais dans les poches de gens comme Pédalo.

    1. J’ai lu hier que Péladeau était dans sa jeunesse un communiste fervent, L’initiale K de son prénom KARL aurait pris la place du C(arl) en l’.honneur de KARL MARX. On en apprend tous les jours. Je me rappelle que JEAN-LOUIS ROUX, qui avait té nommé sénateur, a été relevé de ses fonctions parce qu’on a découvert qu’il avait porté une Croix nazie sur ses vêtements à l’époque où il était étudiant.. Qu’en est-il de PKP, le communisme est-il moins pire que le nazisme?

      1. Je peux pas croire que j’entends ça de Michel Duhaime… Vous perdez de la crédibilité.

        Le communisme se défini comment au juste? Par l’interprétation qu’en a fait Staline ou bien par celle qu’en a fait Salvador Allende?

        Comment peut on établir une hiérarchie du pire basée sur le nombre de morts qu’il aurait provoqué? Il me semble qu’entre 20 000 000 et 60 000 000, les deux pourraient être classés dans les pires non?

        Le nombre de morts liés aux nazisme ne fut-il pas stoppé par le stalinisme?

        S’il vous plaît, ne mélangez pas les concepts.

        Stalinisme ≠ Communisme
        Maoïsme ≠ Communisme
        Impérialisme Américain ≠ Capitalisme

        Dans chaque cas, on interprète.

      2. Il faut comprendre que tous les systèmes politiques actuels,ont été développé par l’oligarchie et le Nouvel Ordre Mondial pour diviser les Humains de la Terre.
        Le concept de droite-gauche est complètement dépassé en 2014 quand on regarde les liens entre les Rotschild et les communistes de Lénine…les liens entre Dominique Strauss Khan et le FMI.

  2. J’ai la nette impression qu’un vaste stratagème est en cours en ce moment. Pourquoi donc PKP s’est il éloigné de ses affaires pour allé chez HQ? Qu’est il allé faire chez HQ pour quitté si rapidement et joindre le PQ? PKP n’était il pas plus utile s’il voulais servir la cause indépendantiste en demeurant en dehors du politique? Sans vouloir dénigré la cheffe du PQ, elle as quand même hésité six mois avant d’appuyé Mme Sylvie Roy pour une commission d’enquête, semant ainsi un certain doute et est ce qu’on as besoin d’un avocat quand on as rien à se reproché? C’est quand même titillant ses affaires avec son mari, en tout cas.
    Mme Marois as déjà affirmé être une amie d’Hélène Desmarais, qu’elle as assisté au funérailles de P. Desmarais ce  »dépossesseur » du Québec, mais ne se présente pas à ceux d’un fier patriote qui as tant lutté pour la cause indépendantiste , Reggie Chartrand !! Déplorable.
    Et que dire de ces ex premier ministre à la petite soirée pour l’annivesaire d’hélène Desmarais;
    http://www.youtube.com/watch?v=M7OlFp_9U_E

    J’ai aussi cru qu’avec l’arrivé de PKP chez HQ aurais pu faire débloqué des projets comme le moteur roue automobile, le Trens Québec et récemment l’hydrogène. N’est ce pas la trois petit projet qui peut intéressé autant PKP que Power, Power as des parts chez HQ et PKP y as siégé pendant un ans. Je dit ça comme ça la, mais si je prend pour acquis que Mme Marois, PKP, le PLQ et power marchent ensemble, cela expliquerais beaucoup de silence comme les trois projets cité plus haut, ne pas répliqué d’avantage au sujet des révélations de Frédéric Bastien , laissé s’éteindre le mystère de la perte de 40G$ à la CDPQ pour ne nommé que ceux la.

    Alors imaginons que le Mme Marois as sorti cette charte, qui as réveillé le nationalisme faut l’avoué, pour créé une diversion, pour dévié du vrai débat qui est celui de l’indépendance et entré en élection sur la base de cette seule charte sans parlé d’indépendance, amené une vedette comme PKP comme candidat avec le poing dans en l’air qui déclare  »Pour un Pays du Québec », il y as une incohérence qui est difficile à expliqué.

    Affirmé clairement en pleine campagne électoral qu’il n’y en auras pas de référendum tant que les conditions ne seras pas en place, bien c’est attendre tranquillement la mort du pays parce que l’immigration feras en sorte que nous serons surpassé en nombre et qu’il seras très difficile d’espéré convaincre plus de gens qu’en ce moment, ainsi ils auront le champs libre pour exploité les richesses du Québec et en finir avec l’assimilation du peuple québécois

    Si il s’agi d’une magouille déjà préparé bien d’avance, ça expliquerais beaucoup d’incohérence qui tomberais soudainement.., sous le sens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.