Archéologie: découvertes extraordinaires sous le Temple du Serpent à Plume

mexique2

L’archéologue Sergio Gómez est le responsable du Projet Tlalocan qui s’attèle depuis 5 ans à un projet de fouilles pharaoniques sous la Citadelle de Teotihuacan. Cette ensemble de structures l’enceinte où se trouve la Pyramide du Serpent à plumes. Au deuxième siècle de notre ère, la façade si finement sculptée fut recouverte par une autre pyramide. Sous leurs entrailles, un long tunnel connectait plusieurs chambres que les archéologues de l’INAH sont peu à peu en train de découvrir.

Après 800 tonnes de terre déblayée et plus de cinquante mille objets mis au jour, Gómez a annoncé une découverte inédite sur les réseaux sociaux et dans une brève publiée sur le site du quotidien La Jornada. Il s’agit de deux petates ou natte. Finement tressées, ces objets d’une grande fragilité ont finalement été conservés pendant près de deux mille ans sans trop de dommage. En revanche leur extraction a requis des travaux préalables très minutieux de la part d’une équipe de restaurateurs dirigés par Alfonso Cruz.

Mexique tunnel001

Le contexte de la découverte est également très intéressant. Les deux nattes étaient disposées côte à côte au niveau du sol avec un mobilier varié comptant une cinquantaine d’artefacts. On a notamment compté des pots, des vases en terre cuite mais aussi des couteaux en silex et en obsidienne. La première mesure 1 m de longueur sur 40 cm de largeur tandis que la seconde atteint 40 cm de longueur sur 30 cm de largeur. Aucune précision n’est donnée sur une éventuelle pigmentation.

Mexique endroitavecspheres-teotihuacan

Pourquoi faire tant d’histoires  pour cette découverte alors ? D’une part parce que c’est la première fois que de tels objets sont retrouvés à Teotihuacan. Ensuite parce que les petates sont des objets à forte connotation politique dans les civilisations mésoaméricaines anciennes. La natte est un des attributs de pouvoir au même titre que le sceptre ou la peau de jaguar. On en a des témoignages depuis les Olmèques jusqu’aux témoignages des informateurs de Sahagún. Dans les années 1980 et 1990, les travaux de Cabrera Castro (1), Sugiyama (2), Manzanilla (3) ou López Austin et López Luján (4) avaient émis l’hypothèse d’au moins deux groupes se disputant le contrôle sur une ville qui pourrait avoir compté plus de cent mille habitants. L’un d’eux aurait eu le serpent à plumes comme emblème, la pyramide homonyme étant le symbole de leur assise. Cependant au deuxième siècle de notre ère, différents lieux incendiés autour de la pyramide laisse penser à un changement. La pyramide du Serpent à plumes fut couverte par une pyramide adossée, les représentations de la créature détruite ou transformé pour celle, presque exclusive de félins. La présence des deux nattes prend donc un sens tout particulier dans ce contexte.

Parallèlement, une autre offrande a été rapporté dans une autre partie du tunnel. Elle comprenait différents objets, probablement en bois, incrustés de cristaux, de roches et de jadéite. Gómez Chávez estime cependant qu’une reconstitution de ces objets pourra être effectuée.

L’exploration par un robot des sous-sols d’un temple de la cité pré-hispanique de Teotihuacan, près de Mexico, a révélé l’existence de trois chambres funéraires qui pourraient révéler quelques secrets sur les rituels funéraires de l’époque, ont annoncé les autorités.

« L’arrivée du robot Tláloc II-TC dans la dernière tranche du tunnel situé sous le Temple du Serpent à Plumes, à Teotihuacan, a révélé l’existence d’au moins trois chambres funéraires au fond du conduit », a annoncé l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) dans un communiqué.

Cette découverte dépasse les attentes des archéologues, qui ne tablaient que sur la présence d’une seule chambre dans ce tunnel vieux de 2.000 ans, selon l’INAH. « Si se confirme l’existence de sépultures dans ces espaces, qui datent des débuts de notre ère, ils pourraient révéler plusieurs aspects de la vie rituelle à Teotihuacan », a indiqué dans le communiqué l’architecte Sergio Gomez, directeur des recherches. Ce dernier précise qu’il s’agit certainement de tombeaux de gouvernants ou de personnes de haut rang de cette civilisation dont on ne sait pratiquement rien. La prochaine étape consistera à dégager l’éboulis qui obstrue les 30 derniers mètres du tunnel, d’une longueur estimée de 120 mètres.

C’est en 2003 que de fortes pluies sur le site, l’un des plus visités du Mexique, ont permis de découvrir l’existence du tunnel sous le temple du Serpent à Plumes, grâce à une petite ouverture dégagée par les eaux. Six ans plus tard, une équipe mexicaine d’une trentaine de personnes, financée par l’INAH a commencé à creuser.

Le robot Tláloc II-TC est composé un véhicule transporteur capable de passer n’importe quel obstacle et d’un scanner permettant d’établir des cartes détaillées de son parcours. Il transporte également un robot « insecte » équipé d’une caméra infrarouge télécommandée par ordinateur.

Célèbre pour ses imposantes pyramides du Soleil et de la Lune, Teotihuacan a été créé vers 100 avant J.-C. et a compté jusqu’à 200.000 habitants à son apogée, avant sa chute aux VIe ou VIIe siècles après J.-C. Seulement 5% du site, qui s’étend sur quelque 25 km2, a été fouillé, bien que le travail d’exploration de l’ancienne ville ait commencé il y a plus d’un siècle.

Mexique1.spheres-660x433-mysterious-spheres-130429

L’exploration des trois salles enfouies sous le grand Temple du Serpent à Plume de Teotihuacan continue et une découverte assez extraordinaire a été révélée sous la caméra du robot : des centaines de petites sphères recouvrent une partie du sol.

Des centaines de sphères mystérieuses se trouvent sous le temple du Serpent à plumes, une ancienne pyramide à six niveaux à seulement 30 miles de la ville de Mexico.

Les sphères énigmatiques ont été trouvés lors d’une fouille archéologique à l’aide d’un robot équipé d’une caméra à l’un des bâtiments les plus importants de la ville préhispanique de Teotihuacan.

Ces sphères pourraient être des morceaux de copal. Le copal est une résine à moitié fossilisée, de l’ambre adolescent pourrait-on dire, dont les Mayas et autres se servaient en guise d’encens et qui ressemble à ça à l’état brut :

encens-copal_2_2140

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.