Le modèle Kumari : les humains auraient-ils évolué à partir de l’océan Indien?

La Terre  suivant la thèse du Modèle Kumari...à l'origine de l'évolution humaine.
La Terre suivant la thèse du Modèle Kumari…à l’origine de l’évolution humaine.

 

Au cours des dernières décennies, les scientifiques ont accumulé une énorme quantité de preuves montrant que les humains ont évolué en Afrique avant de migrer dans le reste du monde. Néanmoins, quelques idées alternatives existent comme le « modèle Kumari », avancé par AR Vasudevan. Vasudevan est l’auteur de Ariens: Qui sont-ils?  dans lequel il fait le cas  sur le modèle Kumari, ainsi que plusieurs commentaires sur le web  où il fait également valoir sa théorie en sa faveur.

Mais pour  tout ce qui touche  le modèle Kumari,  devrions- nous faire attention à Vasudevan et son livre ?

Le modèle Kumari  parle des origines de l’homme en affirmant  que les êtres humains n’ont pas évolué en Afrique, mais plutôt, qu’ils sont originaires d’un continent situé  dans l’océan Indien connu comme étant la  » terre Kumari », qui a été avalé par la mer il y a environ 14,000 années. Cette région « Atlantesque »  était immense, reliant l’Inde à l’Afrique et s’étendant vers le sud  jusqu’en  Antarctique. Comme les humains ont migré hors de la  terre Kumari et remplis le reste du monde, ils ont pris deux routes, l’une en Afrique de l’Ouest et de l’Est en Inde. Ceux qui allèrent  en Inde ont continué de migrer vers le nord, pour finalement s’installer en Europe et dans le reste de l’Asie,par la suite.

 

Vasudevan prétend qu’il y a beaucoup d’éléments de preuve en faveur de cette origine indienne des Européens, à son tour, accréditant particulièrement  le modèle Kumari. La plupart des éléments  de cette thèse  provient du projet Genographic : il s’agit d’un effort fait  par le National Geographic ,afin de retracer comment les gènes se sont déplacés dans le monde entier. Cela a conduit à des découvertes qui fournissent des preuves pour le modèle Kumari comme:

  • La découverte que  Européens sont plus étroitement liés aux Indiens que les Africains (parce qu’ils faisaient partie de la même migration venant de la  terre Kumari)
  • Le projet Genographic révélant que la migration européenne a commencé en Inde
  • Le fait que les humains sont divisés en deux groupes pour près de cent mille ans (ils ont migré dans des directions différentes  à partir de la  terre Kumari)

Ces revendications font certainement un argument convaincant pour le modèle Kumari. Mais avant d’aller chercher les preuves dans  l’océan Indien pour le  véritable  berceau de l’humanité, il est intéressant de souligner que ce ne sont pas réellement les résultats du projet Genographic.

Par exemple, Vasudevan affirme que le projet Genographic a découvert que la migration vers l’Europe est originaire de l’Inde, et non pas de  l’Afrique, et ont redessiné leur carte de migration humaine en conséquence.

« Sur le projet géographique. . .il a été  déclaré que  ». . . [les preuves  génétiques] soutiennent l’existence d’ une route au sud de celle de la migration de Bab-el-Mandeb,le fameux détroit en Arabie, avant de tout mouvement vers le nord. . . « . En conséquence, ils ont redessiné la carte de la migration des Eurasiens  qui commence à partir de l’Inde du Sud. . . Cela rend la migration eurasienne exactement telle que celle  montrée  dans le livre [ Ariens: Qui sont-ils ] pour faire accepter  le côté scientifique. »

Toutefois, si vous allez sur le site du projet Genographic, vous trouverez qu’ils n’ont pas redessiné la carte pour demontrer que les Européens sont originaires de l’Inde . C’est parce que pour  la migration vers le sud à travers l’Arabie, ils se réfèrent que ce n’est pas la même migration qui a donné lieu à celle des Européens. Au contraire, il y avait un groupe d’humains qui ont suivi la côte du Moyen-Orient, autour de l’Inde et vers le bas dans l’Indonésie et l’Australie. Ainsi l’Inde du Sud a joué un rôle particulier dans la migration humaine, mais c’était dans le mouvement migratoire vers  l’Australie, mais pas en Europe.

 

La carte basée sur les données du projet Genographic. La découverte dont ils parlent est la flèche du bas menant à l'Australie. Notez comment elle ne va pas à l'Europe. A noter également l'absence de flèche menant de l'Inde à l'Europe.
La carte basée sur les données du projet Genographic. La découverte dont ils parlent est la flèche du bas menant à l’Australie. Notez comment elle ne va pas à l’Europe. A noter également l’absence de flèche menant de l’Inde à l’Europe.

 

Vasudevan soutient également

« Une autre conclusion du  projet Genographic est « l’homme antique a commencé sur le chemin de l’évolution en deux espèces distinctes avant de fusionner de nouveau dans une seule population. Les deux populations ont vécu dans l’isolement pendant 10.000 ans « . Selon le modèle Kumari, la population africaine était un sous-ensemble de la population Kumari jusqu’à 60,000 années avec une histoire génétique commune. Par conséquent, la conclusion importante du  » Genographic Project »  s’inscrit parfaitement dans le modèle Kumari. »

Encore une fois, cela représente mal  les résultats du projet Genographic. Ils n’ont pas trouvé que les Européens et les Africains avaient été séparés pendant des siècles ,pendant qu’ ils ont migré dans des directions différentes de la terre Kumari.Non, la divergence qu’ils ont identifié était entre deux populations africaines est donc totalement incompatible avec son petit modèle.

En fait, la seule fois  que Vasudevan ne représente pas mal le projet Genographic, c’est quand il parle de la façon dont les Européens sont plus étroitement liés aux Indiens que les Africains. Bien sûr, ce qu’il ne dit pas, c’est que c’est exactement ce que vous vous attendez à trouver dans le modèle dominant de la migration hors d’Afrique.

L’effet de goulot d’étranglement, en montrant comment les migrations conduisent à une  diversité réduite.

Quand un petit segment de la population migre dans un nouvel  environnement, ils emportent avec eux un petit segment de la diversité génétique des populations d’origine. Toutes les migrations que cette population moins diversifiée  rencontre  à son  tour, contiennent cette diversité réduite et ainsi se rapprochent (par parenté) de la première migration de la population d’origine. En d’autres termes, nous nous attendons à ce que  les groupes humains  qui sortent  de la migration hors d’Afrique, se ressembleront davantage  les uns aux autres que davantage à  la population africaine d’origine.

Alors, quand Vasudevan fournit un compte rendu exact du projet Genographic, il soutient son modèle. Dans tous les autres cas ,les véritables conclusions  ne prêtent aucun crédit à l’idée que nous avons évolué dans la terre mystique de Kumari. Cependant, je ne pense pas que l’absence totale de preuve génétique est le plus gros problème avec l’hypothèse Kumari. Non, le dernier clou dans le cercueil provient de cartes Topo de l’océan Indien.

Vasudevan affirme que le niveaux de la mer ,il ya 14.000 ans ou plus,était de 130 mètres plus bas, ce qui explique pourquoi le continent Kumari était au dessus du niveau de la mer. Cependant, si vous regardez les cartes de l’océan Indien, il devient évident que pour avoir quelque chose d’aussi grand que Kumari,la mer aurait effectivement due être  de 3000 mètres plus bas. Elle n’a pas été aussi bas pendant des  millions d’années, et n’aurait certainement pas été à ce niveau , lorsque les humains auraient été au-début de leur  évolution.

Même sans aucune preuve génétique indiquant qu’il y avait eue  une migration de la terre de  Kumari, et aucune preuve géographique il y avait même un Kumari, je me sens assez confiant dans le modèle de l’étiquetage de Vasudevan .

 

Sources: Le livre de Vasudevan

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.