Le gouvernement du Québec comparé à la Russie de Poutine

Je ne rebloggerai pas un article aussi outrageant.Je vais juste vous le traduire pour vous donner une bonne idée du racisme  véhiculé par le National Post contre le Québec,sa langue,son drapeau et ses droits.

Le National Post  y va à fond de train contre le peuple québécois ,par la même occasion.Un commentaire stipule même que nous , le peuple québécois,n’aurions plus  le droit d’exposer notre drapeau fleurdelysé à cause de la « croix blanche » au centre.

En 1995,Lucien Bouchard était comparé à Adolph Hitler  et le Parti québécois au Parti nazi. En 2013, on ose comparé Pauline Marois à Vladimir Poutine  et le Québec est devenu la Russie.C’est une insulte grave,car jamais Vladimir Poutine  n’ira manifester avec  les gais et les lesbiennes…jamais Poutine ne fera de lois anti-corruption,car c’est grace à la Mafia russe qu’il a pris et garde son pouvoir.Par contre,à Toronto ,on n’a pas hésité à frapper sur des manifestants anti-capitalistes jusqu’à les blesser gravement,devant les caméras.Au Québec, les policiers  essayent de se cacher avant de frapper.

En 2013,la rage qu’exprimait jadis Félix Leclerc…monte en moi…,malgré moi!

N’oubliez jamais mes ami(e)s que dans le mot « Révolution »,il y a le mot »Évolution »!

Voici le torchon :

«Comme  dans la  Russie de Poutine»:  le «plan impensable»  du Parti québécois «d’interdire les signes religieux dans le secteur public

 Baltej Singh Dhillon, the RCMP constable who fought to wear his turban.
Baltej Singh Dhillon, the RCMP constable who fought to wear his turban.

MONTRÉAL – Lorsque le philosophe Charles Taylor lu le titre tabloïd mardi que le gouvernement du Parti québécois a l’intention d’interdire le port de tout symbole religieux dans les institutions publiques, il a supposé qu’il s’agissait d’une erreur par l’excitable Journal de Montréal.

« Je ne pensais  pas que le gouvernement irait si loin « , a-t-il déclaré à un journaliste de Radio-Canada.

Dire aux  travailleurs dans le secteur public, à partir des garderies  jusqu’aux hôpitaux, qu’ils ne peuvent pas porter le hijab, la kippa, le turban ou le crucifix en vue sur le travail serait « un acte absolument terrible d’exclusion», a déclaré M. Taylor, un professeur de l’Université McGill qui a servi en tant que co-président d’une commission gouvernementale pour  étudier les accommodements religieux en 2007-2008.

« C’est quelque chose que l’on s’attendrait à voir dans la Russie de [Vladimir] Poutine. C’est exactement la même chose, que les gens ne peuvent pas être vu en public d’être gay, ils ne peuvent pas avoir un défilé de la fierté gaie, parce que c’est contre la loi. Dans ce type de société, nous nous attendons à ce que, si nous protestons fermement et correctement. Mais dans une société libérale comme la nôtre, il est presque impensable.  »
Relatif

Mais comme la journée se passa sans que personne du gouvernement niant le rapport avant de page du Journal, il semblait que le « presque impensable» est de gagner les politiques publiques dans les yeux du PQ.

En fait, les détails divulgués sont en ligne avec ce que le parti a promis pendant la campagne électorale de l’an dernier, lorsque le premier ministre Pauline Marois a déclaré que ces mesures étaient nécessaires pour préserver «notre identité, notre langue, nos institutions et nos valeurs. »

Son gouvernement minoritaire prévoit de présenter ses propositions pour une charte des valeurs du Québec lorsque l’Assemblée nationale reprendra ses travaux le mois prochain. Retardé par rapport au printemps, la charte a été décrit par le ministre responsable, Bernard Drainville, comme la «loi 101 de notre ère » – une référence à la Charte de la langue française adoptée par le premier gouvernement péquiste en 1977.

«La société québécoise est de plus en plus multi-ethnique et multi-religieuse, qui est une richesse exceptionnelle. Mais si nous voulons être en mesure de bien gérer cette diversité, nous aurons à nous donner des règles et des valeurs communes « , a dit M. Drainville Le Devoir au printemps dernier.
Ian Smith / Vancouver Sun
Ian Smith / Vancouver 1992 Sun fichier photo de Baltej Singh Dhillon, l’agent de la GRC qui se sont battus pour porter son turban.

Avec son projet de souveraineté au point mort, le PQ espère  qu’en mettant l’accent sur la protection des valeurs du Québec  qu’il va gagner le soutien (des électeurs)  avant une élection qui pourrait venir l’année prochaine.

En mai, il a commandé un sondage pour demander l’opinion des gens sur l’accommodement des minorités religieuses, et a constaté que la majorité des répondants appuient l’interdiction des signes religieux dans la fonction publique.

Citant des sources anonymes, le Journal a rapporté que la charte de M. Drainville interdirait les travailleurs du secteur public de porter des signes religieux ostensibles.

La commission dirigée par M. Taylor et Gérard Bouchard a recommandé l’interdiction des symboles pour les salariés en situation d’autorité – des policiers, des juges et des gardiens de prison. Mais le PQ a l’intention d’aller beaucoup plus loin, couvrant les travailleurs de garderie, les enseignants des écoles publiques et les employés de l’hôpital, ainsi que tous les fonctionnaires. En outre, les personnes qui reçoivent des services du gouvernement devraient avoir le visage découvert.

 » Je n’ai pas encore l’avoir expliqué comment mon port d’un symbole religieux a affecté mes capacités à représenter mes citoyens. »

Les nouvelles est sortie  le jour même Lionel Perez, maire de Montréal pour l’arrondissement multi-culturel de la Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, a rencontré M. Drainville pour discuter de ses préoccupations au sujet de la charte proposée. En mai, M. Drainville avait fustigé contre la politique de l’arrondissement de ne pas  donner des billets d’infractions aux  voitures autour de synagogues juives sur les séjours élevés. Il avait également critiqué la politique de longue date de l’arrondissement de désigner deux heures par semaine, à la piscine municipale, pour les femmes seules.

M. Perez, qui est juif et porte une kippa, a dit qu’il a tenté en vain d’influencer M. Drainville sur la question des symboles religieux.

«Si quelqu’un commence à faire du prosélytisme au travail, c’est évidemment un comportement inacceptable», M. Perez a déclaré dans une interview. « Mais quelqu’un qui porte un hijab et est un professeur de l’école, ils peuvent communiquer, ils peuvent transmettre l’information à la fois verbale et non-verbale, et  il n’y  a aucune façon que  cela affecte la capacité de la personne à accomplir leurs responsabilités.

« En tant qu’élu au cours des quatre dernières années, j’ai porté une kippa, et je n’ai pas encore  eu à avoir expliqué comment mon port d’un symbole religieux a affecté mes capacités à représenter mes concitoyens. . . Je pense que c’est un exemple de la nouvelle réalité québécoise que nous avons, les nouvelles données démographiques du Québec ».

M. Taylor a déclaré qu’il est faux pour  le PQ  de penser la laïcité exige la neutralité religieuse de tous les représentants de l’Etat.

« Ce qui est important, c’est que ces institutions soient neutres», a-t-il dit. « Mais le fait qu’ils sont neutres ne signifie pas que les personnes qui  y travaillent soient neutres. »

M. Perez espère que la charte proposée reste un travail en cours et que les têtes froides prévaudra. « La question est si inflammatoire que nous devons être responsables et modérés dans nos vues », at-il dit. « Nous devons démontrer que c’est un débat d’idées et non pas faire de la petite politique sur le dos des citoyens. »

Pour voir l’article en anglais  htt:p://fullcomment.nationalpost.com/2013/08/20/like-putins-russia-parti-quebecois-unthinkable-plan-to-ban-religious-symbols-in-public-sector/

 

 

Vive la République nationale du peuple québécois!

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.